mardi 5 novembre 2019

En Marge du soleil d'or


Nous y sommes, comme menés en bateau dans un océan d'incertitude  . La scène se déroule au tout début  des années 60 , à l'époque ou l'homme n'avait pas encore foutu le panard sur la face cachée de la lune et ou les Ricains n'avaient pas encore envoyés leurs troupes pratiquer le tourisme guerrier au Vietnam .La jeune Marge (incarnée , for ever, par Marie Laforet) rêve de grande aventure, d'eau salée et d'amour avec des glaçons à l'intérieur .

La voila embarquée en plein océan au coté de Rouplet (incarné par l'inoubliable Maurice Ronet ) et Jeff que joue le jeune Alain Delon .
 Un trio de choc sur un joli navire qui a donc décidé d'un commun désaccord parfait de partir quelques jours voir si la mer est plus belle lorsqu'on est au beau milieu d'elle .



Marge, Rouplet vivent en couple depuis quelques mois et leur histoire se déroule , jusqu'ici sans la moindre anicroche .

Un soir, lors du dîner, Rouplet coiffé d'une casquette de chef de meute se lance dans une grande discussion qui déstabilise quelque peu Marge et Jeff .


"Au fond, à quoi nous sert cette vie que l'on mène ? Vous l'avez choisi en pleine conscience , vous ? Comme çà , en plein soleil vous vous êtes dit "'je veux faire ceci ou renoncer à cela " ?

Marge fut tout d'abord surprise et resta un court instant interdite , puis elle répliqua :

"Que veux tu dire par là ? Moi, je l'aime cette vie et ce voyage que l'on fait avec Jeff à nos cotés . Qu-est ce qui te prend tout à coup ?

Jeff était très gêné d'assister à ce qui ressemblait à une dispute d'amoureux et se sentit tout à coup étranger à leur histoire puisque de toute façon il était l'invité de Rouplet sans trop le connaitre tout en cherchant à mieux le cerner jour  après jour.
Quelques minutes plus tard, alors que Jeff était monté sur le pont fumer une cigarette, Marge et Rouplet continuèrent en duo la conversation entamée ...

"Mais non, Marge, je ne dis pas çà contre toi, bien au contraire ! Mais tu vois, ce voyage en  huit clos me donne à réfléchir sur le sens de la vie, çà arrive à un moment donné et  bien , là , c'est ce soir .

" Oh ! toi ! tu devrais arrêter de gamberger , çà ne te réussit pas . On va poursuivre ensemble ce voyage et j'ai l'impression qu'il va nous apporter toutes les réponses que l'on attend.

                                                                       A SUIVRE .......

mercredi 2 octobre 2019

Nathalie Térieur contre-attaque !

 Nathalie Térieur qui, jusqu'ici resta silencieuse tel une cantatrice aphone se retourna vers les deux hommes et dit à l'intention d'Alain Térieur , son bonhomme de mari :


-J'ai pris ce risque , je sais ce que je fais ! N'écoute pas ce vaurien de St Yorre , il ne sait que dire à part proférer des injures et des intimidations , j'ai de la ressource, moi ! 


Elle ne plaisantait pas en affirmant çà , Nathalie Térieur ! Le fameux convoi de billet venant de Suisse avait été dépouillé de son contenu par un ami personnel de Nathalie ... le fameux et pour le moment invisible , Charles Attan .

Elle avait mis au point ce stratagème sans en parler à son mari tout en lui faisait croire que ce dernier avait rendez-vous avec Charles Attan pour faire affaire avec lui alors que tout avait été négocié dans son dos.



Alain Térieur et François Saint Yorre tous deux debout comme chez Danette , n'en revenaient pas de ses aveux si spontanés .


 Madame Térieur qui, jusqu'ici avait poussé son mari à vivre au dessus de ses moyens en étant dans les règles, naviguait en fait  dans l'illégalité .

-Chérie, je me suis joué de toi , dit elle à Alain Térieur  qui restait muet comme un sardine , j'ai voulu en croquer de ce fric que tu ne me donnais pas , je voulais que ce hold up porte ta signature et que je le commette avec Charles à ta place en douce , tu n'aurais rien eu à faire , si ce n'est de la prison ferme . mais bon, tu m'aimes suffisamment pour çà , non ?
-
Une telle contre-attaque et venant de sa femme qu'Alain Térieur croyait si pure et honnête mit fin à leur relation et , soudain, Alain Térieur eut la désagréable impression d'avoir reçu un coup sur la tête .

