mercredi 25 novembre 2015

Alexandre le Mystérieux

 Tandis  que Cécile  passait à proximité du  tabac-presse de la rue Mouftard , elle vit Alexandre Domot ,le vieux fermier entrain de bricoler dans le coffre de sa voiture. Il s'affairait en évitant d'attirer les regards et cette attitude l’intrigua au plus haut point .

Depuis une bonne vingtaine d'années , le bonhomme ,un peu rustre, peu loquace et septuagénaire vivait à Charnay les moufflons dans une ferme qu'il avait construite de ses mains et qui , au départ appartenait à sa famille .



 Une famille riche et un peu mafieuse sur les bords puisque dans les années 80 , la grande époque du libéralisme triomphant et de l'argent roi , Alexandre avait même ouvert un Casino à Las Vegas avec un ami à lui , un petit teigneux porto ricain prénommé Joe .



L'on murmure même de source pure et certaine , qu'Alexandre fut chauffeur de taxi dans les années 70 et qu'il posséderait plusieurs armes à feu .





Toutes ces suppositions n'étaient pas là pour rassurer Cécile . Elle venait de laisser son compagnon Romain à la ferme après avoir été confronté à un loup (ce fameux loup qui faisait des ravages sur les brebis depuis des mois et dont la presse parlait un peu trop avec des titres tous plus tapageurs les uns que les autres : La peur fait vendre !)


"Que fait il donc dans le coffre de sa voiture le bougre ?" se demandait Cécile .

Elle s’avança vers lui et lui posa la question .


"Monsieur Domot, bonjour , je suis Cécile Tarmac , votre voisine , je me permets de vous demander ce que vous faites car çà fait bien 10 minutes que je vous observe le nez plongé dans le coffre de votre voiture à grommeler , vous avez besoin d'aide ?


Alexandre se redressa d'un coup , la fixa avec   une légère moue ,



"C'est à moi que vous parlez ? C'est à moi que vous parlez ? C'est à moi que vous parlez ? Sinon, à qui diable pensez-vous vous adresser? C'est à moi que vous parlez ? C'est à moi que vous parlez ? Vous savez que  je ne suis pas le seul ici à moufflons. À qui diable pensez-vous donc  vous adresser ?" lui répondit Alexandre .

Ambiance ...




_____________________________________________________________________________________________

Le Disque "Heureux Pêcheur" poursuit son chemin vers vous . Déjà de très bons retours . Vous semblez l'apprécier davantage que "Pauvres Terriens" . Pour vous le procurer : Un mail  bobsinclar69@hotmail.fr , je vous envoie le bon de commande et moyennant la modique somme de 12 euros (frais de port inclus ) vous recevrez le CD à votre domicile . Toujours le premier single extrait "Rendez moi mes cheveux" :

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

                                                           Entretien avec Pascale Giraud 
Jerry OX : Un retour heureux .

On se souvient avec précision de son dernier opus paru en octobre 2011 et intitulé « Pauvres Terriens ». Un disque qui, avouons-le, nous avait bien plu avec des chansons efficaces tel « C’était avant » ou encore « Allez-y en Malaisie ».
Quatre ans après ce disque, il est de retour avec « Heureux Pêcheur », CD disponible depuis le 19 septembre 2015.

RENCONTRE
-Jerry, comment se sont déroulés les quatre années qui séparent ces deux disques ?
- oh !! En fait j’ai pas arrêté alors, je dirais qu’elles se sont bien déroulées. Juste après la parution de « Pauvres Terriens « j’ai fait pas mal de spectacles, le premier a eu lieu à Annonay en Ardèche en décembre 2011…un bon souvenir avec une super ambiance ! J’adore ça ! Et puis j’ai enchaîné  avec toujours beaucoup d’enthousiasme jusqu’en 2013.

-A quel moment as-tu écris les chansons de « Heureux Pêcheur » ?
-En fait, il n’y a pas de moments précis, les premiers titres sont arrivés courant 2012 il me semble, j’ai écrit sur ce qui m’est arrivé durant ces quatre années particulièrement riches en émotions. Je voulais faire un disque plus acoustique et plus joyeux aussi car, « Pauvres Terriens » me semblait plus sombre et puis les gens qui venaient jusqu’à moi par le biais du disque ou des spectacles avaient envie de çà, donc, let’s go !

