vendredi 25 mars 2016

Max et Lion sur la route


C'était un jour comme les autres , une journée qui commença par un bon bol de café fumant et quelques tartines pour Lion . Lion était né 35 ans plus tôt en Italie du coté de Palermo .Une citée ou il fait toujours bon vivre mais ou les fins de mois sont souvent difficiles pour la plupart des citadins .

Ce jour là , en prenant son petit déjeuner avant de se rendre au labeur pour y faire son beurre , Lion songea à toutes celles et tout ceux qui n'ont pas connu les réjouissances du jeune vendeur de journaux en pleine période électorale et post-Vietnam .

Une époque pas si lointaine ou les habitants de Foukrach  se délectait à la lecture des mésaventures de ceux qu'ils avaient décidé de ne plus jamais élire , se tenait  au courant de la moindre ligne sur un homme providentiel capable de leur parler de bonheur, ce croissance et de liberté retrouvée après des années de guerre économique qui n'avait rien apporté de bon .


Vers 7 h 30 , il commença son job avec un entrain qui lui faisait ce jour fort défaut .Foukrach lui paraissait dénuée de sens patriotique, terne et sans valeur de respect envers ces putains de belles rues et ces foutues trottoirs ou seul les chiens osent y laisser une trace de leurs passages réguliers en compagnie de ceux qu'ils  pensent être leurs maîtres .


Alors qu'il s'évertuait à vendre quelques maudites feuilles de choux , il remarqua la présence d'un homme un peu bourru , aux cheveux roux et frisés et qui semblait vagabonder à quelques encablures de la rue des faussaires .


-Hey , m'sieur , les nouvelles du jour pour 1 dollar , vous êtes preneur ? lui lança Lion comme il avait l'habitude de faire chaque jour.


L'homme  ne répondit pas de suite, le fixa d'un regard un peu abattu et lui dit :

-j'ai mieux à te proposer mec, des millions de dollars dans un coffre fort à quelques centaines de miles d'ici , un peu de fric pour vivre peinard et ne plus trimer pour des saligauds à la peau épaisse comme celle d'un Ours polaire mal léché , çà te branche ?

Lion se mit à sourire et l'homme se présenta en lui serrant la main .

-Je m’appelle Max, et je suis de passage à Foukrach , on peut faire la route ensemble et quitter ce trou perdu ou il ne se passe plus rien .

-Enchanté Max,, je m'appelle Lion , elle est pas banale ton histoire !!

Un jour nouveau commençait ...

29 commentaires:

OX Jerry a dit…

C'était un jour comme les autres , une journée qui commença par un bon bol de café fumant et quelques tartines pour Lion . Lion était née 35 ans plus tôt en Italie du coté de Palermo .Une citée ou il fait toujours bon vivre mais ou les fins de mois sont souvent difficiles pour la plupart des citadins .

Ce jour là , en prenant son petit déjeuner avant de se rendre au labeur pour y faire son beurre , Lion songea à toutes celles et tout ceux qui n'ont pas connu les réjouissances du jeune vendeur de journaux en pleine période électorale et post-Vietnam .

Une époque pas si lointaine ou les habitants de Foukrach se délectait à la lecture des mésaventures de ceux qu'ils avaient décidé de ne plus jamais élire , se tenait au courant de la moindre ligne sur un homme providentiel capable de leur parler de bonheur, ce croissance et de liberté retrouvée après des années de guerre économique qui n'avait rien apporté de bon .

