mercredi 4 février 2015

Catherine pas folle de la ville de Metz








Le vieux Briscard était abasourdi , presque sonné et n'en revenait pas du geste tout à fait regrettable qu'il venait de réaliser.

-Merde, j'ai tué un homme ! Il ne respire plus..c'était pourtant juste un coup de bouteille sur la gueule   Oh  ! Merde !! qu'ai je fait là ???!! se lamenta minablement Gérard Briscard  en se penchant sur le cadavre encore tiède de ce pauvre quidam à l’allure plus vraiment patibulaire , ni plus vraiment expressive à cet instant pathétique.

Une seule solution pour Gérard : Profiter de l’obscurité  et de la fermeture de son bar-tabac  pour se débarrasser sans être vu du personnage encombrant .

- Décidément , ce cafard aura toujours été de trop , vivant ou mort . Quelle vermine ces gens  là ! pensa Gérard dans un réflexe de citoyen aimant user de son bulletin de vote et de son avis politique comme une réponse capitale à tout les maux.


---------------------------------


A l'extérieur, dans les rues pas si hostiles de Metz en ce froid  mois de janvier 1975 , les habitants rentraient chez eux , se mettre au chaud , s'occuper pour oublier le travail et les tracas du quotidien et parfois s'encanailler à peu de frais .

 On sentait bien dans l’atmosphère que les trente glorieuses touchaient à leurs fins.

Alors qu'il tenait le macabé  par les bras le traînant tant bien que mal  dans la remise située derrière le comptoir , arriva sans prévenir Catherine la fille de ses voisins les Lambert .

-Bonsoir m'sieur Gérard, j'ai bien vu que vous étiez fermé , par chance j'ai pu pousser la porte,  je boirais bien un .... 

En voyant la scène, elle resta interdite , puis, elle lui dit tout de go :

-M'sieur Gérard,c'est un client qui a trop bu que vous tenez comme çà ? Qu'est ce que vous fichez là ?








Gérard relava la tête et froidement il lui  répliqua avec un honnêteté inédite .

- Je ne voulais pas hein , mais , c'est un client éméché  et violent que j'ai assommé avec un bouteille et ...il est mort.

Catherine eut le réflexe de vouloir quitter les lieux en voyant le tableau mais Gérard Briscard , après avoir lâché le malheureux , la saisi  par le bras .

-Faut  m'aider Catherine , faut m'aider , je viens de le buter , il faut m'aider à faire disparaître cet homme dans la remise et surtout ...pas un mot à personne , compris ?

Catherine Lambert qui n'avait pas froid aux yeux et un fichu caractère un peu acariâtre  déclara avec aplomb : 

- Vous voulez  que je vous aide à accomplir votre sale besogne et à me rendre complice de votre crime ? C'est mal me connaitre monsieur Gérard !