jeudi 30 août 2007

une affranchie nommée Manara



Paul s'approcha de la troublante Manara, un tête à tête avec elle voila une chose qu'il n'espérait même plus , le soleil brûlait leurs peaux et l'esprit de Paul était animé de pensées mélangées qu'il n'osait mettre en ordre .

"quelle joie de nous savoir enfin seuls loin de cette faune grotesque qui peuple nos journées " soupira Manara tout en sirotant son lait fraise , Paul avait d'un coup beaucoup de mal à la regarder dans les yeux

le vent ayant soulevé légèrement sa robe , son esprit bouillonnait de nouveau

"je suis ...je suis content de te voir ici , tu es ravissante comme toujours mais tu sais nous n'avons pas beaucoup de temps à perdre madame Kagasse est en danger , c'est très grave , il faut que je te dise toute la vérité !!" hurla presque Paul au risque de réveiller les touristes endormis sur leurs bières à la table d'à coté .. "la vérité ? mais quelle vérité mon p'tit Paul ?" soupira de nouveau Manara en allumant un fumigène à bout portant , le vent soufflait légèrement dans ses cheveux bruns , Paul transpirait et cogitait il était au coté de cette femme qu'il aimait beaucoup manifestement et il savait aussi que le devoir l'appelait pour secourir madame Kagasse la capricieuse diva à qui il avait révélé le danger qu'elle courait ...que faire ? il ne savait plus !!
"voyons Paul ...tu ne devines pas ? " lui susurra Manara
"deviner quoi ? "répondit derechef Paul
"le complot , cette histoire de menace de la part de John Steed , toutes ces lettres que tu as interceptées ..c'est bidon c'est moi qui suis à origine de tout !! j'en ai assez de cette vipère , elle me harcèle pour vivre avec elle , m'occuper d'elle et moi tout ce que je veux c'est vivre et rester libre vois tu "
Paul voyait bien , très bien même , soudain ses pensées avaient pris une tout autre dimension mais il était partagé entre l'envie de fuir et celle , irrésistible de rester ...

lundi 27 août 2007

les révélations de Paul Duchemin




Madame Kagasse s'impatientait , "alors Paul qu'aviez vous à me dire à la fin ?" , Paul se grattait la tête il était temps de lui parler , de lui faire comprendre "pas ici madame j'aimerais que nous soyons seuls " . Son assistante la troublante Manara s'éclipsa un instant dans le salon "je vous laisse puisque je vois ici que je suis indésirable !" répondit elle vexée , il faut bien avouer que c'était bien la première fois qu'elle se retrouvait sur le banc de touche , elle qui était la principale confidente de notre diva capricieuse . Paul s'assied au coté de madame Kagasse et commença son explication : "voilà , depuis quelques mois j'ai reçu des lettres de menaces vous concernant , j'ai pu les intercepter afin de ne point vous froisser car je vous sais assez excessive et de surcroît émotive "


-"des lettres de menaces ?!!! mais que disent elles expliquez vous !


-il s'agit d'un de vos admirateurs un richissime Texan que vous aviez rencontré lors de votre tournée Américaine il y a deux ans


-ce vieux bouc de John Steed ???


-lui même , madame vous l'aviez congédié après qu'il vous ai fait une cour acharnée depuis il vous menace ainsi que toute votre équipe , il souhaite vous pourrir la vie au maximum ...c'est la raison pour laquelle votre agent vous a conseillé de vous réfugier ici à Nice en attendant que les choses se tassent ...


-mais c'est horrible !!! s'esclaffa madame Kagasse en se levant d'un bond , je ne puis rester ici sans agir


-justement madame , il y a une petite chose à faire absolument pour votre sécurité ...


Paul Duchemin lui expliqua qu'il avait un plan , qu'il fallait travestir madame Kagasse afin de ne point risquer la vie de toute l'équipe .




Une idée farfelue mais qui porta ses fruits puisque les médias annoncèrent la "fausse disparition de madame Kagasse" , la nouvelle marqua profondément le public pour qui la diva faisait parti du paysage depuis tellement d'années maintenant ...




le lendemain , Paul se rendit en ville afin de prendre un peu l'air , au volant de sa Cadillac (qui ne lui appartenait pas et qui faisait parti des avantages du métier de pianiste attitré de la diva )


Quelle ne fut pas sa surprise alors qu'il s'apprêtait à prendre son café dans un bar chic de la ville de trouver assise à une terrasse la délicieuse Manara vêtue d'une robe d'été qui volait au vent


-Paul !! Paul!! tu tombes bien darling , il faut absolument que je te parle
Paul resta sans voix , la beauté sauvage de Manara associée au soleil et à la mer que l'on devinait au loin lui inspira des idées qui n'avaient strictement rien à voir avec la protection rapprochée dont devait bénéficier madame Kagasse , soudain tout ça lui semblait loin...très loin .