Gérard a dit…

ne serait-il pas pas Al Pacino en photo portrait ?

jean a dit…

Merci de ta visite...
Je suppose que l'aventure ne fait que commencer...
mais Lion ne va pas s'en laisser conter comme çqa !...
Bon week-end
Jean

Solange a dit…

L'aventure commence mais comment finira-t-elle?

dom a dit…

Une rencontre qui va certainement bouleverser sa vie ...
Bon week end, avec la pluie, mais il fait doux.
Bisoux, jerry

Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ♥ dom ♥ Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ

Christiana a dit…

Lion né à Palermo, cité ou il fait toujours bon vivre (si on n'est pas dans le collimateur de la Cosa Nostra!) mais ou les fins de mois sont souvent difficiles pour la plupart des citadins, ça je confirme!

gegouska chiquito a dit…

Joyeuses fêtes de pâques cher ami Jerry à bientôt amitiés

Marité a dit…

Ça sent l'arnaque, mais comment ne pas succomber à cette proposition ? C'est la poule aux oeufs d'or et pour ce dimanche de Pâques c'est raccord :-)
Vivement la suite...
GROS BECS Jerry

rené jeanine a dit…

merci Jerry, ça debut bien, on souhaite connaitre la suite de l'affaire, la proposition est allechante, pour un pauvre type, on attend la suite, amitiés

Quichottine a dit…

L'aventure commence, donc... à suivre. :)
Passe une douce journée Jerry.

Ariaga a dit…

Peu présente en ce moment en attendant, en Juin, de retrouver des yeux tout neufs, je viens cependant te lire, en grossissant, les jours o tout ne se brouille pas trop. Et puis on peut toujours t'écouter, les oreilles cela va encore !

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS a dit…

Bon début. Faut te mettre au taf pour la suite.
Bye.

Roger

claude a dit…

Bonjour Jerry !
Si c'est Pacino et je crois que l'autre sur la première photo est Gene Hackman dans le film Scarecrow L"Epouvantail".
J'ai vu ce film mais je ne me rappelle comment il finit. J'espère que ton histoire aura une belle fin.

Louis-Paul a dit…

Un peu de lecture matinale ici (toujours réjouissante) comme un feuilleton où l'on a hâte de découvrir la suite...Belle journée à toi, amitié.

Martine 85 a dit…

C'est le début d'une aventure. Je t'ai lu avec plaisir. On a envie de connaître la suite rapidement. Beau week-end. Bises

louvard a dit…

mmmmh !!!! Nous sommes des phoques devant des ours polaires qui seraient nos dirigeants... nous râlons, mais ne disons rien quand c'est le voisin qui se fait bouffer ! nous préférons plonger nos têtes dans les feuilles de choux décomposées, racontant les misères des people ! bonne semaine

TooTsie22 a dit…

une rencontre qui peut-être bénéfique
mais tout aussi hasardeuse
mais on dit qui n'ose rien n'a rien...
et moi qui suis pantouflarde
j'admire ceux et celles qui quitte tout pour un rêve ou une utopie!!


Cergie a dit…

Mais je n'avais pas pensé à cela, le prénom Léo vient de Lion, et pourtant si je cherche Léopold dont c'est un diminutif ce ne sont pas les même origines !

Les habitants de Foukrach ont l'air bien insatisfaits de tout et de rien !

(Je me demande bien ce que tu as dans ton chapeau, Magicien !)

monicalisa a dit…

Un petit coucou en passant cher Jerry en te souhaitant une douce soirée. Bien amicalement. Monique

Rubynessa a dit…

Moi je dis que Lion va se mettre dans un sacré pétrin...... :-)

maevina a dit…

succomber ou pas à cette proposition ? nous verrons bien !!!

louvard a dit…

les guerres modernes (économiques ou traditionnelles) n'ont d'autres buts que de faire taire les opposants des politiques égoïstes

monicalisa a dit…

Une histoire passionnante... mais que réserve t'elle à Lion ?
Qui est ce personnage inconnu qui intervient ainsi dans la rue et lui faisant cette proposition ?
Honnête ou malhonnête ?
Suspense garanti !

Ah nous attendons la suite avec impatience.

Gros bisous mon cher Jerry et douce journée Bien amicalement. Monique

Anonyme a dit…

oui un fameux travail a ecraser toute ces canettes et a fixer comme il faut, la suite la semaine prochaine

Gérard a dit…

Un p'tit bonsoir au passage Jerry et merci de tes visites chaleureuses

MickaelD a dit…

Je serais bien partant avec Max et Lion pour récupérer le million de dollars ;)
Bon week-end Jerry .

