mardi 29 avril 2008

Mademoiselle songe



la conversation se poursuivait dans un bonheur insoupçonné par Valentine elle même ...les mots que Pedro prononçait la touchait , la bouleversait au point qu'elle manqua d'oublier de consulter son agenda pour lui proposer un rendez vous au plus vite ..entre deux dossiers . le lendemain ,Valentine plus légère que jamais se rendait à son travail toute de rouge vêtue . Gisèle Hatropate lui avait encore donné une somme de travail importante à finir dans la journée et , au lieu de râler (c'était son habitude) elle se plia de bonne grâce à cet exercice qu'elle prie comme un jeu d'enfant . 15 h 17 , un coup de téléphone la tira de son dur labeur , assise dans son fauteuil rouge elle entendit de nouveau la voix de Pedro : "je veux te rencontrer au plus tôt princesse de mes nuits divines , si tu veux je peux me rendre chez toi dans la soirée !" A ces mots , Valentine poussa un petit cri strident qui surprit les collègues aux alentours . "que lui arrive t il à celle là ?" se disaient ils en montant les marches de la fameuse équipe de communication pour laquelle ils se donnaient chaque jour tant de peine . Pedro était un jeune homme un peu distrait à l'allure pittoresque , aimable selon les dires de ses proches . Il aimait écrire et peindre et vivre selon son humeur . il possédait un atelier dans sa bonne ville de Madrid ou il passait des journées entières à réaliser des portraits . Depuis sa rencontre (bien que fugace) avec Valentine il ne pensait qu'à cette charmante et mystérieuse damoiseau . Comment allait t-il se vêtir ? ou l'emmènerait il déjeuner ? Toutes ces précieuses questions lui donnait envie d'en savoir plus sur elle et il se disait pourtant qu'il la connaissait fort peu . l'inconnue lui plaisait beaucoup et l'aventure aussi , ce soir .. il serait dans le train direction Paris pour découvrir le belle Valentine ..c'était aussi simple que çà !

20 commentaires:

mcroco a dit…

Hâte de retrouver ce roman bloguesque ... à bientôt

patriarch a dit…

Amour quand tu nous tiens ..... !!

ellesuralune a dit…

En la place, au milieu d’un hall de gare, une salle d’embarquement, près des ports, et que sais-je encore ? Lieux quelconques, conjoints à l' image, seule l'idée, peu importe le décor, des corps croisés …
Attentes, arrivées et départs, tout se mélange, tous se mélangent…En l’ espace prétendu, les personnages se remplacent, et chaque jour se renouvelle. Des nouvelles à imaginer, des histoires au passage.
Au milieu de la foule, à tour de rôle, chacun vérifie ses bagages, surveille les panneaux d’affichage, à l’affût de chaque signal, l'attention est portée sur le moindre détail. De grands bonheurs, de la routine ou des chutes d’espoir, juste des couloirs obligés. Endroit glissant. Risqué ? Moment passager. Telles des particules au milieu d’un « dés-ensemble » nous circulons, voyageons. Emmenés, amenés, emportés par nos vies.
En la place, au milieu d’un hall de gare, une salle d’embarquement, près des ports, je n’en sais rien en corps.

corinne a dit…

Coucou attendons donc la rencontre
Je te souhaite une bonne soirée
Bisous

thalie a dit…

ha comme c'est bien doux l'insouciance des tout debut ....hummmm souvenir fort émouvant...bisous bonne nuit
Thalie

Romy a dit…

Sacré Pedro !!
Une bise pour toi Jean-Phi.....
@ bientôt

Rosie a dit…

Enfin, ils vons se rencontrer, Valentine s'est habillée en rouge, couleur de l'amour.

Comme dit la chanson de Martine St-Clair "Y'a de l'amour dans l'air, ce soir.... "

Bien hâte à leur rencontre, qui sait ce qui peut arriver, mais l'amour est au rendez-vous ...

Bon mercredi et bisous de ta p'tite cousine du Québec.

nina de zio peppino a dit…

Plein de suspens! Tu as l'art de nous faire languir…Un rendez-vous d'une telle importance se prépare délicatement! Vite La suite!!!!!Grosses bises

Hussard 82 a dit…

"Pedro était un jeune homme un peu distrait à l'allure pittoresque , aimable selon les dires de ses proches". c'est ma phrase préférée parce qu'elle est simple et profonde.

dom a dit…

Merci de ton passage sur mon blog.
Bonne fin de semaine.

Christian a dit…

Bonsoir Jean-Philippe,
Une très belle image !
Amitiés et bonne fin de semaine,
Christian

Patrick a dit…

Pédro profite du 1er mai pour monter à Paris?
A suivre...
Bon pont Jean Philippe.
Amitiés.

yepa a dit…

la suiteeeeeeeeee , hummm que j'aime cette aventure , l'imprevu , l'inconnu un régal . Je te depose un brin de muguet pour te souhaiter un bon premier mai , gros bisous . yepa

Rosie a dit…

Une p'tite trace de mon passage pour te souhaiter plein de bonheur, aujourd'hui, en ce 1er mai.

Bon jeudi et bisous de ta p'tite cousine du Québec.

icone a dit…

Rien de plus simple qu'un voyage vers l'autre... est-ce que tes deux tourtereaux seront se "reconnaître"?
Donne nous vite la suite de cette interrogation!
Les émois de la rencontre ces angoisses aussi...que de souvenirs...Je soupir...sourire.

Merci pour tes passages sur mon blog...touchée+++

Je t'embrasse.

Caro a dit…

et il s'habilla de noir, l'invita à prendre un drink... etc
merci pour votre message sympa
à bientôt

Michel a dit…

Bonjour Jean-Philippe

Je viens de lire le deusième et cet épisode, il y a de l'amour dans l'air.

Amitiés

Michel

Laudith a dit…

Hum !!! suis impatiente de lire le récit de la rencontre, tu sais si bien nous appâter avec chaque extrait de ton récit chez jean philippe...

Bisous et bonne nuit l'artiste.

yepa a dit…

Et alors ....et alors .... ? non pas zorro est arrivé , mais j'attends la suite de J phil , surtout sans te presser lollllll .Big bisous , douce soirée a toi .

choule[bunker] a dit…

"aussi simple que ça" ? t'en as de bonnes toi. Le dernier qui pensait ça était dans l'Eurostar vers Londres. 12 HEURES de trajet!!
C'est plus un lapin qu'il a posé à sa douce... mais un mammouth!