mercredi 25 juin 2008

le proviseur et la providence



Tandis que le petit âne crâneur poursuivait en balbutiant sa leçon de Maths non-apprise , Pierre Perrin se retrouvait dans les nuages en compagnie de Solange Dubreuil la fille du proviseur . Soudain , un bruit le tira de sa rêverie . Le proviseur Monsieur Dubreuil entra dans la salle de classe , les élèves se levèrent d'un seul homme tandis que ce dernier les pria de se rasseoir .-"Monsieur Perrin , j'ai quelques mots à vous dire ...en privé !" L'étonnant professeur se leva , pria le petit âne de regagner sa place et sortit un peu hagard de la salle de classe en compagnie du proviseur .-"que vouliez vous me dire exactement ? quelque chose de grave ?" Le proviseur le rassura tout en l'observant de plus près ...il avait l'habitude de côtoyer Monsieur Perrin depuis plusieurs années mais lui fit tout de même remarquer l'état de son pantalon "oh je..je n'avais point vu !" Notre zélé professeur lui expliqua les raisons abracadabrantesques de son maintien et de sa tenue ..pour la moins défroquée !

"je dois vous parler d'une mission que j'ai à vous confier" lui dit tout de go Monsieur Dubreuil

"une mission ? mais , mon cher je ne suis pas James Bond !" le proviseur se hâta de lui répliquer que cette affirmation était exacte , puis lui expliqua que sa fille Solange avait bien du mal à s'acclimater à son nouveau poste de professeur de dessin , en effet les élèves au mieux la chahutaient ou au pire n'écoutaient pas un traître mot de son cours . -"elle n'en peut plus , elle est au bord de la dépression , comme je sais que vous l'appréciez , je vous demande un peu d'aide pour l'en sortir ".
En reprenant son cours , Monsieur Perrin se sentait le coeur léger . Non seulement il allait revoir Solange Dubreuil (ce qui lui plaisait fortement ) mais , en plus Monsieur Dubreuil lui même l'investissait de cette tache qui arrivait comme par miracle ..comme une sorte de providence . Le cours se poursuivit sans obstacles (tout juste quelques gloussements quand à son accoutrement bien que réajusté ) . Quelques jours plus tard , alors qu'il était chez lui entrain de jouer du violoncelle , on sonna à sa porte et le facteur lui tendit une lettre recommandée ...

lundi 16 juin 2008

les élucubrations de Monsieur Perrin


Quel barouf dans la rue Rechechouard !! on aurait dit le passage d'un radar intersidéral en pleine agglomération ...un bruit de casseroles qui roulent à terre puis le silence total se fit ressentir . Les badauds inquiets se ruèrent sur le quidam qui venait de trébucher sur ce hamas de ferrailles destiné aux travaux de réfection d'un immeuble du centre ville de Perpignan . Quelle ne fut pas leur surprise de reconnaître le professeur de maths du Lycée Ploucaf : monsieur Perrin ! Le cheveu hirsute et le costume débraillé , le voilà repartit en sifflotant jusqu'à son établissement ou l'attendait ses élèves . En entrant dans le lycée , les rires fusaient toujours un peu car notre homme (et il n'y pouvait pas grand chose) faisait rire tout le monde de par son style et son air lunaire . Un poil distrait , il arrivait souvent à cet aimable professeur d'oublier ses copies et de les confondre avec la liste des courses . Ce jour là , les élèves de la 4ème B n'avaient pas du tout envie de travailler et s'amusaient à chahuter dans la classe . C'est alors qu'entra monsieur Perrin , à l'instant ou il venait de franchir la porte de la classe en lançant un grand "bonjour ! bonjour ! aujourd'hui nous allons parler du théorème de Pythagore ! " , chacun des jeunes écervelés poussèrent un gloussement étouffé en voyant monsieur Perrin écrire au tableau ... son pantalon était tout déchiré et on pouvait voir son slip de couleur orange . Il se retourna ensuite vers l'assemblée et désigna l'un des petits ânes pour venir réciter sa leçon devant ses camarades . Assis à son bureau , monsieur Perrin pensait à mademoiselle Solange Dubreuil la fille du proviseur qu'il avait rencontré il y a quelques jours lors d'une réunion des parents d'élèves ...plus rien autour de lui n'avait d'importance , il la revoyait dans ses songes et n'entendait même plus le petit bourricot qui récitait péniblement sa leçon (qu'il n'avait point apprise) et que ses camarades lui soufflaient tant bien que mal ...Quand soudain , un brusque bruit le ramena à la réalité ....

