mardi 29 avril 2008

Mademoiselle songe



la conversation se poursuivait dans un bonheur insoupçonné par Valentine elle même ...les mots que Pedro prononçait la touchait , la bouleversait au point qu'elle manqua d'oublier de consulter son agenda pour lui proposer un rendez vous au plus vite ..entre deux dossiers . le lendemain ,Valentine plus légère que jamais se rendait à son travail toute de rouge vêtue . Gisèle Hatropate lui avait encore donné une somme de travail importante à finir dans la journée et , au lieu de râler (c'était son habitude) elle se plia de bonne grâce à cet exercice qu'elle prie comme un jeu d'enfant . 15 h 17 , un coup de téléphone la tira de son dur labeur , assise dans son fauteuil rouge elle entendit de nouveau la voix de Pedro : "je veux te rencontrer au plus tôt princesse de mes nuits divines , si tu veux je peux me rendre chez toi dans la soirée !" A ces mots , Valentine poussa un petit cri strident qui surprit les collègues aux alentours . "que lui arrive t il à celle là ?" se disaient ils en montant les marches de la fameuse équipe de communication pour laquelle ils se donnaient chaque jour tant de peine . Pedro était un jeune homme un peu distrait à l'allure pittoresque , aimable selon les dires de ses proches . Il aimait écrire et peindre et vivre selon son humeur . il possédait un atelier dans sa bonne ville de Madrid ou il passait des journées entières à réaliser des portraits . Depuis sa rencontre (bien que fugace) avec Valentine il ne pensait qu'à cette charmante et mystérieuse damoiseau . Comment allait t-il se vêtir ? ou l'emmènerait il déjeuner ? Toutes ces précieuses questions lui donnait envie d'en savoir plus sur elle et il se disait pourtant qu'il la connaissait fort peu . l'inconnue lui plaisait beaucoup et l'aventure aussi , ce soir .. il serait dans le train direction Paris pour découvrir le belle Valentine ..c'était aussi simple que çà !

mardi 22 avril 2008

Valentine's Day





Depuis quelques jours , malgré une fatigue intérieure causée par son rude labeur , Valentine se sentait plus légère , aussi légère qu'une plume dans le vent du soir . Etait-ce l'arrivée du printemps ? les feuilles d'impôts qui se ramassent à la pelle ? Rien de tout cela mais mieux encore ! le mystérieux auteur , le nommé Pedro lui avait envoyé une missive qu'elle avait reçu un matin sur son lieu de travail . Gisèle Hatroipate (toujours aussi aimable comme dirait l'accordéoniste ) lui remis en main propre (après les avoir lavé) un courrier un peu inhabituel ; "Tenez Valentine ! c'est pour vous ! j'ai failli l'ouvrir mais vous me connaissez ..si ce ne sont pas mes affaires je m'en lave les mains !" Gisèle avait décidément le sens inné de la formule ! En découvrant la missive , Valentine se sentait aussi fraîche que la rosée du matin , l'auteur lui parlait d'elle , de ce parfum qu'il avait sentit en entrant dans son bureau le jour ou il était venu apporter son manuscrit , pendant quelques minutes la damoiseau se sentit un peu décoller sur une autre planète et elle n'avait désormais qu'une envie ...le revoir , histoire d'en savoir davantage sur lui et sur ses dires . Le quotidien se poursuivait de manière automatique , puis un beau jour de mai , elle reçut un coup de téléphone assez tardif , son premier réflexe fut de râler (elle aimait bien râler) car il était tard et que parler encore et toujours la fatiguait ...elle dérogea à la règle qu'elle s'était fixée et décrocha . "bonsoir ! je suis Pedro l'auteur du manuscrit que vous avez reçu récemment, je ne vous dérange pas ? je sais qu'il est tard !" Valentine avait envie de lui répondre que oui mais ...en entendant ces mots là et cette voix elle eut tout à coup une sorte de révélation .






____________________________________________________________________








Découverte : Jerry OX "la grande maison"

Afin de bien poursuivre la semaine , je vous propose de découvrir une autre chanson de mon petit répertoire intitulée "la grande maison" . Un titre que j'avais écrit en 1993 et que je suis impatient de vous faire découvrir (ou redécouvrir ) . merci encore de votre fidélité à ce lieu .


Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

vendredi 18 avril 2008

Monsieur Cyclopède est toujours vivant


Il y a 20 ans jour pour jour disparaissait le génial et inclassable Pierre Desproges . Rongé par un maudit cancer dont il aimait à se gausser comme pour mieux le conjurer , ce génial saltimbanque du rire noir et caustique dont l'écriture ciselée et l'acuité des sujets traités dans ses sketchs ont souvent été mal perçus par le public (un certain public dirons nous) fut révélé dans les années 70 dans l'émission de Jacques Martin "le petit rapporteur" , il fut tour à tour journaliste au quotidien "l'Aurore " , écrivain , homme de radio (les fameux réquisitoires du tribunal des flagrants délires sur France Inter au coté de Claude Vilers ) . Pierre Desproges était un humoriste pas comme les autres : corrosif, poil à gratter , poète et littéraire mais avant tout , il savait comme personne pratiquer l'auto-dérision . C'est son ami Guy Bedos qui le poussera à faire de la scène en 1984 . Quelle belle idée il avait eu là le bougre ! En 1984 , celui que le grand public connaissait pour sa fameuse "minute nécessaire de Monsieur Cyclopède" , une émission qui divisait la France en deux catégories (ceux qui riaient de bon coeur sans rien comprendre et ..ceux qui ne riaient pas du tout ) mis en pratique sa prose vacharde et pince sans rire tirant à boulets rouges sur des sujets que personne n'aurait eu le courage d'aborder . Je vous propose en ce jour d'anniversaire un sketch pour le moins controversé intitulé "on m'a signalé qu'il y a des juifs dans la salle " . le genre de sujet qu'il serait totalement exclus de diffuser aujourd'hui ....Salut Pierre et bon spectacle chers amis !

mardi 15 avril 2008

Blonde On Blonde


"Déjà 7 heures ? bon , pas le choix il faut y aller ! " Le réveil venait à peine de retentir dans sa chambre que Valentine se précipita sous la douche histoire de réveiller son corps encore engourdi par le sommeil . Ce n'était pas très grand chez elle , deux pièces à vivre dont une cuisine soigneusement rangée . 7 h 20 , après s'être maquillée légèrement et vêtue d'un tailleur bleu pale , Valentine savoura en silence son petit déjeuner , elle savait déjà que la journée qui l'attendait serait longue et rude . Soudain elle sursauta , un peu de café se renversa sur la table ..un premier coup de fil la tira de sa douce rêverie . "Allô Valentine ! c'est monsieur Grisbi il me faut absolument clôturer le dossier de la Firmine avant ce soir , je compte sur vous !" . En raccrochant elle poussa un léger soupir mais elle s'inclina et enfila sans sourciller son manteau ..tant pis pour le café renversé "on verra çà ce soir ! je n'ai plus assez de temps ! pfft quelle journée d'enfer !"
Arrivée à son bureau , elle salua sa collègue , la peu charmante Gisèle Hatroipatte qui (comme à son habitude ne lui renvoyait pas son aimable "bonjour" ). Les heures vont ainsi s'écouler dans ce petit bureau , de coups de fil en coups de fil Valentine va répondre sans se fatiguer à des demandes d'entretiens pour la Firmine (une personne importante pour qui elle est chargée de promouvoir les oeuvres ) . Valentine est contente (quoi qu'elle puisse en dire ) de ce travail qui lui permet de rencontrer beaucoup de monde , de côtoyer les puissants (qui, selon ses dires sont souvent les plus méprisables) d'établir des profils , d'imaginer les vies de tout ce petit monde .Oui , vraiment Valentine s'épanouit dans ce nouveau poste qu'elle occupe depuis 4 mois maintenant . Tout se déroulait pour le mieux dans le meilleur des mondes lorsqu'un jour elle reçut la visite d'un jeune auteur de roman , c'était un matin de décembre la neige avait recouvert les pavés et les toits de la ville ou elle vivait . Elle se trouvait assise à son bureau quand le jeune homme entra dans la pièce "bonjour , je me nomme Pedro , je viens vous voir car je pense que vous pourriez m'aider à publier le roman que je viens d'écrire " . La jeune femme , de nature méfiante ne montra pas son impatience d'en savoir davantage sur ce roman et ...sur son mystérieux auteur , elle se contenta de lui répondre "laissez moi votre manuscrit monsieur , je le transmettrais au comité de lecture qui se chargera de vous rappeler !" . Lorsque l'homme tourna les talons en direction de la sortie , Valentine se précipita sur le recueil et commença à lire les premières pages .

mardi 8 avril 2008

le questionnaire du petit Marcel


Diantre !! me voilà soumis , contraint et forcé de répondre à un questionnaire inventé par ce bon vieux Marcel , qui en plus d'écrire avec un talent fou , aimait à poser des questions à ses semblables . C'est donc avec plaisir (mais oui tout de même ) que je réponds au questionnaire de Lodji http://lodji81.canalblog.com/ qui m'a gentiment taggé (quel nom bizarre tout de même) . je m'exécute donc tel un alpiniste à l'approche d'un précipice ...allez hop !
QUESTIONNAIRE DE LODJI (variation du petit Marcel)
Trait principal de mon caractère:
cool mais il faut éviter de me chercher , distrait par instants , passionné .
Principal défaut :
je devrais mettre la réponse au pluriel ...tête en l'air , insoumis, bavard , peu bricoleur...je continue ?

