vendredi 9 avril 2021

Le temps des aveux est arrivé comme le printemps

Adrien Pinacle ( Gérard Depardieu ) avait une scène très forte et troublante à jouer avec Marion (Catherine Deneuve ) , ils s'embrassaient sur la scène après s'être dit des mots d'amour .


Pour deux comédiens aussi chevronnés qu'eux, cela ne posait aucun problème mais, le simple fait que Lucas (Heinz Bennent ) soit à la cave à superviser rendait Marion nerveuse et Adrien se rendait compte 

-Stop ! Arrêtons là pour cette fois, fit Marion après la scène , on reprendra de main , je crois que vous êtes tous fatigués, on révise les scènes suivantes demain et tout ira au mieux le jour de la première .
Adrien Pinacle, une fois les autres comédiens repartis demanda à Marion s'il elle allait bien et cette dernière lui fit une aveu des plus déconcertants …..





-Voila, Adrien, il faut que je vous dise la vérité , fit  Marion avec l'attitude des personnes qui en ont gros sur le cœur et qui parlent pour se soulager , il se trouve qu'Adrien n'est pas parti en Egypte pour fuir l’ennemi nazi , non, il se trouve au sous-sol et il écoute tout ce que nous faisons et ...cette situation que je gérais tant bien que mal jusqu'à présent devient difficile du fait de votre présence.



-Ma présence  ? fit Adrien un peu surpris par cette affirmation , mais pourquoi donc Marion ,  Nous jouons, nous répétons , la vie est un théâtre et cette pièce le reflète bien ! Qu'est ce qui vous gène ? En tout cas, je garde la confidence . 


-Ce qui me gène , fit Marion en s’éloignant un peu d'Adrien , c'est que votre jeu, votre voix , votre physique me trouble un peu et Lucas est en bas et entend tout et je pense qu'il se doute que ,depuis votre arrivée dans la troupe, je suis chamboulée et je n'aime pas du tout çà , les pertes de contrôle .

Adrien acquiesça et comprit fort bien à ce moment combien  cette femme sous ses allures de Roc était tendre mais qu'elle mettait tout en oeuvre pour le cacher .
 Il faut avouer que depuis 5 ans à présent, Marion et Lucas formaient un couple soudé et créatif, Lucas faisait répéter sa pièce à Marion et voulait que tout soit parfait pour le jour de la première .


Il avait tout misé sur "La grande comédie" et puis, la seconde guerre mondiale à éclaté , le Maréchal Pétain a pris les reines de cet odieux régime et Marion regrettait beaucoup Raymond Poincaré sans qui nous n'aurions (selon elle) pas été une nouvelle fois en conflit avec les Prussiens .

Ah ! Cette maudite guerre et ce satané jour du 1er septembre 1939 ou il faisait si bon pourtant . Marion était enfin propriétaire du Théâtre des Arlequins à Paris et Lucas Steiner son mari le principal auteur à pouvoir jouer ses pièces  sans soucis juridiques .


Bien que Marion était toujours attachée à Lucas , l'arrivée de cet Adrien Pinacle chamboulait tout de même sa vie et cet aveu qu'elle venait de lui confier lui servait surtout d'alibi pour changer de cap ...


     A SUIVRE .....................................
 

vendredi 19 mars 2021

La grande comédie débute après le dernier métro



 

Adrien Pinacle (joué par  Gérard Depardieu) se montrait fort curieux au sujet du metteur en scène de la pièce "La grande comédie" que toute l’équipe s’affairait à faire exister pour bientôt.




 Les répétitions allaient bon train et Marion Steiner (incarnée par Catherine Deneuve) faisait régner sur le plateau une ambiance à la fois douce et disciplinée, elle avait reçu une formation théâtrale depuis de nombreuses années et elle considérait, à juste titre, que ce noble métier du divertissement ne pouvait se faire que dans la rigueur pour le jeu et le respect des mots des auteurs.

 

Plus il l’observait tout en travaillant son rôle, plus Adrien Pinacle restait admiratif et fasciné par cette femme à la fois solaire, un peu froide mais tellement rassurante, comme un baume bienfaisant en cette période d’occupation qui faisait frémir tout le monde.

Lucas Steiner (Incarné ici  par le comédien Allemand Heinz Bennent) ne vivait pas si loin que çà de la troupe puisque il demeurait la plupart du temps dans une cave du théâtre sous la scène précisément  et c’est Marion Steiner qui lui apportait un plateau repas chaque jour .