-Dans ce disque, il y a des chansons plus légères que d’habitude  comme « La circulacon » ou « Zemmour Song », utiliser l’humour en chansons, c’est nouveau pour toi ?

-Oui, c’est assez casse-gueule car je suis plus à l’aise pour les chansons plus revendicatives  et non engagées car le terme est réducteur je trouve. Mettre de l’humour sur ces sujets grinçants me paraissait la bonne manière de les aborder sans être trop frontal. Et puis, déconner un bon coup, fait du bien surtout en cette période un peu sinistre que nous vivons !


Le premier single extrait de cet album, « Rendez-moi mes cheveux » a été immédiatement bien accueilli. Comment t’est venue l’idée de cette chanson ?

-Ah çà !! C’est une histoire amusante car c’est le producteur du disque (ndlr, Loic Couatarmanch) qui m’a lancé cette vanne entre deux sessions : « Pourquoi tu ferais pas une chanson qui s’appellerait « Rendez-moi mes cheveux », j’ai ri et puis, J’y ai repensé sérieusement et je lui ai rapporté la chanson terminée et hop ! On l’a mettait en boite durant l’été 2015, une des dernières chansons enregistrées pour cet album d’ailleurs.

-Un titre qui a surpris, qui démarre avec autodérision puis glisse vers quelques chose de plus grave, tu t’attendais à cet accueil ?

-Non, tu penses bien mais, faut avouer que l’on s’est immédiatement dit que ce titre possédait un potentiel fort pour en faire un single de lancement donc… On ne s’est pas planté, c’est déjà beaucoup !
-On ne va pas tout révéler de ce disque mais il se trouve qu’il y a un titre très personnel qui se nomme « Ailleurs ou ici-bas »  et un autre qui l’est tout autant « Elle est si Chou », c’est nouveau cette envie de te dévoiler ?

-Nouveau, nouveau, je sais pas mais disons que j’avais envie de sortir des émotions que je gardais en moi et que je voulais mettre en musique et partager avec les gens qui m’écoutent .Une manière de remercier celles et ceux qui me suivent depuis quelques années au travers des disques et des spectacles en leur livrant un peu de moi-même .Ceci étant, je l’avais déjà fait il y a quelques années avec « La grande maison » que j’ai d’ailleurs inclus  à la fin du  CD .
-Quels sont tes projets ?

-Remonter un spectacle avec les nouvelles chansons et ,bien entendu ,les anciennes que les gens aiment entendre et que j’aime interpréter comme « Sous le cerisier » ou « La grande maison « .Prendre du plaisir lors de  ces échanges avec les gens : C’est ce  que j’aime le plus dans la fonction de chanteur .

Merci Jerry OX !

Par Pascale Giraud.

lundi 19 octobre 2015

"HEUREUX PÊCHEUR" Le nouvel album de Jerry OX





C'est avec grand plaisir en ce lundi 19 octobre 2015 que je vous annonce la sortie de mon nouvel album intitulé "Heureux pêcheur". Vous avez découvert un avant-goût de ce disque le 15 septembre dernier avec "Rendez-moi mes cheveux" le premier single extrait.


Il m'a fallu quatre années pour concevoir le successeur de "Pauvres terriens" qui, grâce à vous fut un véritable succès entre l'automne et l'hiver 2011 , porté qu'il fut par les singles "C'était avant", "Inch Shalom" et "Allez-y en Malaisie" .


J’ai, ensuite eu l'occasion d'aller jouer ces chansons devant un auditoire enthousiaste et cela m'a motivé comme jamais pour poursuivre cette belle aventure humaine et musicale.



"Heureux Pêcheur" fut enregistré durant l'année 2015 en France cette fois ci ("Pauvres Terriens" avait été conçu en Espagne à Barcelone) du coté de Saint Etienne et ce disque est produit par Loïc Manac’h.



Que dire de plus sur ce disque ? Que je suis content et impatient de vous le faire découvrir, que les chansons présentes sont bien évidemment de ma composition : Musiques et Paroles, que cet album est (je pense et ce sera à vous de me le confirmer ou de me l’infirmer) plus lumineux et acoustique que le précédent et , enfin que ce CD ne coûte pas cher  : 12 euros  !