Le samouraï sous le choc quitta le lieu dans lequel on l'avait conduit (un commissariat de Police ) laissa là,Nathalie Térieur et reprit sa voiture qui se trouvait garée à trois stations de métro de là . Son Borsalino sur le couvre chef , il se sentit bien à extérieur d'une histoire qui s'avérait un peu trop grande pour lui . Pour une fois.


                                                                   FIN

vendredi 13 septembre 2019

çà se Corse comme on a coutume de dire à Bastia !


Alain Térieur venait , non seulement d'entendre la conversation qui se tenait dans le café voisin , mais fut soudain pris à parti par un homme lui aussi en gabardine (c'était la mode et la météo y était pour beaucoup ) qui lui ordonna de lever illico les paluches et de le suivre bien gentiment s'il ne souhaitait pas avoir quelques menus problèmes à son actif .

-Ne bougez pas scélérat ! Vous m'avez tout  l'air d'être un sinistre individu qui veut en savoir trop et ce , dans un but assez malintentionné, je me trompe ? lui dit l'homme au pistolet d'argent .

Sans se départir de son flegme qui n'avait rien de britannique, Alain Terieur qui se trouvait à présent dans une sale affaire lui répliqua :

-Question de point de vue, d'ou je me trouve, j'ai la nette impression que vous êtes aux abois , sinon , pourquoi me mettre un flingue devant la gueule ?








Les deux hommes se faisaient face ,assis  pour l'un ,sur une chaise et pour l'autre un lit de fortune qui se trouvait dans la pièce ou l'homme avait entraîné Alain Térieur .

- Alors voilà, je suis un collaborateur très proche de Mr Charles Attan , je vous donne mon blase ,Hector Tuninja et j'ai pour mission de mener à un bon port  un gros transfert de billets de banque venu de Suisse et je n'aime pas du tout les petits curieux dans votre genre, c'est clair Mr Térieur ?


-Pensez ce que vous voulez, si l'on ne peut plus marcher dans le rues de Paris tranquille de nos jours sans devoir être accusé de quelque chose , ce n'est pas de ma faute, c'est votre univers et votre gamberge qui ne tournent pas rond ! lança Alain Térieur (toujours incarné dans cette histoire par Alain Delon ).

-Oh !! arrêtez de faire de l'esprit et cessez je vous prie de vous croire le plus malin de nous deux ! Si vous êtes ici avec un revolver devant les yeux  , c'est que nous avons kidnappé quelques heures avant vous , quelqu'un que vous connaissez bien et qui va nous être bien plus utile que vous !! Alors vos grands airs supérieurs, à d'autres Mr Térieur !



 A ce moment précis , ou l'ambiance semblait des plus pesantes, un homme brun en costume noir pénétra dans la pièce et fit signe à Hector Tuninja de cesser de mettre en joue Alain Térieur et de le conduire prudemment et pacifiquement ...à l'extérieur de la pièce.



-Je me présente, François St Yorre (ici incarné par François Périer ), nous avons ,cher monsieur Térieur , un souci et pas un petit avec ... madame votre épouse .



Alain vit sa compagne Nathalie assise dans le bureau de Mr St Yorre, et , visiblement , ce n'était pas la grande  joie des retrouvailles entre les deux .

-Madame Nathalie Térieur (incarnée par Nathalie Delon ) , ici présente vient de découvrir les enjeux de notre futur transfert afin, c'est ce qu'elle affirme , je la cite "pour en croquer un peu". je suis au regret de vous dire que je suis très fâché par ce qui vous arrive et c'est à madame de nous rendre des comptes, vous n’êtes qu'un argument de notre transaction, Mr Térieur, rien de plus. 

Nathalie Térieur qui, jusqu'ici resta silencieuse tel une cantatrice aphone se retourna vers les deux hommes et dit à l'intention d'Alain Térieur , son bonhomme de mari :


-J'ai pris ce risque , je sais ce que je fais ! N'écoute pas ce vaurien de St Yorre , il ne sait que dire à part proférer des injures et des intimidations , j'ai de la ressource, moi !



                                                                                                                           A SUIVRE .....................

mercredi 28 août 2019

Alain Terieur met du beurre dans ses épinards

 A la fin du dîner , Nathalie et Alain Terieur semblant tous deux rassasiés par les  bonnes et vitaminées épinards que madame avait religieusement préparé pour son respectable  employé de banque de mari  .