Ce petit manège tout de même assez périlleux mis en place par Marion afin d’éviter à Lucas d’être un jour déporté et de subir de plein fouet  l’oppression et la terreur que l’hexagone vivait à ce  moment-là , avait son lot de surprises et de joies, car, chaque repas que Marion présentait à Lucas était l’occasion pour ce dernier de donner (ayant entendu depuis la cave les répétitions)  son ressenti sur l’évolution du spectacle et ses directives à Marion .

 

-Il faut se concentrer sur les déplacements, je veux que ça bouge et pour le texte, il faut davantage d’articulation, Marion, tu leur diras n’est-ce pas ? fit Lucas

 

-Ne t’en fais pas, Lucas, tiens  c’est un délicieux poisson avec de petits légumes que la costumière a cuisiné, tu vas adorer ! Ne t’en fais donc pas, tout va se passer au mieux, chaque jour ce texte donne sa pleine dimension et tu entendras bientôt "La grande comédie" jouée avec tant d’éclat que le tout Paris s’en fera l’écho.

 

-Ah ! Que Dieu t’entende ma chérie ! Pour ma présence ici, personne ne se doute de rien, que leur as-tu dit ? interrogea Lucas

 

-Mais la vérité, que tu as fuis la France pour t’exiler en lieu sur  mon chéri, fit Marion avant de remonter l’escalier et de rejoindre le rez-de-chaussée  ou toute la troupe l’attendait.

 


Adrien Pinacle avait une scène très forte et troublante à jouer avec Marion , ils s'embrassaient sur la scène après s'être dit des mots d'amour .Pour deux comédiens aussi chevronnés qu'eux, cela ne posait aucun problème mais, le simple fait que Lucas soit à la cave à superviser rendait Marion nerveuse et Adrien se rendait compte 

-Stop ! Arrêtons là pour cette fois, fit Marion après la scène , on reprendra de main , je crois que vous êtes tous fatigués, on révise les scènes suivantes demain et tout ira au mieux le jour de la première .
Adrien Pinacle, une fois les autres comédiens repartis demanda à Marion s'il elle allait bien et cette dernière lui fit une aveu des plus déconcertants …..



A SUIVRE …



_______________________________________________________________
Toujours à découvrir "Les gens qui s’aiment " le clip du second single extrait de l'album éponyme que vous êtes de plus en plus nombreux depuis le 9 octobre à posséder chez vous .Avant la parution d'un 3ème extrait . Voici de nouveau "Les gens qui s'aiment" POUR LE COMMANDER EN LIGNE

vendredi 19 février 2021

Dernières répétitions avant le grand soir


Paris, novembre 1941 , l'ambiance est tendue au théâtre de l'Empire , il fait froid et le couvre feu imposé par les occupants nazis depuis deux ans commence à peser à Lucas Steiner (Incarné ici  par le comédien Allemand Heinz Bennent ) . 


Lucas Steiner a fait croire à tout son entourage qu'il a quitté la France pour fuir l’oppression et la terreur qui rôde tel un loup en rut depuis 1939 .


En vérité, il vit caché dans le sous-sol de son propre théâtre et supervise le travail depuis ce lieu exiguë .


"La grande comédie" est le nom de la pièce dont il est l'auteur et qu'il fait répéter depuis sa petite cachette à sa femme Marion Steiner (incarnée par Catherine Deneuve ) . Cette dernière met tout son talent, son temps et son énergie a faire en sorte que la troupe de comédiens soit la plus talentueuse et précise avec le texte de Lucas Steiner ainsi que dans les déplacements que les acteurs doivent réaliser et ce n'est pas une mince affaire bien que tous soient très professionnels et aguerris à ce dur métier du spectacle qui fut si peu reconnu à l'époque de Louis XV et du cardinal Richelieu et qui le demeure encore à l'ère hideuse du maréchal Pétain .


Parmi ces comédiens se trouve Adrien Pinacle (que joue pour nous Gérard Depardieu ) qui tient le rôle de l'amant dans la pièce "La grande comédie" , un personnage qu'il joue au coté de Marion qui elle ,incarne sa maitresse clandestine . 




 Adrien Pinacle est arrivé à Paris depuis six mois et il compte bien poursuivre ce noble métier tant il possède un charisme, un physique et une présence qui lui ont valu de travailler avec de grands metteurs en scène de théâtre dont Lucas Steiner à présent . 