écureuil bleu a dit…

La perspective de gagner 1 milion de dollars va sans doute faire commettre des folies à Lion...

dourvach a dit…

Oui, j'ai aussi reconnu moi-z-aussi THE "Scarecrow" de Jerry Schatzberg avec Al Pacino et Gene Hackmann : ce damné "Epouvantail" reste un film indémodable - et tout comme le "Scarface" de Brian de Palma - plutôt du genre inoubliable... La rencontre sur une route déserte du marin et du gros mec qui sort de taule... Quasi-des personnages de Wenders (de la première époque : "Alice dans les villes" et "Faux Mouvement")... et l'utilisation remarquable du scope... Vertigineuses années 70 ! Tu dois connaître aussi son "Panique à Needle Park" et "Portrait d'une enfance déchue". Allez, je vais lire l'histoire aussi, pas regarder que les images (nostalgie...). Oui, le film - réaliste - finit assez mal... Merci de tes derniers mots & Amitié à toi, (cher) Jerry OX ! Et ah, que je la veux bien, ta 4ème star pour "Heiraten" dans ta critique sur Babelio, si tu y tiens, m'enfin... (rires)

dourvac'h a dit…

C'était un jour comme les autres, une journée qui commença par un bon bol de café fumant et quelques tartines pour Lion. Lion était né 35 ans plus tôt en Italie du coté de Palermo. Une cité où il fait toujours bon vivre mais où les fins de mois sont souvent difficiles pour la plupart des citadins.

Ce jour-là , en prenant son petit déjeuner avant de se rendre au labeur pour y faire son beurre, Lion songea à toutes celles et tous ceux qui n'ont pas connu les réjouissances du jeune vendeur de journaux en pleine période électorale et post-Vietnam.

Une époque pas si lointaine où les habitants de Foukrach se délectaient à la lecture des mésaventures de ceux qu'ils avaient décidé de ne plus jamais élire, se tenaient au courant de la moindre ligne sur un homme providentiel capable de leur parler de bonheur, de croissance et de liberté retrouvée après des années de guerre économique qui n'avaient rien apporté de bon.

Vers 7 h 30 , il commença son job avec un entrain qui lui faisait ce jour fort défaut. Foukrach lui paraissait dénuée de sens patriotique, terne et sans valeur de respect envers ces putains de belles rues et ces foutus trottoirs où seuls les chiens osent laisser une trace de leurs passages réguliers en compagnie de ceux qu'ils pensent être leurs maîtres.

Alors qu'il s'évertuait à vendre quelques maudites feuilles de choux, il remarqua la présence d'un homme un peu bourru, aux cheveux roux et frisés et qui semblait vagabonder à quelques encablures de la rue des Faussaires.

- Hey , m'sieur, les nouvelles du jour pour 1 dollar, vous êtes preneur ? lui lança Lion, comme il avait l'habitude de faire chaque jour.

L'homme ne répondit pas de suite, le fixa d'un regard un peu abattu et lui dit :

- J'ai mieux à te proposer, mec : des millions de dollars dans un coffre fort à quelques centaines de miles d'ici, un peu de fric pour vivre peinard et ne plus trimer pour des saligauds à la peau épaisse comme celle d'un ours polaire mal léché, ça te branche ?

Lion se mit à sourire et l'homme se présenta en lui serrant la main.

- Je m’appelle Max, et je suis de passage à Foukrach, on peut faire la route ensemble et quitter ce trou perdu ou il ne se passe plus rien.

- Enchanté Max, je m'appelle Lion, elle est pas banale ton histoire !!

Un jour nouveau commençait...

[Voilà, cher Jerry, me suis permis de corriger quelques fautes d'orthographe et de syntaxe à ton texte (moins de 20, j' t'assure !) ; si ce petit geste amical pouvait - après toutes ces années à te seriner la même chanson - te convaincre de réunir tes "stories" en recueil et les publier chez "Mon Petit Editeur" (ou ailleurs), ben voilà : comme tant d'autres, j'achèterai ENFIN le bouquin... Amitié !]