L'idée de mettre un peu de beurre dans ses dernières avait germé tel un plan de soja dans la belle foret Amazonienne .



-Nathalie, je dois ,demain , rencontrer monsieur Attan , Charles de son prénom , il a un moyen bien à lui de nous faire gagner davantage que ce que mon salaire me le permet chaque fin de mois.




-Il me semble , que tu m'en avais déjà parlé de ce Charles Attan, s'il s'agit de ton supérieur hiérarchique, il ne faut  surtout pas hésiter à lui soutirer un peu plus de fric ! Avec tout ce pognon que tu brasses chaque jours, tous ces comptes que tu supervises  à tes clients . Il est grand temps pour toi et moi d'en croquer un peu . Oh ! Alain chéri, offre moi des choses qui brillent , mets des paillettes dans mes yeux !

C'est donc sur les conseils de son épouse pour qui l'argent avait bel et bien l'odeur du luxe que l'on peut bénéficier si l'on fait un temps soit peu preuve de jugeote, que notre homme à la gabardine de samouraï de Paname se rendit avec une allégresse non visible à l’œil à poil  chez Charles Attan qui , se faisait attendre justement .
Arrivé au coin de la rue du Cerf et de l'impasse des Gibus, Alain Terieur (toujours incarné par l'impassible en apparence ,Alain Delon ) qui, entre temps (imprévisible comédien  !) avait ôté sa gabardine , sans doute pour plus de discrétion , entendit une conversation particulièrement attractive venant d'un café voisin .

On y causait et de manière assez forte d'un prochain transport de billets de banque provenant tout droit de Berne . Il s'agissait même du chauffeur du convoi qui en jacquetait en toute liberté oubliant , peut être, que les murs ont souvent des oreilles bien ouvertes à certaines discussions....

                              A SUIVRE .............................

mercredi 31 juillet 2019

Comme un guerrier japonais



Les nuits sont fraîches à Saumur en ce mois d'octobre 1967 . Alain Terieur (incarné par Alain Delon ) est un solitaire , taciturne et à ses heures perdues , un tueur froid et bougrement méthodique.

Voila le topo :  La journée durant ,Monsieur Terieur est un petit employé de banque sans grande envergure , le genre de personne pratiquant le zèle avec bagout afin de vous faire ouvrir un compte qui pourra , soit disant , vous rapporter au moins 6 % .


Ah ! Il fallait le voir ce bougre toujours impeccable dans son petit costume et poli avec çà, toujours à saluer ses collègues qui le lui rendaient bien , surtout les femmes, allez savoir pourquoi ....

Mais, Alain Terieur aimait un peu trop l'argent , la saveur du blé lui donnait des envies de remplir n'importe quel contrat même sans aucune espèce de garantie .

Un soir , il rencontra un quidam  qui lui fit une proposition particulière , histoire de mettre un peu de beurre dans les épinards .


 En rentrant de la banque, sa femme , Nathalie Terieur (incarnée ici par Nathalie Delon) qui, de son coté, œuvrait 8 heures par jour pour chausser  les pieds de ses clients tout en convenant que ce n'était justement pas le pied , voyait bien que son bonhomme de mari n'était pas à l'aise dans  ses baskets  .

-Oh ! qu'est ce qui se passe, Alain ?  tu as ta tête des mauvais jours ! çà ne va pas comme tu veux ?

-Si , si , Nathalie , enfin...oh et puis, j'peux te l'avouer , j'suis assez préoccupé ..

-Ah ! fit elle et pourquoi donc ?

-J'aimerai bien t'emmener voyager et puis pourquoi pas vivre au soleil avec toi tous les jours , mais , je me rends bien compte qu'à nous deux réunis, on en a pas les moyens , tu vois ?

-Oh ! çà , je vois bien , on ne va quand même pas tremper comme des sardines  dans des trucs illégaux , dis moi .

Ainsi se termina la conversation avant que les Terieur ne passèrent à table afin de se détendre après  leur dure journée de labeur .

Mais, une idée précise venait de germer .....

                                    A SUIVRE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

                                           -----------------------------------------------------------

                                  « La grande maison » (1993) captée lors du marché de la création de Trévoux (01) dimanche 4 août 2019.