Marion Steiner mène son petit monde avec une douce autorité. Elle sait ce qu'elle veut et souhaite satisfaire les exigences de son mari même si ce dernier est officiellement absent, sa présence , même à l'étage inférieur de la salle de théâtre la rassure.

Un soir vers 17 h 15 après les répétitions, Adrien Pinacle interpelle Marion Steiner au sujet de l'absence de son mari et auteur  du spectacle en montage.

-J'aimerai juste savoir si vous avez de ses nouvelles et s'il va bien ?" lui lance t-il 

Avec  un léger sourire, Marion lui réplique "Oh ! vous savez, Lucas n'est jamais très loin de nous tous , il veille au grain , peut être un peu trop depuis  quelques temps….



                                                                       A SUIVRE 

mardi 2 février 2021

Sympathie pour la résistance à la dérive !


Nous voilà 29  ans après que Henri De Clignancourt et Jacques Fontaine conclurent ce fameux  pacte du 3 juillet 1940 afin de résister  à l'odieux Harold Laglaire qui souhaitait anéantir tout ce qui était nuisible sur la terre (selon lui ) en passant tel Attila par la Syldavie afin de faire une provision encore plus grande parmi les Injustes (tel était le nom  qu’il leur donnait ) qui venait à se trouver au pays De Clignancourt. 



Le 28 avril  1969,  Henri De Clignancourt (qui ressemblait beaucoup à un certain Charles De Gaulle) quitte avec fracas la présidence de la Syldavie  après avoir été désavoué par le vote de ses concitoyens (dont il aimait parfois gommer le mot « citoyens ») suite à une insurrection de la jeunesse et des grévistes. De Clignancourt semblait à ce moment-là déconnecté à la réalité de la fin des années 60. Lui qui avait sauvé la Syldavie des griffes  d’un dictateur aimant la musique de Beethoven, lui qui avait réussi à gérer la crise qui avait secoué la Valquirit qui réclamait son indépendance avec la Syldavie et enfin , lui qui avait su redonner à son pays, son mât de cocagne la dignité dont il avait besoin était en ce printemps 1969 noyé dans un chagrin Kafkaïen . Et ce, même après avoir rédigé ses mémoires d’éléphant  tout en relisant « Heiraten » de Dourvac’h en sirotant une liqueur dans son salon feutré au soir de son existence.

 

C’est alors que le poste radio que sa femme Henriette (qui venait du Mans) écoutait chaque après-midi en repassant le linge retentit et ce n’était point un appel à la résistance que l’on pouvait ouïr mais le Hit-Parade des ventes de 45 tours. Soudain, notre vieux chêne pencha sa tête de gauche à droite en gardant le rythme en entendant le dernier succès  des Rolling Stones, ces petits gars qui avaient fait la nique aux défunts Beatles et qui depuis 1965 enchaînaient les tubes avec une régularité de métronome.

 

Qui aurait cru voir un jour Henri De Clignancourt (sosie parfait du général De Gaulle) fredonner en yaourt  bulgare une chanson de la bande à Mick Jagger ?

 

Personne à priori et pourtant dans les récits du Magicien OX (qui fête bientôt ses 14 ans ) , tout est permis surtout ce qui fait du bien ! 

 

Le titre "Sympathy For The Devil " des Rolling Stones et son aspect sulfureux dans le texte cartonnait à ce moment là et les paroles  résonnaient dans la pièce ou notre éléphant privé de pouvoir se plaisait à fredonner en Français "
"
J'étais dans les parages de Saint-Peterborough


Quand j'ai vu que c'était le bon moment pour un changement


J'ai tué le Tsar et ses ministres,


Anastasia cria en vain


J'ai conduit un tank et eu rang de général


Quand la guerre-éclair a fait rage et que les cadavres puaient

Enchanté de vous connaître j'espère que vous devinez mon nom. Oh ouais

Mais ce qui vous intrigue c'est de comprendre en quoi consiste mon jeu. Oh ouais" (Mick Jagger/Keith Richards 1969)
Prémonitoire cette musicale claque pour notre ex-président ! Quelques minutes plus tard , la radio joua un autre succès du Hit Parade de ce printemps 1969 , la chanteuse Nicoletta que la Syldavie entière avait découverte en 1967 avec "La musique" puis l'année d'après avec "Il est mort le soleil" revenait en fanfare avec un nouveau 45 tours qu'Henriette avait acheté au Monoprix "Alors je dérive ". Un an après , le naufrage fera son œuvre mais pour notre pays , une forme de chef d'œuvre !