Si vous souhaitez posséder cet album, rien de plus simple :


Vous m'envoyez un mail à l'adresse suivante : bobsinclar69@hotmail.fr

 Et je vous adresserais en pièce Jointe un bon de commande qu'il vous suffira de me retourner par courrier postal avec le chèque de règlement de cet album, soit 12 euros.







Je vous propose en attendant de découvrir (ou redécouvrir )   le tout premier single extrait de l'album "Heureux Pêcheur": "Rendez-moi mes cheveux" :


vendredi 11 septembre 2015

Duel entre chien et loup



Un véritable duel sans paroles suivit ce face à face entre le loup et Romain .Le jeune fermier demeurait silencieux et son troupeau de brebis également (bien que jamais l'on a entendu une brebis parler ) sans doute rendu muet par la peur et l'attente .

Romain venait de raccrocher le téléphone portable , il avait tenté de rassurer sa compagne Cécile malgré la situation assez inédite.

Le loup ,contre toute attente ,se détourna de ses convives d'un jour et s'en retourna dans la foret de Charnay les Mouflfons. Romain poussa un soupir, il pouvait être fier de lui, il avait fait preuve de courage  Il reprit donc son ouvrage en compagnie du troupeau comme si rien ne s'était passé.

D'ailleurs , que s'était il passé au juste ? Pas grand chose , comme on dit , plus de peur que de mal et chacun reste à sa place et les moutons seront bien gardés.
Cécile fut comme prise d'une angoisse assez palpable pour qui la voyait déambuler dans les ruelles du village de 2500 habitants . Un village ou , pour ainsi dire , elle était connue comme le loup blanc . Elle s'activait pour rentrer au plus vite à la ferme car le coup de fil de Romain face à la bête tant crainte ne l'avait pas rassurée .

Alors qu'elle passait à proximité du  tabac-presse de la rue Mouftard , elle vit Alexandre Domot ,le vieux fermier entrain de bricoler dans le coffre de sa voiture. Il s'affairait en évitant d'attirer les regards et cette attitude l’intrigua au plus haut point ...
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"RENDEZ-MOI MES CHEVEUX" LE NOUVEAU SINGLE 
PREMIER EXTRAIT DU NOUVEL ALBUM QUI PARAÎTRA LE 19 OCTOBRE 2015 !!





C'est avec joie et un trac assez perceptible que je vous propose de découvrir (ENFIN !!) le premier single de mon prochain CD .

Il aura fallu quatre années pour le réaliser depuis "Pauvres Terriens" paru en septembre 2011 qui a reçu un beau succès et qui m'a permis par la suite de faire une multitude de spectacles pour le promouvoir.

"Rendez-moi mes cheveux" est donc une chanson issue de la cuvée 2015  , une sorte d'apéritif musical avant de vous proposer le prochain album qui sera disponible à la vente (via ce blog comme il y a 4 ans ) lundi 19 octobre .

RENDEZ-MOI MES CHEVEUX  
En écoute gratuite ICI :

jeudi 27 août 2015

Du Rififi sur les terres de Charnay les Moufflons





Le journal le plus lu par les 2500 âmes qui résidaient à Charnay les Moufflons annonçait en effet la sinistre nouvelle " Un loup entre dans Moufflons : Voilà qui va faire du rififi dans la prairie " .

 Cécile eut , dans un premier temps, le réflexe de trouver le journaliste responsable de ces quelques lignes un peu trop alarmiste à son gout.


Déjà dans le village , la nouvelle se dépendait comme un traînée de poudre d'escampette .

 Alexandre Domot , l'un des premiers fermiers à s’être installé en ce lieu plus si paisible à présent, grommelait entre ses dents refaites à neuf en lisant le titre du canard  au Café des Anciens :

"La crainte de l'été montre ses crocs , un loup s'est fait la belle !"

-Bon sang  ! Avec un papier  pareil , on est pas prêt de voir des touristes cette année encore !  s'exclama t-il un verre de blanc à la main en se tournant vers l'assistance .

Dans le village, chacun paraissait perplexe . Fallait il ou non céder à la peur ?




De son coté, Romain était au champ entrain de nourrir les brebis . Les rayons du soleil le réchauffaient avec bonheur  et l'air pur de Charnay les Moufflons lui procurait un bien être tel qu'il ne regrettait pas un seul instant d'avoir fui le tumulte et les bruits de la ville pour une existence plus en harmonie avec la nature.

