samedi 21 décembre 2013

Deux Malfaisants à l'hôtel des "Trois Faisans"

 
Quelle ne fut pas la surprise de nos deux Olybrius, Hector Berliaz et Artus Vudenhaut de ne plus pouvoir ouvrir la porte de leur chambre.



-Que se passe-t-il, Artus ? fit Hector encore à peine réveillé par cette nuit vénitienne de fort courte durée.

-Je n’arrive pas à ouvrir cette foutue porte ! Bon sang de bonsoir, qu’est-ce que qui se passe ?

Entre temps, alerté par tant de bruit, le personnel de l’hôtel des 3 faisans fut alerté et , en arrivant  sur les lieux  ne put que constater l’évidence :
 
Les hommes de main de Grégory Passouvent (il allait en avoir d’autant moins l’occasion à présent) étaient enfermés dans leur deux pièces sans pouvoir mettre le moindre naseau à l’extérieur.





On se gondole à Venise ! Très rapidement, eux aussi réveillés par le boucan de tous les Dieux que faisait Hector et Artus, Léontine Dinguedong et l’impassible Alphonse Boulard se trouvaient non loin de là dans le couloir de cette auberge italienne.


-Qu’est-ce que c’est ce que ce raffut ? il y a un problème ici? Lança Alphonse, le visage encore chiffonné par la nuit (fort délicieuse) qu’il avait passé en compagnie de sa grande sauterelle toujours aussi à l’aise en toutes circonstances.
 
 
 
On leur expliqua que deux personnes se trouvaient emprisonnés dans leur chambre . Alphonse fut assez surpris qu'une telle mésaventure puisse arriver dans un tel endroit (qui valait bien Anvers ) .


-Si vous avez besoin d'un coup de main , je peux vous aider ! On va faire le coup du bélier pour enfoncer la porte ...à la une, à la deux, à la trois !




Aussitot , Hector et Artus furent liberés de leur prison dorée . En pyjama et l'air encore endormi , nos deux zéros tout penauds remercièrent le personnel (et Alphonse qu'ils avaient reconnus ) de les avoir aidé à sortir .



Hector appella illico Grégory Passouvent pour lui faire part de cette bien facheuse anecdote et , se fit souffler dans les bronches par notre curé qui cachait un tempérament et des moeurs pas très catholiques .


-Bande d'imbéciles ! Il ne fallait surtout pas vous faire remarquer pour kidnapper Mireille Bardat et Jean Gabeu !! Tout est foiré ! Rentrez immédiatement à Cergy , j'ai besoin de vous car les deux enfants de coeur se sont fait la malle !


C'est alors que nos joyeux drilles s'aperçurent qu'ils s'étaient trompés de clients car Alphonse et Léontine leur ressemblaient comme deux gouttes de Jacks Daniels . Artus et Hector quittèrent Venise sans se faire prier .
 
 
Deux jours plus tard, Léontine , toujours aussi pertinente dans ses remarques , avoua à Alphonse , entre deux gorgées de ce délicieux café que l'on servait à Venise , qu'elle avait , elle aussi repéré les deux sbires (souvenez vous qu'elle avait confessé ses pruniers à Grégory Passouvent ) et que c'est elle qui avait enfermé les lascards à double tour dans leur chambre afin qu'ils deviennent invulnérables .
 
Alphonse fut comblé par cette initiative qui le fit marrer sous cape .
-Les cons ! Me confondre avec Gabeu et toi avec Bardat , faut vraiment en tenir une sacrée couche ou bien rouler en voiture Suisse !!
FIN