                                                FIN

lundi 18 janvier 2021

De Clignancourt en mode Heiraten

 







Henri De Clignancourt et Jacques Fontaine conclurent un pacte et ,en ce 3 juillet 1940 fut décidée la première salve de résistance à l'odieux Harold Laglaire !

 Quelques jours plus tard, les zouaves et autres troufions se mirent en marche au sud de la Sylvadie et si ,Wenston Brandon était à leurs cotés avec son armée, ce fut un coup rude pour le maréchal Gredin qui dirigeait alors la Syldavie de manière féroce et un peu collaboratrice et complotisme sur les bords … 


                                                                --------------

-Il fallait que je note ce passage se souvint tout à coup Clignancourt en 1969 en écrivant ses mémoires d'éléphant . Sans ce Jacques Fontaine , que serait devenu notre beau pays ?

C'est alors que ce cher Clignancourt et ses faux airs du général de Gaulle se souvint d'un livre particulièrement marquant  qui lui avait procuré beaucoup de plaisir au soir de sa vie .  

"Que serait devenu notre beau pays sans Jacques Fontaine ? " Cette question résonnait en lui et fit donc écho au roman "Heiraten" de l'auteur du roman à succès Dourvach qui avait triomphé après guerre avec "Grand Large " qui relatait les tourments d'un homme auprès de son  enfant avec la joie et l'inquiétude que cela peut procurer parfois. 

De Clignancourt avait une passion pour Franz Kafka et son destin sombre et atypique touchait et intriguait notre homme de pouvoir qui étanchait sa soif de découverte au gré de la vie tumultueuse de l'écrivain austro-hongrois rédigeant sa sombre et noble prose  dans la langue des Prussiens dont la judaïté ne fut  ni un étendard ni une blessure mais une religion que l'on ne choisit pas.







En redécouvrant "Heiraten" de Dourvach ,une montagne de souvenirs remontaient à la surface pour Henri . L'histoire d'amour émouvante et oppressante  entre les amants Julie et Franz Kafka au cœur d'une pension ou l'auteur de "la métamorphose" soignait des problèmes pulmonaires troublait notre Clignancourt au point même qu'au cours de sa lecture il oubliait un peu son propre parcours avec les victoires et les défaites qui le menèrent à diriger un pays en plein conflit mondial . 


 Chaque soir de janvier 1970 ,après avoir rédigé ses mémoires d'éléphant dans le salon  de sa demeure de Trouffignon les trois Temples ,Henri de Clignancourt  était le nez dans le livre "Heiraten" de Dourvach


Même sa femme Henriette était fort surprise de le voir dans son fauteuil , une cigarette dans une main et sa tisane posée à ses cotés, totalement   captivé par les personnages Julie et Franz au point  de  souffrir avec eux .

Il faut avouer que l'amour du langage si cher à Henri était comblé par  l'écriture de Dourvach . Une approche assez déroutante de la vie de nos héros mais si romanesque et bouleversante que l'on ne peut que rester sans voix devant ce si bel ouvrage littéraire de haut vol  . 


Avant de poursuivre notre récit, petit coup de chapeau à Dourvach , bien réel auteur de "Grand large " et "Heiraten" .Pour en savoir plus : http://dourvach.canalblog.com/


                                                          A SUIVRE !!!!!!!!


_____________________________________________________________________________________________________

                                                            "les gens qui s'aiment " toujours disponible 


                                                                              "les gens qui s'aiment


                                                                              "Décadence

Pour commander en ligne pour la somme modique de 7 euros :     https://jerryox.bandcamp.com/album/les-gens-qui-saiment


mercredi 23 décembre 2020

Jerry OX "Les gens qui s'aiment" second single extrait de l'album éponyme


 
 Le disque "Les gens qui s'aiment " produit , arrangé et réalisé par Loïc Manach  ,disponible depuis le 9 octobre 2020 rencontre grâce à vous le succès, c'est à dire ,votre écoute suite  à vos nombreux achats de cet opus et je dois avouer que je suis très touché par les premiers retours qui sont tout à la fois encourageants et chaleureux . 