Soudain, alors qu'il conduisait ses moutons de panurge au bercail, il entendit un bruit derrière les arbres .








Au bout de quelques secondes, une tête fit son apparition , une tête de loup !

La bête ,en voyant le jeune berger au milieu de son fier troupeau de pull over mobiles , s'immobilisa pour l'observer .

Romain ne bougea pas non plus mais son cœur se mit à battre plus fort tout à coup . Le troupeau était presque silencieux, tout juste le bruit des mâchoires des agneaux broutant l'herbe fraîche .

Une sonnerie retentit dans la poche du pantalon de Romain , le loup bougea une oreille  mais restait encore immobile comme spectateur de la scène.

Le jeune homme décrocha donc son portable qui venait de sonner.

Au bout du fil ,c'était Cécile qui le prévenait qu'elle partait en ville faire quelques courses , elle fut surprise par le ton de la  voix de Romain qui lui dit :

-Je me trouve face au loup , il est là face à moi . Non, je ne bouge pas mais , de ton coté , ne t'inquiète pas , ce n'est rien , tout va bien se passer.

mardi 28 juillet 2015

Difficile de sortir de l'auberge



Juillet 2014, Charnay les Mouflons.  Un été des plus chaotiques ou le soleil avait tendance à laisser les nuages jouer la première et la seconde partie du spectacle, Romain et Cécile, deux ex-citadins devenus depuis quelques belles années agriculteurs par amour de la nature et des animaux, avaient le moral en berne en constatant l'état de leurs finances aussi désastreuses qu'un dimanche sans sieste crapuleuse.


Tout deux possédaient quelques brebis au sein de leur ferme mais ,depuis quelques semaines les pauvres bêtes diminuaient de plus en plus . La raison : les morsures mortelles d'un loup qui rodait dans la nature et que personne n'avait encore réussi a stopper dans son élan meurtrier.




Pensive, Cécile se demandait pourquoi , en plus du blues passager que la perte des moutons de Panurge provoquait au sein de leur quotidien , ce qui lui causait un tracas encore plus vaste encore.



Elle avait eu l'idée cinq ans auparavant de quitter Auxerre pour vivre une vie de bohème avec Romain. Une vie plus proche de leurs aspirations avec le grand air et les beaux paysages de Charnay les Mouflons en prime.



Mais, qu'est ce qui clochait à présent ?  Elle avait beau y songer avec raison , la réponse ne pointait plus le bout de sa courgette.





Il était 7 h du matin , Romain était parti nourrir les brebis et entretenir la ferme avec une certaine dévotion malgré le doute sur l'avenir de leur existence un peu isolée et plus très idyllique .

Cécile , de son coté se préparait pour mettre en place une partie de la ferme afin de faire une maison d’hôte.


-Si çà peut rapporter quelques sous pour faire bouillir la marmite et nous faire voir du monde, ce sera déjà une bonne chose ! se dit elle.


Elle fut attirée par la Une du journal du jour que Romain avait mis en évidence dans la cuisine après son petit déjeuner.

"La crainte de l'été montre ses crocs , un loup s'est fait la belle !"

-Ah !! voilà que c'est officiel maintenant !! va-t-on enfin nous entendre ? se demandait elle .

mercredi 27 mai 2015

Juke Box Remember "Born to Run" Bruce Springsteen (1975)



Une nouvelle série du Juke Box Remember . j'ai choisis de vous parler d'un 45 tours issu du troisième album de Bruce Springsteen paru en septembre 1975 .


Après deux albums qui ne rencontrèrent pas le succès escompté publiés tout deux en 1973 , Bruce Springsteen originaire du New Jersey , se fit une sacrée réputation sur les scènes du Nord de l'Amérique (pour l’Europe et le reste du monde , il lui faudra attendre encore la fin des années soixante-dix )



L'album s'intitule "Born To Run" (littéralement "Né pour courir" ) et dans la chanson ,le chanteur narre les péripéties d'un citoyen américain qui vivote au sein de ces grandes cités ou il se sent de plus en plus perdu et pourtant ...il faut toujours courir après la vie, après le temps, le travail, l'argent ...et quand on manque de tout cela , c'est peine perdue .


Le disque fut produit par Jon Landau et Mike Appel  et Bruce Springsteen lui même .