Le prochain disque se fait attendre, je le sais. Il faut dire que je ne chôme pas puisque depuis fin 2015 et la sortie de « Heureux pêcheur », je multiplie les prestations scéniques ou l’on m’accueille avec enthousiasme. Il est vrai que, parallèlement, je continue de composer et d’écrire de nouvelles chansons et que le travail avance bien mais …doucement. Mais bon, vous n’êtes pas trop pressés d’entendre du nouveau ? Si ? En attendant, je vous propose de réentendre une chanson que vous aimez beaucoup, je le sais au dire des retours lors des spectacles que j’ai la chance insolente de donner, et que je vous ai souvent proposé (avouons-le) : « La grande maison »  





vendredi 21 juin 2019

Vacances improvisées en totale liberté !



Durant le trajet, si Anna-Lyse qui conduisait était souriante , intrépide et à son aise, Jean-Paul , en revanche , bien que très heureux auprès d'elle , semblait rongé par quelque chose de tracassant.

-Je te trouve bien silencieux tout à coup  lui lança Anna-Lyse

-Oh ! c'est que j'ai du mal avec la séparation d'avec ma famille bien que cette fichue dernière me mène la vie dure , je ne sais pas quoi faire, tu saisis ?

-Bien évidemment mon coco ,lui répliqua aussitôt Anna-Lyse , je t'emmène dans une petite villa abandonnée en bord de mer , nous allons y séjourner le plus longtemps possible et là ...tu vas voir ce que veux dire le mot : Libération totale !

Sans vraiment savoir ou ils allaient , tout deux voulaient seulement s'évader un peu le temps de vivre de vraies vacances improvisées . A mi-chemin , Jean-Paul prit le volant et le trajet se poursuivit au milieu de beaux paysages et de la chaleur estivale qui leur redonnait de jolies couleurs, eux qui pensaient en manquer un peu , quand même .

-Ils sont pas gênés de nous suivre comme çà , dit Jean-Paul 
- à qui parles tu ? répliqua un peu surprise Anna-Lyse 
-Aux lecteurs du Magicien OX ! pardi !

La libération totale passe aussi par l'abolissement des frontières entre le lecteur et l'auteur donc, vous voila au cœur de l'histoire  .

Soudain  , ils arrivèrent au bord de la plage et décidèrent que c'est ici qu'il fallait être, qu'il était bon de vivre et qu'après tout, la réponse à la question d'Anna-Lyse

-Qu'est ce que j'peux faire ? j'sais pas quoi faire ?" venait  de trouver sa réponse là, près de pins , de l'odeur de la mer et de la douceur de cet été qui était leur saison rien qu'à eux et puis , basta ! 

La villa abandonnée existait bien en ce bel été 1965 , un perroquet bavard comme une pie mais poli comme un singe en était l’hôte principal . Anna et Jean-Paul avaient coupé les ponts avec tout ce qui les encombrait jusqu'ici dans le vacarme incessant des grandes cités pour vivre leur histoire et leur existence rien qu'en pensant au présent puisque l'avenir ....l'avenir nul ne le connaît vraiment , alors, rêvons le en attendant et aimons nous parce que sinon, à quoi bon vivre ?

                                                             FIN 
_______________________________________________________________________________


Petit cadeau de l'été avec une de vos préférées : La chanson "Sous le cerisier" (2005) avec Yaya du Sénégal au djembé. Captée lors d'un spectacle en plein air en juillet 2019 dans les monts du Lyonnais.

mercredi 29 mai 2019

En public 2019 "Peur de l'autre" de Jerry OX + Ballade en toute liberté

 Depuis octobre 2015 et la parution de mon disque "Heureux pêcheur" que vous êtes nombreuses et nombreux à posséder , j'ai multiplié avec joie les scènes afin de présenter ces nouveaux titres sans oublier les anciennes tel "La grande maison", "Sous le cerisier" ou encore "C'était avant" .

De ce CD de 2015 , les titres "Rendez-moi mes cheveux", "Manifester" ou encore "Peur de l'autre" ont reçu un joli accueil fort encourageant .Je compte faire une pause pour écrire et composer en vue d'un nouveau disque pour l'année prochaine ou la fin de l'année 2019 . En attendant , je vous propose de visionner et d’ouïr une version publique de "Peur de l'autre" captée dans un lieu bien sympathique de Villeurbanne non loin de Lyon : 
 La ballade sixties chère à Jean-Luc Godard se poursuit avec toute l'audace, la liberté et le souhait d'absolu voulu par le célèbre réalisateur de cinéma sous le contrôle vagabond de votre serviteur du Magicien OX .

