mercredi 27 octobre 2010

Les 24 heures d' Henriette Duman



Un peu gênée , Henriette frappa à la porte de service de la cuisine du P'tit Quinquin et trouva au beau milieu des cuisiniers en action , Gustave Mulot en grande conversation avec un pot de fines herbes .
-"Allons Gustave ! tout le monde vous attend ! venez donc nous rejoindre , votre salade va refroidir ! "

Henriette Duman était une femme aussi délicieuse qu'imprévisible . Elle habitait un appartement dans la banlieue Ouest de Mufflin avec ses deux enfants Igor et Grichka . De joyeux bambins bourrés d'énergie à revendre et très précoces pour leur jeune âge puisque , l'aîné tout juste âgé de dix ans , envisageait de se lancer dans la culture du maïs en milieu aquatique .


Séparée de son mari depuis peu , Henriette Duman menait tant bien que mal sa barque en gardant le sourire malgré les épreuves . Elle était employée à la Poste de Mufflin depuis deux ans et se réjouissait en secret des facéties particulières de Gustave Mulot .


Le fameux soir du départ en retraite de Lucien Vieillesse , Henriette eut la grande surprise de voir Gustave Mulot entrain de parler avec un pot de fines herbes ....cela n'arrive pas tous les jours quand même !





-"Allons Gustave ! que faites vous ? vous allez louper l'ensemble du dîner , ce serait dommage !"

Gustave fut à peine surpris d'avoir été distrait dans sa distraction favorite qui consistait à s'adresser aux objets (comme aux personnes auxquelles il lui arrivait de songer) à haute voix et sans aucune retenue .

- "Mais , j'arrive Henriette ! je ne voudrais pas louper le discours de Lucien ! " lança t-il d'un air à peine ironique envers son collègue bientôt retraité !


Lorsque nos deux convives manquant aux ripailles rejoignirent l'assemblée , l'heure était aux rires en cascade et , Henriette Duman qui adorait ce genre d'ambiance qui lui rappelait ses vacances régulières en Espagne demanda illico à porter un toast en l'honneur de Lucien et ...O surprise de Gustave Mulot !


"chers collègues , il faut absolument que je vous remercie pour cette soirée tout à fait idyllique , vous le savez les occasions de rire sont rares de nos jours et ......" Henriette poursuivit son discours qui pouvait à certains moment paraître interminable , quand tout à coup :

"- Je souhaite vous raconter comment je souhaiterais passer mes prochaines vingt quatre heures , une folie que je désire ardemment et , ce en compagnie de notre homme distrait au chapeau sans âge : Gustave mulot ici présent ! "


-------------------------------------------------------------------------------------------------

UN NOUVEAU BLOG A DÉCOUVRIR


Je vous invite à présent à découvrir un tout nouveau blog intitulé " Z'abeilles" . Un nouveau lieu sur la toile qui , j'éspère vous enchantera . Un blog qui m'a séduit d'emblée de par sa thématique et sa touche tout à fait décalée et réaliste à la fois ... c'est ICI : http://zabeilles.blogspot.com/
Bonne Lecture !

mercredi 6 octobre 2010

Le Banquet des mendiants au p'tit Quinquin



Jeudi 25 septembre , 19 h . Gustave Mulot modeste employé de la poste de Mufflin partit rejoindre ses collègues pour fêter le départ en retraite de Lucien Vieillesse . Lulu , lui aussi humble préposé à la Poste de Mufflin se réjouit de cette bombe entre collègues et , plus encore de pouvoir goûter aux joies de ne plus rien faire qui soit obligatoire puisque ce dernier venait d'atteindre l'âge des vacances du travail : soixante balais bien sonnés .

Le choix du lieu des festivités leur avait été recommandé par Guylaine Lécuyère , la boulangère de Mufflin . "j'vous conseille le P'tit Quinquin , une auberge bien tranquille et pas chère du tout ! vous m'en direz des nouvelles !" . Ah çà !! on peut affirmer ici que nos lascars se souviendront de cette soirée bien mieux que de leur première chemise !



Dès leur arrivée au P'tit Quinquin , Lucien, Gustave et leurs collègues timbrés , humèrent l'atmosphère quelque peu bohème et rurale de cet établissement . Lucien Vieillesse s'adressa aussitôt à l'aubergiste afin d'installer les convives . Gustave Mulot qui était aussi curieux que maladroit (et pourtant bien à gauche ) , regarda avec insistance les objets culinaires d'un autre âge qui se trouvaient aux murs . Chacun vint s'asseoir et , Lucien commença par un petit discours . Le père Lulu avait la réputation d'être un bon tribun et un sacré boute en train (il a d'ailleurs faillit travailler à la SNCF) et lorsqu'il débuta sa prose , Henriette et Micheline assises à ses cotés ne purent s'empêcher de pouffer de rire en se couvrant la bouche avec leur serviette de table . Lucien leur vanta les mérites de la Poste et le plaisir qu'il eut à se trouver à leurs cotés pendant 40 ans . L'entrée fut servit et , à cet instant Lucien décréta que l'on devait passer aux choses sérieuses : "mes chers amis faisons bombances" .



Tout le monde était à table ....sauf Gustave Mulot qui était parti à la découverte du mécanisme de fabrication de l'aération en cuisine . Inquiète de ne point le voir revenir (car il avait bel et bien disparu de la pièce principale ) , Henriette Duman partit le rejoindre en cuisine , puisque d'après un des serveurs du P'tit Quinquin : "le monsieur au chapeau s'est trompé de porte en confondant celle des WC avec celle de la cuisine , un drôle d'oiseau votre ami ! " répondit ce jeune homme en jetant sa serviette sur son épaule droite .

Un peu gênée , Henriette frappa à la porte de service de la cuisine du P'tit Quinquin et trouva au beau milieu des cuisiniers en action , Gustave Mulot en grande conversation avec un pot de fines herbes .

-"Allons Gustave ! tout le monde vous attend ! venez donc nous rejoindre , votre salade va refroidir ! " .

-