Le moins que l'on puisse dire est que l'accouchement fut long et laborieux , Bruce étant de nature perfectionniste  , il savait au moment de l’enregistrement qu'il était celui de la dernière chance .




Durant l'année 1974 , notre barde qui portait à ce moment là une barbe et des cheveux plus longs proposait chaque jour son lot de chansons à peaufiner en vue de les inscrire à jamais dans le vinyle mais l'ambiance de travail en studio n'était pas des plus clémentes .



Rien que pour la chanson "Born To Run" , Bruce Springsteen concocta au moins cinq  versions ce qui irritait les producteurs qui commençaient à trouver le temps long avant le bouclage final du disque .





Il fallait à tout prix combler l’échec des deux premiers 33 tours et ..la pression était grande pour notre homme !


Tout ce labeur acharné pendant de longs mois porta ses fruits, puisque l'album "Born To Run" fut un succès massif à travers le monde et la chanson  "Born To Run" un tube malgré sa longueur .

Un critique musical écrira cette phrase célèbre à propos de ce disque : "j'ai vu l'avenir du Rock And Roll et il se nomme : Bruce Springsteen " . Que dire de plus après çà ?


Bruce Springsteen était enfin révélé et son charisme sur scène ne fit aucun doute tout comme ses capacités d'écriture absolument remarquables pour décrire  la vie et les tracas des petites gens . Une sorte de Ken Loach (réalisateur de films réalistes )avant l'heure .



Alors ce disque me direz vous ?  Il contient huit chansons bouleversantes de réalisme et de lyrisme fort bien produites (dans la lignée des productions discographiques de Phil Spector ).

Il suffit d’ouïr "Thunder Road" , l'émouvante "She's the one" et le final très étonnant que constitue la chanson "Jungleland" qui dit tout de la jungle néo-libérale et ses ravages de la fin des trente glorieuses.

Un disque indispensable qui marque les débuts de Springsteen et également une galette un peu à part dans sa discographie.



Pour le plaisir , la chanson titre "Born To Run" : 



jeudi 7 mai 2015

Drôle d'endroit pour une rencontre d'un troisième type




Alors que Gérard Briscard rangeait le cadavre du malheureux cambrioleur récidiviste activement recherché par la police , un bruit extérieur se fit entendre  non loin du bar restaurant "Chez Gégé et Lucette" tenu par Gérard .


C'était la nuit et le lieu de réjouissance anisée et de bectance assurée était bel et bien fermé . Gérard Briscard s’arrêta un instant dans son élan patriotique et entendit des pas descendre les escaliers pour arriver dans la cave.


-Merde ! J'ai du oublier  de fermer la porte à clef ! Si quelqu'un arrive, je suis fichu !


Il saisit un morceau de ferraille qui traînait  par là et approcha au bas des marches ;


Des cheveux roux , une silhouette mince et un air confiant malgré la situation , il reconnut Catherine Lambert qui venait lui rendre une petite visite impromptue .

-Que faites vous là , Catherine ?  lança Gérard

-Vous aider à vous sortir de ce sale pétrin ! Ah ! Je vois que notre évadé  repose tranquillement entre le vin et le fromage .

-Ça n'a rien de drôle , Catherine  ! Je profite de la nuit pour le faire disparaître  , chuchota Gérard , de peur que sa femme et un voisin ne les surprennent  .

Tout deux firent rentrer le cafard dans la malle prévue à cet effet .


Pendant ce temps là , les recherches s’intensifiaient  pour retrouver le quidam . Les hommes du commissaire Nestor Araison étaient sur le qui-vive et multipliaient la traque .


Pas facile pour Catherine et Gérard de transporter une malle suffisamment grande pour dissimuler un corps en plein milieu de la nuit sans se faire repérer par la maréchaussée .

-Ma voiture se trouve dans le garage et pour s'y rendre , c'est simple c'est à 20 mètres juste à coté .

Ainsi donc , la malle se retrouva dans le coffre de la Simca 1000 de Gérard Briscard .

-Juste une question, Catherine , fit Gérard en refermant la voiture ..Pourquoi m'aidez vous à présent ?

-Simplement , parce que je l'ai bien connu ce type , oui, le cambrioleur qui se trouve à présent dans votre coffre . Il a tenté de me violer il y a un mois alors ...justice est faite ! c'est tout !