Si Anna-Lyse (Anna Karina) semble avoir des préoccupations tout à fait concrètes en dépit de ses déclarations , son escapade amoureuse et libertaire avec Jean-Paul Hochon (Jean-Paul Belmondo ) venait de franchir un nouveau cap, que dis-je  !  Une immense péninsule !

Après avoir délaissé son véhicule rouge pourtant flamboyant et rapide  à souhait , Jean-Paul Huchon, fort motivé comme un coucou par jour de grisaille , monta dans la Ford décapotable bleu d'Anna Lyse et tout deux partirent en virée afin de voir ou leur mènerait leur existence .
Durant le trajet, si Anna-Lyse qui conduisait était souriante , intrépide et à son aise, Jean-Paul , en revanche , bien que très heureux auprès d'elle , semblait rongé par quelque chose de tracassant.

-Je te trouve bien silencieux tout à coup  lui lança Anna-Lyse

-Oh ! c'est que j'ai du mal avec la séparation d'avec ma famille bien que cette fichue dernière me mène la vie dure , je ne sais pas quoi faire, tu saisis ?

-Bien évidemment mon coco ,lui répliqua aussitôt Anna-Lyse , je t'emmène dans une petite villa abandonnée en bord de mer , nous allons y séjourner le plus longtemps possible et là ...tu vas voir ce que veux dire le mot : Libération totale !

A SUIVRE .................

vendredi 26 avril 2019

La Ballade irrésistible d'Anna et Jean-Paul


Capri , août 1965 , Il fait chaud, la vie se déroule aussi paisiblement qu'un coucher de soleil sur la mer ou la nuit qui tombe sur une grande ville provinciale .  Une femme et un homme sans chabadabada se prélassent dans cette existence qu'ils pensent maîtriser .


Elle, c'est Anna-Lyse (interprétée ici par Anna Karina ) et lui Jean-Paul Hochon (incarné ici par Jean-Paul Belmondo ) .


 S'il fallait résumer la vie de ces deux oiseaux là , autant utiliser un ciseau pour couper toutes les étapes qui ne vous semblent pas, à priori , correct .


En ce joli été 1965 , trois ans avant un léger bouleversement social sans bedaines jaunes à l'horizon , on peut aisément affirmer que l'on pouvait encore nommer un chat un chat et que les écrans n'avaient pas encore bouffé le quotidien des affamés de libertés et autres assoiffés d'égalité .
-Au printemps de quoi rêvais tu , Anna-Lyse ?  fit  Jean-Paul Hochon à cette dernière qui semblait soudain préoccupée .

- Je ne sais pas, je ne sais plus, c'est loin déjà ...qu'est ce que j' peux faire pour retrouver ce petit quelques chose qui donne un sens à ma vie ? fit Anna-Lyse un peu soucieuse mais fière à la fois.

-Oh !! On parle , on parle , mais on pourrait aller déjeuner si tu veux, dit Jean-Paul . On réfléchit beaucoup mieux  autour d'une assiette pleine de belles victuailles.

C'est ainsi qu'Anna et Jean-Paul entamèrent leur ballade en mode sixties non dénuée de quelques trépidantes surprises...
                                                                                                 A SUIVRE ....



                                  BONUS  LIVE      " Sous le cerisier"

La chanson "Sous le cerisier" écrite et composée par Jerry OX en 2005 . En version concert captée mardi 30 avril 2019 au Melzet (MJC) à Villeurbanne près de Lyon (69 ) .. Le dernier album date de 2015 et se nomme "Heureux Pécheur" (toujours disponible sur demande ) et le prochain arrive fin 2019 . MERCI A TOUTES ET TOUS !!!!!!!


lundi 1 avril 2019

Dites 33 : Jacques Higelin "Champagne pour tout le monde" et "Caviar pour les autres" (1979 )

 Un drôle d'oiseau , un artiste atypique , un vrai saltimbanque et une bête de scène incroyable et insaisissable .
Voilà en quelques mots ce que l'on pourrait dire pour définir Jacques Higelin . Auteur-compositeur-interprète depuis près de cinquante berges mais aussi comédien et citoyen engagé . Jacques Higelin qui nous quittait il y a tout juste un an ..

Retour sur deux de ses meilleurs albums et sur un 45 tours extrait  incontournable durant  sa belle et longue carrière :

En décembre 1979 , Jacques Higelin fait paraître presque parallèlement deux 33 tours aux titres mystérieux : "Champagne pour tout le monde" et "Caviar pour les autres" . Deux disques foutraques, conceptuels et diablement rock !


