vendredi 3 août 2018

Dans le jardin de Jack Calance


Le lendemain de cette première entrevue , le lieutenant Columbo se rendit chez Jack Calance au volant de sa légendaire 403 Peugeot qui, il faut bien l'avouer ,n'était pas une première main.


Quelle ne fut pas sa surprise : à peine arrivé dans le jardin de sa superbe villa , un petit détail lui vint à l'esprit . De superbes roses bien entretenues trônaient là juste devant le bel escalier de pierres qui menait à l'entrée de la demeure . 


 Des fleurs qui étaient identiques à celles retrouvées au domicile de la victime: la pianiste Thérèse Hunsec. Notre bon lieutenant , toujours interprété par Peter Falk, se mit à sentir à plein nez ses belles roses . Son nez tout contre les pétales, il ferma les yeux et se laissa porter par le doux parfum qui émanait de ce prodige floral . D'un coup, son enquête en cours, les problèmes de santé de son chien , sa hiérarchie qui lui mettait souvent la pression ou encore sa femme qui avait le chic pour lui demander de faire du bricolage le week end ...tout cela lui paraissait lointain, tant il était bien là , dans le jardin de Jack Calance .

Soudain , une voix se fit entendre . Une voix qui aussitôt le tira de sa (trop) courte rêverie .

-Monsieur ! monsieur ! qui êtes vous ? que faites vous ici ? lui lança une femme blonde qui se tenait au fond du jardin près de la piscine 

-oh !! pardon m'dame , je ne me suis pas présenté , j'étais entrain de savourer le parfum de vos roses , lui répondit le lieutenant , un peu confus , mais reprenant ses esprits pour se présenter.

- Je suis le lieutenant Columbo de la Police criminelle, je suis chargé de l’enquête concernant la mort  de la pianiste Thérèse Hunsec .

 -Oh oui! lui répondit elle , la pauvre femme , j'ai appris cela mais mon mari ne m'a pas prévenu de votre visite .

Il s'agissait de Gena Calance , la femme de Jack Calance (vous l'aurez deviné ! ) qui dirigeait l'une des salles de spectacles les plus prestigieuses de la région. 

-Ne restez pas là , lieutenant , voulez vous une tasse de café ? vous allez m'en dire  davantage .

Le lieutenant Columbo accepta et Gena Calance et lui  entamèrent autour d'un bon arabica la conversation . Chose curieuse, Jack Calance ne devait pas beaucoup se confier à son épouse car notre fin limier lui apprit que des roses du même acabit  se trouvaient chez Thérèse Hunsec et que ce petit détail commençait à le tracasser de plus en plus.


Au bout d'une heure, Jack Calance arriva enfin mais annonça à Columbo que , loin de se dérober devant ses questions , il allait le conduire à une répétition car , justement , il devait se préparer pour assurer la direction d'un concert ayant lieu le soir même . 



Les deux hommes se retrouvèrent assis l'un à coté de l'autre dans une rame de métro car Jack Calance préférait prendre les transports en commun pour leur rapidité. Le lieutenant lui fit part de ses tracasseries mais, Jack Calance , à la grande stupeur de Columbo demeurait complètement ailleurs, comme étranger à sa propre existence ...  A SUIVRE 

7 commentaires:

eva-maia a dit…

ah ah ah ! c'est incroyable ! Je serais incapable de faire le récit d'un épisode de Colombo !T'es un vrai magicien Jerry !

Tête de l'Art a dit…

ah ! oui... on attend la suite !

louvard a dit…

Hélas, notre bel inspecteur renifla une rose habitée par une abeille... et tel le capitaine Haddock il vit son beau nez d'italien se transformer en groin, rouge comme les fesses de certains singes !

MickaelD a dit…

Les roses , le premier indice qui va conduire le petit Lieutenant à confondre Jack sur sa relation avec Thérèse ;) Bon début de vacances Jerry @+

Quichottine a dit…

D'accord avec Mickaël.
Et c'est comme si nous y étions.
Passe une douce journée Jerry. Merci pour tout.

renejeanine a dit…

ah Columbo a deja un indice, "les roses", recit passionnant, qui laisse planer un gros suspens ...bonnes vacances cher Jerry, amities et bises

Cergie a dit…

Et voici un indice qui apparaît par magie, imparable s'il ne s'agit de roses "Pierre de Ronsard" que l'on trouve dans tous les jardins... J'aime beaucoup la légèreté de ton écriture, Jerry et ce lieutenant accablé de soucis personnels (sa femme, son chien sans nom)