Catherine avait également pitié de ce pauvre Gérard qui , bien que penaud et ayant des idées politiques un peu excessives n'était , au fond , pas un si mauvais bougre .








Le lendemain , Gérard Briscard  profita de la matinée de dimanche ou son bar restaurant était fermé pour déposer la malle à proximité d'un camp de romanichelles .

L'esprit un peu plus léger, il emmena sa femme Lucette et Catherine ainsi que ses parents les Lambert passer la soirée dans un restaurant de la ville ;


L'on apprit quelques jours plus tard, que le corps du cambrioleur récidiviste avait été retrouvé et les soupçons se tournèrent  vers  les tziganes qui campaient  à l'entrée  de Metz.


Le commissaire Nestor Araison (alors , pas de quoi le contredire sur ce coup là ) conclu à un règlement  de comptes entre voyous qui aura mal (malle ) tourné.


-C'est bien connu , les problèmes viennent toujours de la part de ces gens là  !! S'exclama quelques temps plus tard un des clients du bar restaurant de Gérard Briscar

Les romanichelles furent chassés manu-militari et les coupables se retrouvèrent sous les verrous.


La ville pouvait à présent dormir tranquille 


                                                                                FIN

mercredi 25 mars 2015

Le Cafard est dans la cave et nul ne se rebiffe







Le débonnaire et sournois commissaire Nestor Araison  jeta un froid glacial  lorsqu'il fit son apparition dans le bar restaurant.


Gérard Briscard, bredouilla un peu puis repris son assurance pour lui demander ce qu'il venait faire ici si ce n'est pour boire un coup ou manger un morceau.




-Monsieur Briscard, j'ai comme un problème , un problème assez sérieux je dois avouer...

-Quoi donc ? répliqua Gérard Briscard sans lui laisser le  temps de reprendre

L’officier de police  lui expliqua par le menu (du jour forcément )  qu'un cambrioleur récidiviste venait de s'échapper depuis hier soir.



Au milieu du vacarme de ce lieu de réjouissance  , chacun se regardait un peu de travers , la méfiance se lisait sur les visages de l'assemblée assez nationale pour le coup.

-Encore un étranger ! à coup sur ! gueula un homme un verre d'anisette à la main



-Monsieur Briscard, vous qui voyez passer beaucoup de monde au cours de la journée , Si, par un heureux hasard , vous croisez son chemin appelez-moi  lui dit le commissaire Araison

-Il est,.. il est dangereux cet homme là ? lui demanda un peu secoué Gérard Briscard tandis qu'il remplissait le verre d'un de ses clients visiblement très assoiffé .

-Désorienté surtout ! Répliqua du tac a tac Nestor Araison , il s'agit d'un fichu cambrioleur un peu branquignol . Pas méchant mais surtout très tenace; Tenez voilà sa photo .


Fichtre !  A la vue du portrait du quidam , Gérard devint aussi blanc que le Chardonnay qu'il avait l'habitude de servir aux clients.

Le commissaire tourna les talons non sans avoir salué une jolie cliente qui prenait son café au fond du bar , sacré Nestor !



Gérard Briscard ne pensait qu'à cela durant cette journée très particulière . C'était bien le Cafard qu'il avait tué l'autre soir qui était l'individu recherché par la police depuis quelques heures après son évasion .

Il comprit alors le désarroi de cet homme , sa faim évidente depuis sa récente cavale et sa peur bien visible .  Pas trop de compassion tout de même , Gérard avait la trouille qu'on l'accuse de l'avoir abattu comme un lapin .




Dès la journée de travail terminé , vers 20 h et avant de regagner le domicile conjugal pour regarder comme chaque soir le journal TV de Roger Gicquel , Gérard Briscard retourna dans la cave pour se débarrasser une bonne fois du cadavre .

Il faisait frisquet dans cet endroit ou notre vieux Briscard rangeait ses bouteilles et quelques fromages .

. Couché sur une table en bois, gisait notre évadé , Gérard s'empara d'une grande malle  et tenta de le pousser à l'intérieur . Soudain alors qu'il poursuivait son travail de bienfaiteur , il fut interrompu  par un bruit extérieur ...


,



mardi 3 mars 2015

Les mésaventures de Catherine Lambert



Catherine Lambert qui n'avait pas froid aux yeux et un fichu caractère un peu acariâtre  déclara avec aplomb : 

- Vous voulez  que je vous aide à accomplir votre sale besogne et à me rendre complice de votre crime ? C'est mal me connaître monsieur Gérard !

