mercredi 20 juin 2012

Jerry OX "Inch' Shalom" 3ème extrait de " Pauvres Terriens"



Le disque "Pauvres Terriens" produit , arrangé et réalisé par J.S.H ,disponible depuis le 19 septembre 2011, poursuit sa route avec bonheur et succès .D'emblée , je tenais tout particulièrement à remercier les premiers acquéreurs de cet album . Les premiers retours sont encourageants et chaleureux .

Quelques spectacles ont déjà eu lieu en formation acoustique afin de présenter ces 10 nouvelles chansons (sans oublier les plus anciennes comme "Sous le cerisier" , "la grande maison " ou "à l'horizontale" que vous semblez beaucoup apprécier) et ces moments furent très exaltants !

Vous avez réservé un superbe accueil au premier extrait "C'était avant" , une chanson traitant d'un sujet , hélas , toujours d'actualité que je ne pensais pas vouée à obtenir un si large succès , c'est un vrai plaisir à partager !

Le second extrait ,"Ton sextoy" a également eu vos faveurs (merci pour les nombreux partages sur les réseaux sociaux ) . Une autre facette de ce disque qui lui a permit d'élargir encore son audience .




Je vous présente à présent le 3ème extrait de l'opus "Pauvres Terriens" . La chanson s'intitule "Inch' Shalom" . L'illustration de la pochette du single a été réalisé par mon ami d'enfance Antoine  .
LA CHANSON EST EN ECOUTE GRATUITE ICI 

Si cette dernière vous a séduit, intrigué, dérouté ou tout simplement emballé : Vous pouvez commander le CD en m'adressant un mail à l'adresse suivante : bobsinclar69@hotmail.fr . Le tarif est de 12 euros (frais de port inclus ) .

J'éspère que nous nous retrouverons prochainement dans une salle , un cabaret , un pub-bar pour vous les présenter de visu . Je vous souhaite un très bel été chers internautes et autres bloggers de tout poils .

jeudi 7 juin 2012

Bertha Bourret , la taulière de la Syphilis


La question assez percutante de Bertha Bourret interpella Sonny .
-Comment çà , aussi paumé que vous ? je n'vois pas du tout c'que vous voulez dire ? lui rétorqua t-il en s'agitant tel un pantin sous Lexomil .



- Et oui , mon brave monsieur , répliqua Bertha ,après avoir retrouvé ses esprits grace aux vertus euphoriques du chateau la Pompe , il n'y a plus de sous ici , c'est la crise que voulez vous, j'aimerai moi aussi etre assez culottée pour braquer une banque pleine d'oseilles à craquer et poursuivre ma vie sans me soucier de cette affaire de pognon qui ronge notre quotidien et qui sent mauvais comme tout .




Laurel Dutronc, le comparse de Sonny sentit tout à coup l'arnaque grosse comme une barrique se pointer  à l'horizon .
- Pas beaucoup de  fric dans cette taule ! Sonny , on peut plus rester là , faut s'tirer   j'te dis ! S'exclama Laurel .

Une idée qu'il fallait saisir au bond , car la police alertée par le personnel était déjà présente à l'extérieur de la Syphilis Banque . Le Lieutenant Jobert se mit à hurler comme un chameau dans son mégaphone :

- Rendez vous !!  Bande de cochons sclérosés ! Vous etes cernés , nous sommes de partout !

Sonny ne se démonta pas pour autant , tandis que Laurel maintenait le personnel en respect , il sortit de la banque et leur stipula qu'il souhaitait une voiture pour partir au plus vite et que si nos sbires ne s'exécutaient pas , un otage serait executé sur le champ .

A ces mots , Bertha la vaillante hausse le ton
-Ah non !!  non monsieur , moi  j'en ai ras la casquette de cette existence morose , alors , je pars avec vous , nous ne serons pas trop de trois , trois paumés en quète de bonheur de surcroit .







Quelques minutes plus tard, le lieutenant Jobert hurla de nouveau dans son mégaphone (il adorait çà ! un vrai kiff !) que la voiture demandée était à disposition .Les policiers étaient aux aguets pret à défourailler à la moindre incartade .

Sonny, Laurel et Bertha quittèrent précipitemment la banque à bord de la Ford orange qui se trouvait devant l'entrée . Pour Bertha , meme si le danger était présent , la compagnie de Laurel et Sonny et le simple fait de réaliser quelque chose d'un peu excitant et un rien illégal , lui redonnait vie .

Tandis que les flics avaient pris en chasse le véhicule , Bertha soupira et dit :
-Messieurs , je me fiche de la suite des évènements , vous etes de braves gars et , meme si vos intentions  sont loin d'etre bonnes , elles sont moins pires que mes patrons , alors ...merci à vous , vous venez de me  sauver d'une mort certaine , Je revis !
Sonny et Laurel furent assez surpris , une telle fin , ils ne l'avaient pas prévu ainsi . FIN