Lorsque le diptyque "Champagne/Caviar" arrive chez les disquaires pour les fêtes de fin d'année 1979 , Jacques Higelin jouit d'une grande notoriété en France grâce , d'une part à ses multiples concerts-marathons et d'autre part à des disques qui ont marqué le grand public tel "Alertez les bébés" paru en 1976 et qui remportera le Grand prix du disque de l'Académie Charles-Cros ou encore "No Man's Land" paru en juillet 1978 et qui s'écoulera à 312 700 exemplaires avec des tubes comme "Pars" et "Denise".



Les deux albums furent tout d'abord enregistrés en Louisiane sous la direction de David Farell puis au château d'Hérouville sous la houlette de Laurent Thibault.
Un résultat saisissant ! Le premier opus s'ouvre avec le magistral et théâtral "Champagne" , une chanson totalement barrée ou Higelin se faufile entre les fantômes et les squelettes d'un cimetière imaginaire .

Dès sa parution en 45 tours (couplé avec le titre " Trois tonnes de T.N.T") , la chanson "Champagne" va très vite envahir les ondes et grimper quatre à quatre les marches du Hit Parade .



Jacques Higelin apparaît sur les plateaux télés vêtu d'une cape et d'un maquillage gothique qui surprend et attire sur lui toute l'attention.
D'autres titres de ce premier opus ("champagne pour tout le monde") se feront remarquer tel le bondissant et joyeux "Tête en l'air" qui fera la joie des radios courant 1980 et qui deviendra un des classiques du répertoire de Jacques Higelin . Une chanson qui a le pouvoir de donner la joie de vivre même aux plus dépressifs des humains .

N'oublions pas non plus , l'excellent" Hold tight " une chanson écrite par Lenny Kent et Gerry Brandon
que notre barde a eu l’idée de reprendre et d'inclure à la toute dernière minute sur le disque .
Plus difficile d'accès , la chanson "L'Attentat à la pudeur" , véritable scène de la vie familio-conjugale qui tourne mal et qui, au final ne manque pas de piquant !
 Le second 33 tours ("Caviar pour les autres") est tout aussi bon avec des arrangements très seventies (ah !! ce son !!) et bien ciselés mais offre, en revanche peu de classiques à se mettre entre les oreilles ,si ce n'est "Je ne peux plus dire je t'aime" (qui sera reprise en duo avec Isabelle Adjani lors d'une émission des Carpentiers consacrée à Jacques Higelin).

Mais c'est vers ce disque là que va ma préférence : L'introduction délirante avec" Mama Nouvelle Orléans" , les très décoiffantes "Trois tonnes de T.N.T" ,"Avec la rage en d'dans" et "Rappelle-moi" font de cette galette un vrai caviar musical !

Le public ne s'y trompera pas puisque durant l'année 1980 les deux albums " Champagne pour tout le monde" et "Caviar pour les autres"seront certifiés disque d'or avec plus de 100 000 exemplaires vendus , ce qui permettra à Jacques Higelin, non seulement de déboucher le champagne accompagné d'un peu de caviar mais d'en offrir au public par le biais de sa poésie et sa folie communicative lors de la tournée qui suivra et qui le mènera au théâtre Mogador de Paris en décembre 1980 :

Jacques Higelin entre au TOP 50 le 4 février 1980 avec le 45 tours  "Champagne"  51 600  45 tours vendus  (7 semaines dans les meilleures ventes et numéro 1 sur RTL et RMC) et quitte le classement le 24 mars 1980.



mardi 26 février 2019

Isidore Duraton la joie d'Edwige

Ernest téléphona aussitôt à la famille Duraton pour contacter leur fils Isidore . Isidore est un garçon bien à part, une sacrée tronche capable de retenir les fables de La Fontaine par cœur et pas seulement  les plus célèbres 
.Isidore qu'Edwige, Ernest et Gustave avaient rencontrés lors de leur vacances en Grèce en 1976 fut pour Edwige un vrai coup de foudre et un sacrée révélation . Isidore était le fils légitime de la famille d'industriel Duraton . Les actionnaires et donc propriétaires de Aufleurs , le célèbre supermarché qui inonde de ses produits la France entière depuis 10 ans au moins .

