mercredi 20 novembre 2013

les grandes oreilles de Cergy Pontoise

 
 
 
Le voyage se déroula sans encombres ou presque. Léontine était amoureusement affairée à choyer notre impassible Alphonse qui, sous ses dehors bourru, aimait beaucoup la compagnie des femmes et, plus encore, la compagnie de sa propre dulcinée. Le vol 327 pour Venise arriva à destination à 17 h 27  
 
 
Par chance , le soleil avait décidé de les accompagner de ses fières rayons . La ville était belle , chatoyante et propice à un week end qui s’annonçait sous les meilleures auspices . Nos deux héros de la voltige se rendirent aussitôt dans l’un des plus beaux hôtels de la ville.
 
 
 
 
Un cadre idéal pour se reposer un peu, entourés des eaux précieuses, des gondoles capricieuses et des fameux pigeons de la place Saint Marc.
-On va enfin se détendre et ne penser qu’à nous ! Lança Léontine dans un rire charmeur en arpentant le pont des soupirs au bras d’Alphonse.
 
 
 
 
-On va tout faire pour que cela soit possible ma chérie ! Répliqua avec une pointe de doute dans la voix notre Boulard qui n’avait pas la détente facile même au bras d’une grande sauterelle.
 
 
 
 
Tandis que nos touristes entrèrent dans l’hôtel afin de déposer leurs bagages, deux hommes en gabardines suivaient à distance le couple frenchy.
-Ils ne pourront plus nous échapper, on va les surprendre au saut du lit dès demain matin ! Ah ! Ça va leur faire tout drôle comme début du week end ! Fit Hector Berliaz , l’un des sbires de Grégory Passouvent .
 
Hector Berliaz et Artus Vudenhaut , prirent également une chambre dans cet hôtel après avoir gouté aux joies d’une promenade en Gondole .
Il ne restait plus qu’une chambre disponible au numéro 123 leur dit l’hôtesse des lieux avec un accent italien tout à fait charmant .
-Qu’à cela ne tienne , nous n’allons pas faire les difficiles ! Ajouta Hector en apprenant que le lieu était minuscule et qu’ils ne bénéficieraient que d’un lit pour deux .
 
 
 
 
Tandis que Léontine et Alphonse avaient passé le reste de la journée Vénitienne à se balader , ils rentrèrent à » l’hôtel des 3 faisans « à 23 h environ .
Ce fut le moment ou Hector et Artus se décidèrent à dormir afin d’être en forme pour venir cogner à la porte d’Alphonse et Léontine et les surprendre afin de les enlever .
Un enlèvement après les avoir bien mis sur écoute , tel était l’ordre donné par Grégory Passouvent .
 
 
 
 
Le lendemain , après une bonne nuit de sommeil, tout était prêt pour l’assaut mais au moment de quitter leur chambre , Hector et Artus firent une bien mauvaise surprise …