A ces mots, Gérard se rapprocha d'elle et lui ordonna de se taire et de collaborer .

-Vous êtes à présent témoin et je n'ai pas d'autres choix ma petite Catherine  !

- D'abord, répondit Catherine un rien courroucée , je ne suis pas "votre petite Catherine" et j'ai bien envie de tout raconter à la police , Gérard ! Vous vous rendez compte , Vous avez assassiné un homme !! 




A l'extérieur du bar Restaurant , on entendait le murmure incessant des automobiles, même à cette heure presque tardive pour les habitants de Metz, la ville bourdonnait encore et restait indifférente au drame qui se déroulait en ce lieu plus si fréquentable et accueillant .



Gérard Briscard ne sut quoi lui répondre et resta interdit devant cette menace qui semblait de toute évidence inéluctable après ce qu'il venait de commettre envers cet homme qui ne demandait rien d'autre qu'un peu de pain et de chaleur dans un restaurant qui , à défaut d'avoir du cœur aurait de quoi combler son estomac .

Catherine Lambert ne se démonta pas et eu, soudain quelque peu pitié pour ce pauvre Gérard qui ne l'impressionnait pas plus que çà .



-Allez ! Je vais vous aider à le planquer dans votre cave avant que quelqu'un  n'arrive et ne nous trouve ainsi en si mauvaise posture .

Catherine et Gérard transportèrent le corps de l'homme dans la cave qui se trouvait juste en dessous du comptoir . Pour s'y rendre il y avait un escalier un peu étroit  et , ce ne fut pas simple pour descendre le quidam sans tomber.


La sale besogne achevée , Gérard et Catherine remontèrent dans le bar , Catherine promis à Gérard de n'en parler à personne  (elle s'était volontairement rendue complice).

-Pas un mot alors ?  Pas de blague ? J'irai demain porter ;le cadavre dans le jardin après avoir creusé un énorme trou pour le dissimuler pour toujours et ...on n'en parlera plus .



C'était oublier un peu vite le caractère un peu déroutant de Catherine Lambert (la fille de ses voisins )  qui proposa à Gérard de lui reverser la moitié de son compte en banque en échange de son précieux silence .


-C'est à prendre ou à laisser, mais si j'étais vous , Gérard :  J'accepterai sans broncher .

Puis elle tourna les talons et s'en alla , laissant Gérard Briscard à sa réflexion .




Le lendemain, La vie avait repris son cours presque comme avant . Les clients étaient nombreux , les discussions toujours aussi vives et le tiroir caisse faisait le plein tandis que les clients vidaient joyeusement leurs verres et leurs assiettes .

Soudain , un homme à lunettes et au visage émacié entra dans le bar et se dirigea vers le comptoir .

-Monsieur Gérard Briscard , c'est bien vous ?

-Oui, répondit avec un peu d'agacement , Gérard, c'est bien moi ! C'est pour boire ou manger quelque chose ?

-Du tout monsieur ! Je suis Nestor Araison commissaire de Police , j'ai quelques questions à vous poser ....

mercredi 4 février 2015

Catherine pas folle de la ville de Metz








Le vieux Briscard était abasourdi , presque sonné et n'en revenait pas du geste tout à fait regrettable qu'il venait de réaliser.

-Merde, j'ai tué un homme ! Il ne respire plus..c'était pourtant juste un coup de bouteille sur la gueule   Oh  ! Merde !! qu'ai je fait là ???!! se lamenta minablement Gérard Briscard  en se penchant sur le cadavre encore tiède de ce pauvre quidam à l’allure plus vraiment patibulaire , ni plus vraiment expressive à cet instant pathétique.

Une seule solution pour Gérard : Profiter de l’obscurité  et de la fermeture de son bar-tabac  pour se débarrasser sans être vu du personnage encombrant .

- Décidément , ce cafard aura toujours été de trop , vivant ou mort . Quelle vermine ces gens  là ! pensa Gérard dans un réflexe de citoyen aimant user de son bulletin de vote et de son avis politique comme une réponse capitale à tout les maux.