Isidore s'ennuie à mourir avec ses parents et la douce présence d'Edwige durant ces vacances l'avait réconforté lorsque ses camarades de jeux s'amusaient à le chambrer car en plus d’être un intellectuel précoce , Isidore avait le tord d’être né chez les bourgeois . Isidore qui était un môme iconoclaste se fichait comme d'une guigne de tout cela . Grace à Ernest, Gustave et surtout Edwige , il avait trouvé une famille avec qui il pouvait déconner sans avoir peur des représailles .
 Le soir même, Ernest annonça la nouvelle à Edwige qui n'en  croyait pas ses oreilles . Elle sortit du lit et laissa tomber pour quelques instants son ouvrage et demanda à revoir très vite Isidore Duraton .

Il fallut faire preuve de patience car les Duraton n’étaient pas du genre commodes , du moins pas autant qu'une étagère . Un matin, Isidore prit ses affaires et déclara à ses parents qu'il allait retrouver sa famille de cœur .


Le 27 avril 1978 à 10 h 29 , Isidore fit son retour dans la vie d’Edwige et , de surcroît dans l'existence mouvementée malgré certaines apparences ,de Gustave et Ernest . Edwige fut comblée par ce cadeau et Isidore se dit que la chance tournait enfin en sa faveur et qu'il n'allait plus subir une famille mais vivre pleinement avec celle qu'il a choisi et qui le voit tel qu'il est.


Car, et c'était un grand mystère mais Edwige revivait à ses cotés, comme si ,ce jeune  et frêle garçon représentait une sorte d'homme divin . Elle aimait chacun de ses regards et sa naïveté teinté d'un humour bien à lui comme seul les êtres un peu décalés peuvent avoir.

Pendant ce temps, Ernest et Gustave avaient décidé de s'offrir une bonne bouffe au restaurant le plus proche . Ils étaient à la fois déroutés et comblés qu'Edwige retrouve le sourire et que son ennui ne soit plus qu'un vague souvenir .

-Ce petit con d'Isidore possède un truc qu'on a pas et qui lui file la banane  déclara Ernest en posant son journal


-Il a un secret ce môme, tu vas voir ton Edwige va nous rendre la vie plus belle et puis il est marrant ce gamin dit Gustave.
Oui, pour Edwige , la vie était plus lumineuse depuis qu'elle savait qu'Isidore Duraton faisait à nouveau parti de sa vie .
-Tu auras de jolis pull over pour l'hiver et nous irons au cinéma chaque jour  .Et puis Ernest et Gustave pourront se voir encore plus souvent eux qui se tournent autour sans s'avouer qu'il s'aiment un peu plus que des amis  fit Edwige à Isidore en finissant son dernier tricot allongée dans le lit à ses cotés .

-çà me plait , Edwige et désormais je veille sur toi , tu peux dormir tranquille , tu n'auras plus à ...préparer tes mouchoirs .           
                                                                              FIN 


------------------------------------------------------------------------------------------------------------

                                   BONUS  LIVE                "la Grande Maison" 

La chanson "La Grande Maison" écrite et composée par Jerry OX en 1993 . En version concert samedi 9 mars au VZC 45 rue de Thizy à Villefranche. Le dernier album date de 2015 et se nomme "Heureux Pécheur" (toujours disponible sur demande ) et le prochain arrive fin 2019 . MERCI A TOUTES ET TOUS !!!!!!!



vendredi 1 février 2019

Edwige Bovaryse à Thionville

 Les jours suivants, Edwige( Carole Laure )  continuait inlassablement à poursuivre ses soirées tricots après son travail, ce qui contrariait fortement Ernest(Patrick Dewaere) qui ne savait plus quoi faire pour la sortir de ce marasme, de ce ronron dans lequel un chat n'y retrouverait pas ses poils perdus.

Il avait pourtant confié quelques jours plus tôt à son ami Gustave (Gérard Depardieu ) qu'Edwige s'ennuyait (ou semblait s'ennuyer ) à cent sous de l'heure et ce dernier  lui avait rétorqué avec une franchise qui le caractérisait très bien :


Cent sous de l'heure ? çà fait cher pour se faire suer dis donc mon pote ! 
 Le ton était donné et Ernest avait beau tout retourner dans sa tête, sa passion pour les livres et le bel engouement pour le tricot jusqu’à pas d'heure d'Edwige .Le brave Ernest ne comprenait pas pourquoi une telle activité l'avait muré dans le silence et pourquoi son couple ne rimait plus à rien alors qu'il suffirait d'un rien, d'une étincelle pour que tout reparte comme en 1870 .