jeudi 23 août 2007

Alain Bashung "osez joséphine" 1991

Octobre 1991 , quelques mois après cette sinistre première guerre du Golfe ou les Américains se sont enlisés avec le brio qui les caractérise en voulant à tout prix rétablir une démocratie dans un pays qui contient surtout du pétrole et dirigé par un dictateur autrefois leur allié pour gazer ensemble et dans une joyeuse ambiance quelques centaines des milliers d'Iraniens qui n'avaient strictement rien demandé , pour enfin abattre (ou plus exactement pendre comme un chien ce même dictateur quelques années plus tard ) l'automne 1991 sera surtout l'occasion pour le dandy mystérieux Alain Bashung d'effectuer un grand retour avec ce sublime album "osez Joséphine" .Enregistré entre Memphis et Bruxelles avec la complicité de Jean Fauque , auteur déjà remarqué sur son précédent disque "novice" en 1989 (un opus noir qui reçut un accueil mitigé à sa sortie) Ce disque se veut surtout un hommage blues composé de reprises des Moody Blues , de Bob Dylan et autres raretés que seul Bashung est capable de s'approprier avec l'élégance qui le caractérise . Le chanteur qui n'avait plus connu les sommets des Hits-Parades depuis "SOS Amor " en 1985 rafle la mise cette année là en alignant 3 tubes coup sur coup : "osez joséphine " , "madame rêve" et "volutes" qui furent tous illustrés par de magnifiques vidéos clips signés Jean Baptiste Mondino . Quel album mes amis ! je vous conseille vivement d'écouter "well alright " de Buddy Holly et surtout le renversant "She belongs to me " de Bob Dylan ...une pure merveille !! c'est bien simple chaque chanson de ce disque est absolument parfaite , les compositions originales signées jean Fauque pour les textes et Bashung pour la partition musicale sont à tomber ! A l'époque ce n'était pas si simple à faire avaler aux inconditionnels du chanteur qui regrettaient l'absence de l'auteur des débuts , l'incontournable et truculent Boris Bergman avec qui Bashung a collectionné les tubes au début des années 80 : "Gaby oh Gaby" ,"vertige de l'amour" ,"rebel' "... très vite le public (et la sacro sainte critique ) salueront comme il se doit cette nouvelle collaboration ou chaque mot , chaque note , chaque intonation est une preuve de plus pour signifier à quel point (parfois , je dis bien parfois ) la chanson (art mineur par excellence ) peut s'avérer majeur pour peu que l'on est affaire à des génies de cet acabit . En extrait chers amis internautes et bloggers , voici un des fleurons de cet album , une chanson ambiguë à souhait et envoûtante au possible , une véritable incitation au plaisir ..."madame rêve " :

lundi 20 août 2007

Madame Kagasse


-"quel temps fait il à Nice ,très cher ?" demanda d'un ton hautain Madame kagasse à son chauffeur particulier en descendant de voiture .
"un temps idéal pour vous reposer quelques jours , madame "
lui rétorqua Hector sur un ton moqueur . c'est ainsi que , quelques jours plus tard , la diva arriva à Nice en toute discrétion (ou presque ) les journalistes traînes savates de Paris Flash étaient plus ou moins au courant de la tentative de miss Kagasse
d'échapper à la foule pour une paisible retraite qui ressemblait à s'y méprendre à une année sabbatique en prévision . Tout était prêt pour l'accueillir et tout son petit staff était présent , outre Hector il y avait Manara sa jeune assistante et Paul Duchemin son fidèle pianiste : "il me faut un silence absolu je ne supporterais pas le moindre bruit hormis celui que je fais lorsque je vocalise évidemment !" précisa en arrivant dans la villa la capricieuse diva . Quand elle prenait la parole personne ne bronchait , pas même le pianiste qui bien des fois aurait voulu lui faire entendre raison d'une manière assez peu mélodieuse .Mercredi matin , le bruit courait dans la ville , que la célèbre cantatrice interprète des fameux "air des bijoux de Faust" signé Charles Gounod avait décidé de couler une paisible retraite loin des journalistes en mal de sensation et surtout ...loin d'une agitation dénuée de tout sens dont madame kagasse était fort peu amatrice .Les journées de la cantatrice débutait à 9 h ou elle aimait à loisirs pratiquer la lecture de la presse assise sur un transat en buvant son café avec un soupçon de Marie-Brizard , ce matin Paul Duchemin son fidèle et dévoué pianiste vint la rejoindre car il avait quelque chose à lui demander . Ce dernier connaissait très bien le caractère de madame Kagasse pour l'avoir accompagné sur de nombreuses tournées à travers le monde , il savait mieux que personne qu'un petit rien , un fichu contretemps pouvait la rendre d'un seul coup folle de rage ...il savait tout çà le bougre et c'est pour cette raison qu'il n'osait pas l'affronter pour lui parler de vive voix . La veille , il avait bien tenté après la répétition ..mais non rien à faire les mots ne sortaient pas ou alors dans le mauvais ordre , il avait passé la nuit à gamberger et la il n'en pouvait plus il FALLAIT qu'elle sache , qu'elle apprenne enfin ! Il arriva sur la terrasse ou la miss était entrain de discuter avec son assistante la douce et belle Manara vêtue d'une simple combinaison de soie "ah Paul ! vous êtes déjà levé ? et bien mon cher vous êtes fort matinal vous savez que je n'ai rien envie de faire aujourd'hui !"
-"je le sais madame , je le sais ....mais il faut cependant que ... " et il fut interrompu par la sonnerie du téléphone , son assistance Manara se précipita sur le téléphone qui se trouvait à l'entrée de la villa et revint derechef sur la terrasse "madame !! c'est pour vous !" Paul resta sur place un peu hésitant , il était décidé et il ne voulait plus , il ne pouvait plus revenir en arrière maintenant ; quelques minutes plus tard madame Kagasse revint sur la terrasse "et bien mon cher qu'aviez vous de si urgent à me dire ? "

