mercredi 29 octobre 2008

le mystère plane et les zones d'ombre se dispersent




Jeudi 15 h 15 , Mathilde la soubrette de la baronne de Montculmachmise se trouvait en ville afin de ramener quelques provisions au château . Depuis ce dîner qui fut houleux après le coup d'éclat de ce mystérieux patrick Poupard ... rien n'était plus comme avant au château : Monsieur Granderaie avait rompu toute négociation avec la baronne , Monsieur le Maire considérait soudain cette dernière comme une vulgaire parvenue et , pour couronner le tout : la baronne s'enfonçait de plus en plus dans l'alcool au point que Mathilde devait parfois la conduire à sa chambre en la tenant par la main .





Ce jour là , Mathilde choisissait minutieusement les courgettes et le poisson qui allaient être l'objet du déjeuner . Soudain , elle entendit une voiture klaxonner !!


- "bonjour !! bonjour !!! je passais par là ! je peux vous offrir un verre !! j'ai à vous parler! "





le quidam qui vint la déranger pendant sa rêverie consumériste de ménagère apprivoisée n'était autre que Patrick Poupard ! La jolie Mathilde fut agréablement surprise car , depuis dimanche elle pensait à lui souvent en s'endormant comme un rêve plus doux que son quotidien gris et dérisoire , comme une lumière dans son existence .





-"bonjour ! je n'ai pas beaucoup de temps ! on m'attend au château mais je veux bien accepter , c'est gentil de votre part"


Quelques minutes plus tard , ils étaient tout deux attablés autour d'un café dans une brasserie assez huppée de la ville . Mathilde trouvait Patrick Poupard fort séduisant et fort civil sous ses airs de canaille mal léchée . La conversation se poursuivit sur un ton badin et primesautier lorsque Patrick lui dit en baissant la voix d'un ton :


-Mathilde , je sais que vous êtes quelqu'un de bien , ça se voit , ça se sent ces choses là , aussi j'aurai une mission à vous confier "





A ces mots , Mathilde se mit à rougir et ses yeux se mirent à briller.


- "une mission !! oh !! comme dans James Bond !"




Patrick Poupard eut un léger sourire , il est vrai qu'elle était jolie Mathilde et cette candeur qu'elle gardait la rendait encore plus touchante ...
"oui , une mission ! voilà ...vous qui connaissez bien la baronne vous devez savoir quelles sont ses petites habitudes , l'heure à laquelle elle s'endort , ce qu'elle fait le week end , qui elle reçoit ... n'est ce pas ?"

-"oh ben vous alors !!! vous êtes drôle quand même !! vous ne voudriez pas aussi que je vous livre son numéro de compte bancaire !"
La jolie était tombée dans le mille , elle ria aux éclats ce qui fit se retourner quelques habitués de la brasserie . Patrick la raccompagna chez elle en gentleman qu'il était en lui demandant de la rappeler très vite au sujet des activités quotidiennes de la baronne . Cette fois , l'affaire se poursuivait et tout fonctionnait comme prévu !









bonus : Jerry OX "Insoumis"

mercredi 22 octobre 2008

Un trublion parmi les nobles et les biens pensants



L'annonce de cet employé peu commun jeta un froid sur les invités déjà présents chez la Baronne . Cette dernière se mit à glousser tel une poule pondeuse mais ne put répliquer à temps car l'homme avait le sens de la répartie et un charisme qui surprit tout le monde . Monsieur Granderaie resta comme deux ronds de flancs avec son dossier Briscard sous la main .

-"que souhaitez vous que nous fassions madame ?" dit il d'une voix presque chuchotée à la Baronne tandis que les invités s'installèrent à table selon la tradition que la maîtresse de ses lieux l'exigeait .
- "et bien ! nous verrons cela plus tard ! posez le dans mon bureau ! allez ! installez vous je vais faire les présentations !! allons !! allons !!! que la fête commence !"