Pourtant, Edwige avait un bel équilibre et un joli projet . En plus de tricoter des Pull Over pour elle et pour Ernest (il est vrai qu'elle se promenait souvent à moitié nue dans l’appartement et qu'elle risquait tout de même de prendre froid l'hiver venant. )


Elle songeait à Isidore le fils des Duraton dont la famille avait tant fait parler et pas seulement sur les ondes d'une célèbre radio généraliste .

Isidore était le fils brillant mais un peu décalé de cette famille de grands bourgeois aristocrates .



Edwige, Ernest et leur ami Gustave l'avait rencontré pendant leurs dernières vacances à Meulin mais, depuis, plus de nouvelles d’Isidore et c'est ce petit détail comme dirait le lieutenant Columbo , qui avait tendance de donner le spleen de Thionville à Edwige
Quelques jours après cette révélation de blues apparent, Ernest avait invité Gustave à dîner afin de parler un peu à Edwige pour l'aider à aller mieux .


Cette dernière, allongée dans son lit à tricoter  fut assez déroutante.

-çà tombe  bien que Gustave soit là, j'ai à vous parler tous les deux fit Edwige en levant la tête de son ouvrage qu'elle gardait tout près d'elle comme une relique

-Ce n'est pas que je m'ennuie avec toi Ernest, j'aime bien la compagnie un peu rustre de ton ami Gustave, non, ce qui me tracasse, c'est de ne plus avoir de nouvelles d’Isidore

-Isidore, le fils des Duraton ?   dit Gustave alors qu'il était attablé dans un coin de la pièce . Ce minot qu'on avait connu durant les vacances et qui nous en a fait voir de belles ..et qu'est ce que tu lui veux ?

-Je veux qu'il revienne et qu'il vive avec nous dit Edwige , sinon , c'est simple comme bonjour, je m'en vais .

Ernest ne sut quoi répondre et à la fin du dîner , il se décida à contacter la famille Duraton ..

                                                               A SUIVRE .............................





vendredi 4 janvier 2019

En passant par la Lorraine , apportez moi du sel !


Août 1978 , il fait un temps caniculaire dans la bonne citée  de Thionville  , Edwige (incarnée ici par Carole Laure) et Ernest (interprété par Patrick Dewaere ) avaient chacun une manière bien particulière d'occuper leurs soirées .

Pour Edwige , cadre dans une entreprise de gomme à mâcher , tricoter des pull-over était une grande passion, une passion si dévorante qu'elle passait tout son temps libre à faire des mailles à l’endroit et des mailles à l'envers sans jamais se lasser . De son coté, Ernest , représentant d'assurance, son pêché mignon , c'était de lire la plupart des bouquins qui se trouvent dans sa colossale bibliothèque .


 A n'importe quelle heure du jour ou de la nuit, tandis qu'Edwige avançait dans la confection d'un nouveau tricot, Ernest était plongé dans  la lecture d'un roman de Flaubert et de Balzac mais il aimait bien se marrer avec un bon San Antonio . Edwige , toutes ces histoires tristes ou cocasses couchées sur le papier , çà l'indifférait au plus haut point mais elle aimait lorsqu'Ernest lisait tout près d'elle et , Ernest , pour sa part, ne détestait pas voir Edwige tricoter sans s’arrêter ou presque .



Les jours se succédaient mais Ernest sentait bien que quelque chose dans l'air ne tournait pas rond , qu'il lui fallait avoir d'autres occupations car , au fond, il se sentait un peu coupable de l'ennui d’Edwige .

-Non, tout va bien,je t'assure  lui assurait t-elle avec régularité lorsque la question tombait .



Ernest partageait ce goût prononcé pour la lecture avec Gustave (incarné ici par Gérard Depardieu) , Gustave prénommé ainsi en hommage à Gustave Flaubert que ce dernier aimait tout particulièrement. 

Entre Gustave et Ernest le courant passait fort bien et ils aimaient se retrouver même le soir pour lire ensemble lorsqu'ils partaient  tout deux en week end .

Un soir , Ernest confia  à Gustave :
-Je crois qu'Edwige s'ennuie à cent sous de l’heure et , le pire, c'est que je ne sais pas quoi faire pour la divertir un peu, tu en penses quoi ? Lança Ernest à Gustave alors qu'ils étaient près à s'endormir après avoir bien bouquiné .

-Cent sous de l'heure ? çà fait cher pour se faire suer dis donc mon pote ! 

A SUIVRE .....