lundi 28 mai 2012

Laurel et Sonny dans la grande turne à fric



Devant la demande de la préposée à la planche à biffetons , Sonny Tomson eut comme une légère hésitation et enchaina sur le meme ton :
-Des dollards , voyons ! Mon pote et moi voulons remplir notre besace avec tout vos sales billets , on ne le fait pas par plaisir mais par nécessité , vous savez ce que celà signifie madame ?


La réceptionniste aquieca puis baissa la tete en déposant les billets dans le sac que lui tendit d'une main Sonny tandis que Laurel (son comparse patibulaire ...mais presque) la tenait en respect avec son fusil .

Laurel commencait à s'impatienter et avait quand meme la crainte assez justifiée que le personnel n'ait alerté la maréchaussée . Il s'approchait du comptoir tandis que Sonny fermait les sacs de billets plein à craquer .

-Sonny , faut qu'on se tire maintenant ! j'suis pas très tranquille ! la Syphilis est fort bien gardée à c'qui parait ...mettons les voiles avant l'arrivée de la police .


Tandis que les deux hommes s'entretenaient sur la suite de leurs aventures (totalement improvisées comme vous le constatez à la lecture de de récit ) , des voix extérieures résonnèrent dans le batiment .


Sonny Tomson eut alors l'idée de se faire passer pour un malade contagieux afin d'éloigner les forces de Police . Une idée qui ne fit pas sursauter de joie le personnel séquestré par ces deux spécimens sans grande envergure mais bien décidés à aller au bout de leurs méfaits .


Très vite, les autorités et les médias de la ville de Kachasa eurent vent de ce braquage et , contre toute attente ce "sujet" commença à passionner les foules en mal de sensation forte .






Il faisait chaud à l'intérieur de la Syphilis banque et , Bertha , l'une des employés eut un malaise et demanda de l'aide . Laurel continua tant bien que mal à maintenir les otages en respet et Sonny alla réconforter la malheureuse .

Bertha  était une des plus anciennes employés de la banque et , elle en avait vu des braquages car , c'était monnaie courante par ici .

-Apportez moi de l'eau s'il vous plait ! je sais que vous ne nous ferez pas de mal mais, par pitié , faites ce que vous avez à faire sans dégats et foutez le camp ! Expliqua dans un souffle Bertha Bourret alors que deux de ses collègues venaient à son secours .
-Au fond  ....vous etes aussi paumés que nous , pas vrai ? lança t-elle à Sonny .

vendredi 11 mai 2012

Juke Box Remember : "Marche à l'ombre" de Renaud



Second volet de notre série "Juke Box Remember" . Direction l'année 1980 , le début de cette décennie que l'on a fort justement nommée "les années fric" . A l'époque, dans notre bel hexagone, la France est gouvernée par Valéry  Giscard d'Estaing et s'enlise quelque peu dans un conservatisme de bon aloi , les tensions grimpent entre les USA et l'URSS  et de gros bouleversements ont lieu en Iran . La musique disco a peu à peu remplacé (mais point écarté) le rock sur les ondes .



 Depuis deux ans en France, un jeune chanteur aux allures de gentil loubard squatte les médias et les Hit Parades avec une étonnante décontraction et un langage nouveau composé d'argot ,d'humour bon enfant et de brulots parfois incisifs . Cette année là , Renaud sort son quatrième album , il s'intitule "Marche à l'ombre" (le premier à porter un titre) .



Fort du succès de chansons comme "Laisse béton" (qui le fit remarquer en 1978) , "Adieu minette" ou encore "C'est mon dernier bal" , notre jeune chanteur commence à se faire petit à petit une place
bien à lui dans le show business et ce disque et précisément la chanson titre vont contribuer considérablement à la montée en flèche de sa notoriété .



Dès février 1980 , "Marche à l'ombre" est sur toutes les ondes (et entre au Hit Parade le 26 avril 1980).Le 45 tours se vendra à plus de  150 000 exemplaires .
Un titre dynamique qui narre l'histoire d'un type qui vire les uns après les autres les clients d'un bar ou il a ses habitudes .

Ce qui a marqué avec ce tube (outre le langage ) c'est la description de chaque client . Du baba cool cradoque à la petite bourgeoise bêcheuse sans oublier le Rocky barjot : Rien n'échappe au regard observateur
et corrosif de Renaud . On retiendra le refrain avec le fameux "casse toi tu pues" qui fera la joie des bambins , ravis de pouvoir dire des gros mots sans être grondés (ou presque) .
Un grand succès donc pour notre chanteur énervant et un beau portrait sociologique de cette époque . MUSIQUE






Le 23 janvier 1980 dans l'émission "Collaro Show" présentée par Stéphane Collaro











Puis le 16 avril 1980 dans l'émission "Palmarès 80" présentée par Guy Lux