Il fallait les voir tout ces sinistres individus , les visages tristes et l'air figé dans leurs petits costumes . les dames s'étaient installées auprès de leurs époux respectifs attendant de manger un peu car l'apéritif avait fait son oeuvre et certains convives se trouvaient légèrement éméchés .


C'est à ce moment précis que Patrick Poupard (le mystérieux et charismatique convive) se leva et tendit son verre pour porter un toast . La baronne de Monculmachmise faillit s'étrangler avec son whisky puis, dans un élan de générosité propre à son rang lui laissa prendre la parole . Patrick Poupard regarda avec attention et dans un silence monacal l'assemblée puis se mit à parler .

-"elle est bien cette tablée !! tout le monde est réunit chez les Monculmachmise ! même monsieur le maire qui , pour l'occasion est venu avec sa femme en délaissant sa maîtresse à qui il avait promis d'assister à ce déjeuner . Il y a aussi Edmond La framboise ce vieux sénile plein aux as qui garde bien au chaud ses économies !! " L'atmosphère s'électrisa et les convives se mirent à lui prier de se taire sur le champ !


la baronne fut offusquée !! Monsieur Poupard est en effet un des employés de son entreprise (enfin celle de son vieux mari toujours souffrant )

"je ne vous permets pas de parler ainsi monsieur Poupard ! voudriez vous je vous prie avoir l'obligeance de quitter mon château illico presto !"

Patrick Poupard reprit la parole :
-"vous êtes tous une belle bande d'enfoirés ventripotents ! je vous conchie et je lève mon verre à tous !! bravo ! vous êtes tous aussi cons les uns que les autres !! tchin !!" il but son verre et le jeta à terre sur le beau carrelage .



Les convives un peu choqués reprirent leurs conversations habituelles tandis que Patrick Poupard quitta le château sans mot dire . Non loin de là , Mathilde la soubrette avait tout entendu de la scène et s'affairait dans la cuisine . Elle entendit des pas dans sa direction et s'empressa d'ouvrir la porte à Monsieur Poupard comme elle le fait toujours et selon la tradition . Cependant , lorsque son regard croisa celui de Patrick elle eut comme un déclic puis elle le regarda partir avant de reprendre ses activités .

mercredi 15 octobre 2008

La baronne et le VRP




"Mathilde !! les verres ne sont point à leur place initiale ! mon petit , il faut vous remuer les fesses illico , je ne le dirais pas deux fois !" Affairée !! la baronne de Monculmachmise l'était dès son réveil ! Il faut dire qu'aujourd'hui est un grand jour , elle reçoit du grand monde : toute l'équipe de traînes savates endimanchés qui travaillent d'arrache pieds pour lui offrir un joli petit capital et quelques bijoux dont elle raffole tant . Le baron Edmond son cher vieux mari (qui taquine les 85 ans au compteur) lui laisse gérer cette société de marketing qu'il a lui même crée plus jeune et qui occupe beaucoup la Baronne . Il est déjà 10 h 53 et monsieur Granderaie doit arriver vers midi avec le dossier Briscard sous le bras ... avant le déjeuner officiel !

"il faut absolument que monsieur Granderaie soit à l'heure et qu'il n'arrive point avec ses grands pieds (en plus de ses grandes oreilles ) en même temps que les autres invités : le projet qu'il apporte doit absolument rester confidentiel !! "
Tandis que Mathilde la jeune soubrette s'activait pour mettre le couvert en vue du déjeuner de madame la Baronne , cette dernière en profita pour s'éclipser et se servir en lousdé un verre de son Whisky favori en guise de remontant :

"ah !! ça fait du bien par ou cela passe et c'est toujours ça de pris sur l'ennemi !"


La maison de la baronne de Montculmachmise était très spacieuse avec du mobilier Louis XV et quelques babioles hors de prix d'un goût plus que douteux et très criard au niveau des couleurs . Edmond dormait encore , le pauvre bougre était bien fatigué ... la baronne lui ayant administré un somnifère afin qu'il n'assiste point aux festivités . "il me fait trop honte ce vieux singe et l'avoir à table est un calvaire de chaque instant ! " s'exclama -elle entre deux rasades de Whisky.