---------------------------------


A l'extérieur, dans les rues pas si hostiles de Metz en ce froid  mois de janvier 1975 , les habitants rentraient chez eux , se mettre au chaud , s'occuper pour oublier le travail et les tracas du quotidien et parfois s'encanailler à peu de frais .

 On sentait bien dans l’atmosphère que les trente glorieuses touchaient à leurs fins.

Alors qu'il tenait le macabé  par les bras le traînant tant bien que mal  dans la remise située derrière le comptoir , arriva sans prévenir Catherine la fille de ses voisins les Lambert .

-Bonsoir m'sieur Gérard, j'ai bien vu que vous étiez fermé , par chance j'ai pu pousser la porte,  je boirais bien un .... 

En voyant la scène, elle resta interdite , puis, elle lui dit tout de go :

-M'sieur Gérard,c'est un client qui a trop bu que vous tenez comme çà ? Qu'est ce que vous fichez là ?








Gérard relava la tête et froidement il lui  répliqua avec un honnêteté inédite .

- Je ne voulais pas hein , mais , c'est un client éméché  et violent que j'ai assommé avec un bouteille et ...il est mort.

Catherine eut le réflexe de vouloir quitter les lieux en voyant le tableau mais Gérard Briscard , après avoir lâché le malheureux , la saisi  par le bras .

-Faut  m'aider Catherine , faut m'aider , je viens de le buter , il faut m'aider à faire disparaître cet homme dans la remise et surtout ...pas un mot à personne , compris ?

Catherine Lambert qui n'avait pas froid aux yeux et un fichu caractère un peu acariâtre  déclara avec aplomb : 

- Vous voulez  que je vous aide à accomplir votre sale besogne et à me rendre complice de votre crime ? C'est mal me connaitre monsieur Gérard !




dimanche 4 janvier 2015

Un Briscard bien ordinaire


Metz, janvier 1975 . Il fait assez frisquet ce lundi là , Gérard Briscard , le propriétaire du bar tabac "Chez Gégé et Lucette" ouvre sa boutique lorsqu'il entend quelqu'un derrière lui .

-Monsieur , s'il vous plaît , j'ai faim et froid , pourriez vous me rendre ce service ? lui dit un homme à l'allure incertaine pour notre quidam . Monsieur Briscard , ne cède pas à ce qu'il considère comme une agression verbale et tourne les talons , ouvre la porte de son établissement et la renferme brusquement après avoir répondu à l'outrecuidant d'aller se faire cuire un œuf (ce que ce dernier aurait bien aimé pouvoir faire d'ailleurs).



Ce n'est pas qu'il soit mauvais, Gérard Briscard , mais il se méfie des imposteurs, des parasites ,des voleurs, des tziganes, des juifs, des clochards  et surtout ,des gens qui n'ont pas une couleur très comme il faut . Il n'a qu'une trouille : Se faire piquer la caisse et comme dans un passé pas si lointain , son voisin Nestor Tillas fut victime d'un braquage dans sa bijouterie par deux voyous aux mines patibulaires (mais presque ) , il a les jetons le Gérard .




La journée fut fructueuse , les clients bruyants, bavards et bon vivants comme on avait coutume de dire dans ce bar à Metz.


Vers 23 heures, Gérard Briscard (que sa femme Lucette attendait pour commencer la nuit) ferma les portes de son établissement lorsque soudain , il vit apparaître le même homme à l'allure tout à fait louche .


-Qu'est ce que vous faites encore là vous ? je vous ai dit de déguerpir d'ici ou j’appelle les flics !  fit Gérard dans un réflexe de citoyen sur la défensive.

- Je n'ai pas d'argent , pas beaucoup quoi ..pour manger à ma faim ce soir , vous ne pourriez pas me donner un petit quelque chose  ? " fit l'homme de passage en ce lieu de fin gourmet .

- Et puis quoi encore ?! Fous moi le camp sale cafard !!

L'homme se montra hostile et fronça les sourcils , Gérard n'eut pas le temps de fermer la boutique que notre individu entra de force .

-S'il vous plaît monsieur !

Gérard Briscard, dans une montée de colère inouïe , prit une bouteille et la fracassa sur la tête du malheureux .
Le silence qui suivit ce fracas fut assourdissant ...l'homme ne bougeait plus , Gérard vérifia sa respiration ....ce dernier était mort sur le coup.

-Merde !! Qu'est ce que je viens de faire là , moi ?!! s'exclama Gérard .