lundi 9 juin 2008

The Rolling Stones "Jumpin ' jack Flash" (1968)



Il est des jours ou il fait bon se replonger dans les grands classiques musicaux . Il est des soirs ou il nous prend des envies de bouger sur des riffs imparables et de chanter à tue tête comme une ode à la vie .Une ode à l'envie de bouffer cette existence qui nous est offerte et qui nous ravit chaque jour un peu plus . je ne sais pas vous , chers internautes et autres bloggers de tout poils , mais depuis mon plus jeune âge les riffs imparables de Keith Richards et la voix ainsi que la gestuelle de Mick Jagger m'ont toujours fasciné . Quel tandem et quel groupe que ces inoxydables Pierres qui roulent ! A l'âge de 12 ans , je découvrais dans les disques de mon paternel l'opus "Aftermath" et je restais cloué à l'écoute de "Lady jane" ou "Stupid girl" ...quelle classe ! Voilà qui enterrait d'un coup tous les groupes indigents que m'imposait le TOP 50 de l'époque ! Assez parlé , retrouvons nos Pierres qui roulent sur scène (leur élément !) avec ce tube millésimé de l'an 1968 : le fort bien nommé "Jumpin Jack Flash" sur lequel se sont trémoussés et se trémousserons encore des milliards d'individus de par le monde dans une ronde joyeuse et festive ..ah ! le pouvoir magique de la musique !

mercredi 4 juin 2008

In the shadow


En ouvrant les yeux , Émile s'aperçut qu'il était dans son lit et que tout ce qu'il avait vécu était le fruit d'un rêve . Un peu abasourdi , il se leva et fit un peu de café afin de retrouver ses esprits . Il faisait beau ce matin là , un temps idéal pour se promener pendant des heures sans se soucier du temps qui passe . Soudain , la sonnerie du téléphone retentit , Emile décrocha et entendit la voix de la mystérieuse femme à l'autre bout du fil . la conversation se poursuivit pendant près d'une heure . En raccrochant , Emile se sentait tout drôle , il n'avait jamais vu cette personne de sa vie et lui avait parlé à coeur ouvert comme s'il s'agissait d'une amie ..un lien étrange . Lorsqu'il fut à l'extérieur , cette voix ne quittait pas son esprit , il l'entendait de façon obsédante . une douce et troublante impression qu'il n'arrivait pas à définir . Les jours passèrent ainsi , toujours le même rituel : une sonnerie de téléphone , une voix au bout du fil et notre Emile qui , petit à petit et au fur et à mesure des conversations se sentait de moins en moins dans son assiette .. à tel point que ses proches lui posèrent la question "es tu certain que tu vas bien en ce moment ?" . Il ne savait que répondre , car il se sentait bien , fort bien , une sorte de plénitude jamais atteinte par le passé . les journées d'Emile étaient bien remplies : entre son travail , ses loisirs , ses amis ..il n'avait pas de quoi s'ennuyer et pourtant ...tout le ramenait à cette voix au téléphone d'une façon irrésistible et intrusive . Peu à peu , il ne se sentait plus chez lui ..la voix était trop présente , trop possessive . Lui , qui aimait ne pas se soucier du lendemain se retrouvait comme pris au piège par certaines obligations ...la voix mystérieuse ! Il se souvint alors des paroles de l'archange "écoutes ton coeur !" , puis il se raisonna ...que savait il de cette voix ? ce qu'elle lui disait ? ce qu'elle laissait entendre ? La vie réel avait à ses yeux moins d'importance et c'est là que le déclic apparut ... Il avait été victime d'un complot ! Milles sabords ! la mystérieuse femme n'était autre qu'un esprit de passage cherchant à le faire passer dans une autre dimension . Assis en tailleur sur le tapis de son salon ,Émile se sentit tout chose en raccrochant son téléphone ..une ombre cherchait depuis le début à le suivre dans ses moindres faits et gestes , une ombre pour qui il éprouvait des sentiments . Émile mit quelques temps à se remettre de cette histoire ...une histoire entre ombre et lumière .