Midi pile , les invités commencèrent à rentrer , monsieur Granderaie arriva tout essoufflé en s'excusant de son retard sur le planning très organisé de la vioque (de la baronne pardon !)

-"oh !! milles excuses très chère Elisabeth , j'avais oublié notre petit accord !"

- "vous perdez la boule mon cher ! ce contrat est de la plus haute importance !! si quelqu'un nous surprenait !! oh !! diantre ! fichtre ! foutre !!"

Assis sur un des canapés un homme au cheveu hirsute et à la mine mi figue mi raison fit entendre sa voix au loin :
"madame la Baronne ! je me suis permis de venir en ce jour afin de vous entretenir car travaillant à votre service depuis de longues années ... je commence à en avoir plein les basques de vos pleurnicheries et autres sermons !!! sur ce ... je vous salue et je porte un toast à toute cette bande de dégonflée !!!
le silence qui suivit se fit intense et pesant ..on aurait pu entendre une mouche voler !

mercredi 8 octobre 2008

Apocalypse Now and for the goldblack



Le moins que l'on puisse dire , chers Internautes et autres bloggers de tout poils c'est que l'automne que nous vivons nous frappe de plein fouet tel un boomerang . La crise économique colossale qui secoue le monde nous rappelle que le libéralisme et l'idée que certains s'en faisaient est à revoir ... c'est aujourd'hui bel et bien la fin du libre marché et , quelque part je trouve que c'est un bon "pain dans la gueule" balancé au visage de tout ces boursicoteurs et autres actionnaires de mes deux qui s'amusent avec l'argent quand d'autres souffrent de ne point en avoir assez pour survivre . Serait-ce la fin d'un système ? je ne suis pas expert en la matière (et je me garderais bien de vous faire ici une analyse quelconque) mais les faits sont là ! bien réels !

Mon coup de colère se dirige aujourd'hui contre les USA ainsi que la France qui ont osé s'attaquer une fois de plus à l' Afghanistan !! Ce beau pays montagneux qui avait déjà subit les assauts et l'invasion des chars Russes dans les années 80 puis plus tard des Ricains (pour des raisons officiellement opposées ) , se voit de nouveau envahir par d'odieux petits colons et autres retords défenseurs de la liberté !! la liberté et les droits de l'homme ? laissez moi glousser un coup !! Les USA et la France viennent donner des leçons à un pays qui ne leur a rien demandé !! c'est un comble !! Monsieur Sarkozy , on le sait s'est associé avec Monsieur Bush dans sa fameuse croisade d'ingérence contre l' Axe du mal : le terrorisme !!! comme si l'Afghanistan représentait une menace pour le monde ... je me gausse de nouveau ! je ne supporte pas leurs coutumes mais ... ils sont libres de faire ce qu'ils veulent après tout !

Un conflit qui tombe à pic en pleine crise Banquière car , comme chacun le sait "une bonne guerre c'est très bon pour l'économie " et puis s'insurger contre les principes intégristes des Talibans c'est une excellente façon de jouer à la guerre tout en soulageant sa bonne conscience !! Ainsi donc , une nouvelle croisade d'ingérence Internationale vient de s'engager dans les montagnes d'Afghanistan . Des millions de civils vont être massacrés sans aucune retenue par des bras armés issus de "l'alliance du bien : les USA et la France " .

Que tout un chacun sache que ce conflit couve en réalité d'autres exigences : des exigences Pétrolières !! Cette guerre ne servira qu'à appauvrir les ressources naturelles Afghanes en Or Noir sous couvert d'une lutte anti-terroriste !!
Une guerre honteuse contre laquelle je vous invite chacun à vous mobiliser fortement : réagissons contre cette barbarie organisée ! contre ce mensonge ! contre ce gâchis de vies humaines programmé par des hommes dont l'unique ambition est d'imposer par la force à la terre entière ce qu'ils croient être le bien !