Principale qualité :
là..je sèche ..il vaut mieux demander à mon entourage (je sais réponse facile mais bon )
Occupation préférée :
Vivre , et cette occupation prend pas mal de temps dans la journée
Mon plat préféré :
un bon gratin dauphinois (et ..un bon gâteau au chocolat )
Mots favoris :
bachibouzouk , Nardinbabouche, Abracadabrantesque,
THE rêve :
what ??? un monde sans contraintes (utopique certes ...)
Les "trucs" les plus détestables ...:
la connerie , le racisme , le désintérêt de la politique , le gouvernement actuel .
Qualité préférée chez l'homme :
rester debout au coin d'une rue et n'attendre personne
Qualité préférée chez la femme :
la sensualité , l'amour , l'attention portée aux choses futiles parfois .
L'exercice étant à présent terminé (bientôt une nouvelle histoire ..ou une chanson comme vous voudrez ) , je laisse le soin à 6 d'entre vous de répondre à ce petit questionnaire .
Les nominés sont ... roulement de tambour !!!!
- Rosie (la cousine du Québéc)
-The Intruder (le plus grand fan de Peter Gabriel )
-VA 33 (la cerise sur le gâteau au chocolat)
-Olivier (le poète aux nobles engagements)
- Nharicot ( la plus délurée des bloggeuses )
- Falcon Hill (quelqu'un qui sait de quoi il parle)
à vous les studios , je rends l'antenne !!!!

mercredi 2 avril 2008

le masque tombe


Que fait il croire ? et surtout qui détenait la vérité sur cette bizarre (autant qu' étrange ) histoire ? Etienne n'avait pourtant pas rêvé , l'homme noir en costume blanc lui avait bien donné l'ordre de mettre hors d'état de nuire une personnalité politique importante ..mais pourquoi ? Toutes ces questions existentielles le tourmentaient au point d'oublier qu'il faisait doux et bon à cette période de l'année . le lieutenant avait fait boucler les lieux par son staff à Beretta et , tentait de rassurer Etienne "ne t'inquiètes point mon garçon , ce triste sire finira bien par se montrer tôt ou tard !" .Pendant ce temps , à quelques kilomètres de ces lieux (soi disant) enchanteurs , Alphonse Toutancarton se dirigeait vers l'usine désaffectée pour y récupérer des documents importants . L'homme noir tout de blanc vêtu était toujours persuadé que ce brave Etienne n'avait alerté personne et..qu'il était fin prêt pour mettre son plan machiavélique à exécution . "Vite lieutenant !! une voiture inconnue de nos services vient de pénétrer sur les lieux !! alerte rouge !!" .Un des sbires à Berretta vint derechef prévenir notre fin limier en imper' qu'un intrus était proche . Tout le monde se tenait prêt à bondir et à ouvrir le feu en cas de danger ..lorsque une Simca 1000 modèle 1975 bleu métallisée s'immobilisa près de l'usine , l'homme noir en costume blanc en sortit tout en poussant un cri particulier ..Columbo donna l'alerte et son staff se précipita sur lui (ils avaient l'habitude d'agir ainsi en présence de ce genre d'individus : on ne se refait pas dans ce métier !) "mais que se passe t-il ? que me voulez vous ?" l'homme se débattait tant bien que mal tandis que le lieutenant accompagné d'Etienne lui lisait un à un les chefs d'inculpation qu'il encourrait . Etienne le reconnut .c'était bien lui !! l'homme qui l'avait drogué pendant son errance nocturne après cette jolie soirée arrosée (un peu trop disons le ) . Monsieur Toutancarton n'était en fait pas du tout un odieux et vilain terroriste comme certains le craignaient fortement ..juste un marabout mythomane qui abusait de la crédulité de certaines personnes dans le seul but de leur soutirer un peu d'argent et ..de mettre un peu de piment dans sa vie .
-"merci lieutenant ! sans vous j'étais fichu" Le lieutenant le remercia pour son hospitalité et ses précieux renseignements dans cette affaire et lui promit de venir dîner chez lui un jour ... Tout est bien qui finit bien ...sacré Etienne !!