jeudi 17 octobre 2013

Laisse le Boulard à Venise





 

Trois jours plus tard , Léontine Dinguedong et Alphonse Boulard
se décidèrent à embarquer via Venise pour un week end en amoureux. Oh ! Ne croyez point que notre cher Alphonse ait fini par accepter la requête de sa belle sauvageonne de Léontine uniquement par le truchement habile d'un sentiment affectif et horizontal. Alphonse Boulard voulait surtout échapper à son morne quotidien de vendeur d’automobiles pendant , au moins deux nuitées  histoire de reposer ses guêtres et de ne plus abreuver ses cages à miel de sarcasmes en tous genres .



-Je suis prête mon amour ! Nous prenons le vol de 15 h 43 destination Rome puis, de là un autocar puis un bateau-mouche nous conduiront à Venise pour un moment à nous, rien qu’à nous !! Lança avec joie Léontine.



Le périple commença avec entrain lorsque nos deux protagonistes se rendirent à l’aéroport Charles de Gaulle  D'emblée, Alphonse fut surpris de voir des hommes en gabardines et lunettes noires lorgner dans sa direction avec un intérêt qui frisait soudain l’inhabituel.



-C’est bizarre ces deux types qui nous fixent des yeux depuis 10 minutes dans la salle d’embarquement avec de grosses lunettes noires alors que le soleil fait la grève depuis des semaines … oh ! Crois-moi Léontine, ça sent l’coup fourré cette histoire .





A quelques kilomètres de là , dans la bonne ville de Cergy , notre taciturne clergyman , le fort bien nommé Grégory Passouvent s'était enfermé à double tour  dans son bureau et avait branché son matériel d'espionnage pour écouter quelques conversations pas très musulmanes selon son propre aveu pensif .

-Ils les tiennent là ! Ils les tiennent !! Hurla au travers de son écouteur notre aimable paroissien .

En effet , tandis qu'Alphonse et Léontine s'envolaient pour Venise, Grégory Passouvent (avec l'aide des hommes en gabardines ) avait mis sur écoute nos tourtereaux .

Lorsque l'avion de nos amis décolla , Grégory reçut un appel téléphonique .
-çà y est chef, ils sont partis  , on a pu vérifier que le micro était bien branché , quels sont les ordres à présent ? demanda l'un des sbires de Grégory (qui lui aussi ne riait pas souvent ) .
-Vous me les marquez à la culotte !! et qu' çà saute nom d'un crucifix !!