Préférant manifester ma colère en chanson plutôt qu'en faisant usage de la violence verbale ou physique , je me suis permis cette reprise de la fameuse chanson de Boris Vian "le déserteur" et je vous invite à la reprendre avec moi ... le poing levé :

mercredi 1 octobre 2008

follow me if you can



Ni vu ni connu avec tout de même un petit verre (de trop ?) dans le nez , Tim Kars s'installa au volant d'une des prestigieuses voitures prêtées pour l'occasion par la brigade du commissaire Background . Sa mission : retrouver Purday Collins avant qu'elle ne devienne trop dangereuse et totalement incontrôlable . Assis confortablement dans cette superbe auto Anglaise , Tim se mit à farfouiller dans les K7 qui se trouvaient sous sa main , son choix se porta sur un groupe qui l'intriguait beaucoup : les Who . Notre ami poursuivit sa route et sa délicate mission en écoutant "Baba O'Riley " , chanson qui lui donna furieusement envie de bouger en tous sens à bord de l'habitacle mobile . Non loin de là , Hector Background n'en menait pas large . Le commissaire et sa rutilante équipe venait tout de même de confier une des missions les plus importantes à un quidam inconnu de leur service . Les portes- flingues de la brigade étaient branchés via un micro transmetteur à la voiture que conduisait Tim Kars ... au cas ou !

Notre joyeux apôtre arriva au bout de 2 heures dans une ville importante située à quelques kilomètres de Londres , il ressentait un besoin pressant . Il arrêta l'automobile et se dirigea vers un petit hôtel de charme aux accents fort bucoliques . Assise dans un coin , il crut reconnaître le portrait de Purday (mais était ce elle ? il ne l'avait jamais rencontré ) il se souvint alors de la photo qu'il avait vu au commissariat et , cette fois plus de doute possible . Il s'engouffra dans les commodités afin de faire ce qu'il jugea bon puis se mit à gamberger .

Purday , qui avait décidément plus d'un tour dans son sac à main flaira derechef la magouille bleu-marine . Elle profita d'un moment d'égarement de la serveuse réceptionniste pour s'infiltrer à son tour dans les commodités ... de là elle entendit Tim Kars qui sifflotait tout en se soulageant dans un bien être sur . Elle se mit à frapper à la porte en lui disant :
"allons allons mon petit monsieur , je sais pertinemment qui vous êtes ? vous êtes de la police ? vous êtes venu me chercher ! n'est ce pas ?"
Tim retenu quelques secondes sa respiration et , malheureusement coinça son organe dans sa braguette .
"aie aie !! oh fichtre de diantre !!"
Il ouvrit la porte et se retrouva devant Purday ... dans une bien maladroite posture . Les minutes qui suivirent furent assez inattendues : Purday accompagna Tim à sa chambre afin de le soigner de cette blessure involontaire . Tim kars était un peu perdu , se retrouver face à cette belle et dangereuse femme sachant ce qui venait de se produire alors qu'il devait l'arrêter sur le champ d'un façon héroïque ...voilà qui compliqua l'affaire !
"je dois tout de même vous arrêter ! c'est la mission que j'ai reçu !!" . Purday n'en avait cure et elle sortit deux coupes de champagne au frais ainsi qu'une bouteille d'un grand millésime . Tout deux se mirent à boire et ce n'est qu'au petit matin que Tim et Purday furent bel et bien obligés de se rendre compte qu'ils étaient faits comme des rats dans une souricière .... la police , alertées par le dispositif mis en place ne tarda pas à venir sur les lieux afin de mettre fin aux agissements de Purday Collins . Elle fut placée en détention puis incarcérée pour meurtre .
De son coté Tim Kars put repartir chez lui et poursuivre son existence . Cette histoire lui avait permis de faire la connaissance de la femme de l'agent avec qui il devait signer un gros contrat . Quelques mois plus tard, Purday lui écrivit une lettre afin de lui signifier qu'elle n'était point hostile à son endroit avec ce mot clé en forme de mot de passe : Follow me if you can !