L'angle plus amoureux qui se dégage de cet album vous a séduit et je vous en remercie car je n'étais pas tout à fait rassuré au départ sur le résultat final . Et oui! le doute est assez permanent chez moi !

j'espère pouvoir réaliser quelques  spectacles pour  présenter ces 10 nouvelles chansons comme  j'ai eu le plaisir de le faire précédemment suite à la parution en 2011 de "Pauvres terriens" et de "Heureux pêcheur" en 2015 . Je suis comme tout un chacun en cette rude période, j'attends ....




Vous avez réservé un formidable  accueil au premier single extrait de ce nouvel album "Les gens qui s'aiment" , le titre "Décadence" dévoilé le 4 septembre 2020 soit ,un mois avant la parution de la totalité du disque et si cette chanson un peu ironique et décalée vous a séduit , c'est un bonheur à constater . 


 J'ai donc choisi d'extraire un second titre en single et , après "Décadence" mon choix s'est porté sur la chanson-titre "Les gens qui s'aiment" qui, d'après les retours des premiers acquéreurs est l'une de vos préférées . LE CLIP



Voici donc ce nouvel extrait qui ,j'espère vous  plaira et vous donnera envie d'écouter les 8 autres chansons de ce disque (pochette en photo juste au dessus de ces lignes) disponible en m'envoyant votre commande par mail à bobsinclar69@hotmail.fr pour la modique somme de 10 euros (1 euro par chansons pour un art pas si mineur parait il ...) . Bonne écoute et belles fêtes de fin d'année à tous et tous !! 


              👉      EN ECOUTE AUDIO            ECOUTER ICI 


 



vendredi 4 décembre 2020

Henri de Clignancourt se souvient de tout !


Nous étions biens dociles , bien trop et il me fallait donner un coup de pied dans la fourmilière des Syldaviens menée par cet infâme maréchal Gredin alors, j'ai lancé un appel à la radio Lituanienne (grâce à l'appui de Wenston Brandon ) , j'ai adoré ce moment là ! écrivit sur toute une page Henri de Clignancourt .


Puis vint le temps d'un pause ou notre vieil homme fit sa promenade quotidienne dans son grand jardin lorsque soudain un détail important lui revint à l'esprit, détail qu'il lui fallait absolument écrire …..


Le grand sage se souvint de ce jour de juillet 1940 , un mois à peine  après son appel à la résistance des résidents de la Sylvadie contre l’oppresseur  Prusse Harold Laglaire . Il faisait chaud ce jour là et un jeune homme lui fit une courte visite dans son QG de la rue des Chartreux , il était mince , brun et portait un chapeau élégant . Après avoir frappé à la porte de son bureau , il se présenta à Henri de Clignacourt en ces termes :

- Mon sénéchal , j'ai entendu votre appel à la radio le 18 juin dernier après avoir écouté "le jeu des livre sterling" de Junior Lucien et je vous ai trouvé fort convaincant , votre sens de l'honneur, de la résistance et de la bravoure me touche, je suis ulcéré par ce qui arrive à la Syldavie , je veux rejoindre votre combat monsieur de Clignancourt !

Henri De Clignancourt fut enchanté par cet élan et lui répliqua aussitôt :

-Ah ! monsieur, si tout le monde était comme vous, je suis ravi de vous connaitre et accepte votre aide , vous êtes monsieur ?


-Fontaine , Jacques Fontaine , je suis prêt à résister à l’ennemi à vos cotés, j'ai des amis qui vont nous rejoindre dans cette grande opération de survie en plus de l'armée de Sylvadie et de nos compagnons d'outre manche, tout devrait bien se passer , je croise les doigts.


Henri De Clignancourt et Jacques Fontaine conclurent un pacte et en ce 3 juillet 1940 fut décidée la première salve de résistance à l'odieux Harold Laglaire !

 Quelques jours plus tard, les zouaves et autres troufions se mirent en marche au sud de la Sylvadie et si ,Wenston Brandon était à leurs cotés avec son armée, ce fut un coup rude pour le maréchal Gredin qui dirigeait alors la Syldavie de manière féroce et un peu collaboratrice et complotisme sur les bords ... 



-Il fallait que je note ce passage se souvint tout à coup Clignancourt en 1969 en écrivant ses mémoires d'éléphant . Sans ce Jacques Fontaine , que serait devenu notre beau pays ?


A SUIVRE .........................