jeudi 16 août 2007

questionnaire de Proust version Suzie

Aujourd'hui exercice de style imposé ...mais avec plaisir par Suzie 75 qui me propose de vous narrer 4 choses importantes à mes yeux (et à mes oreilles aussi ) Comme je ne suis pas du genre à me laisser faire , je me suis tâté assez longtemps ..Et puis , allez ! je me lance et je me plie de bonne grâce à l'exercice demandé alors

commençons !!




4 plus grandes réussites de ma vie :




dur...je dirais : l'écriture , la musique,le relationnel et surtout faire ce que je veux




-4 lieux où j’aimerais vivre :




Lyon ou je réside me convient parfaitement , quelque part en Afrique , sur une île mais pas trop longtemps , sur un bateau mais il faudrait que je sache naviguer .

4 lieux où je suis allé :


le Pérou , le Cameroun , la Pologne , l'Italie .




- 4 lieux où j’ai très envie d’aller :


le Brésil, les Etats Unis (enfin New York seulement),le Paraguay ,l'Australie .


-
4 mets que je déteste : le foie,le foie gras,le cheval (je préfère le voir courir plutôt que se retrouver dans mon assiette),les huîtres .

- 4 mets que j’adore : les gâteaux au chocolat, la glace à la pistache, le gratin dauphinois, la bouillabaisse


- 4 films : "taxi driver" de Scorcèse , "la femme d'à coté " de Truffault, "Apocalypse now " de Coppola et "Pierrot le fou "de Godard .




4 livres : "la méprise" de Nabokov, "l'adieu aux armes" d'Hemingway , "l'éducation sentimentale " de Flaubert, "le très bas" de Christian Bobin .



4 trucs à la télé : dur..."plus belle la vie", "Ripostes", "Groland" et pis c'est tout !




4 choses que je fais sur le net : regarder mes mails ,visiter les blogs amis , les sites d'artistes que j'aime,consulter les horaires SNCF .



- 4 fleurs que j’aime particulièrement : Le myosotis et puis la rose, ce sont des fleurs qui disent quéq' chose, les coquelicots (forcément ) ,les lilas .


- Fin de l'exercice ..je profite de ce jour pour avoir une pensée pour l'otage Franco Colombienne Ingrid Bétancourt détenue par les FARCS depuis près de 5 ans ...le gugusse dit vouloir en faire sa priorité ....mais comme je ne lui fais aucune confiance , je compte sur vous pour la soutenir (ainsi que les nombreux otages innocents )


merci pour eux !

mardi 14 août 2007

Zazie "je suis un homme"



Voilà ce qui s'appelle une artiste engagée , une artiste qui met son savoir faire et sa notoriété au service de causes citoyennes (sol en si ,les restos du coeur ,Greenpeace...) et qui le réalise sincèrement et non avec l'envie de se montrer généreuse face aux caméras comme le font certains artistes (que je ne nommerais pas ...vous les avez reconnu )


Depuis ses débuts en 1992 , Zazie s'est imposée avec un univers bien à elle s'affirmant au fil des années comme une auteur de qualité capable de toucher le public avec autre chose que des ritournelles sucrées à l'eau de rose . Souvenez vous de son titre "tout le monde "en 1998 en quelques mots les clichés racistes les plus bas volaient en éclat , je pense également à son tube "rue de la paix" en 2001 qui démontait les principes machiavéliques du libéralisme et de la société de consommation .Aujourd'hui , Zazie est une valeur sure de la variété Française et chacun de ses disques est un petit évènement doublé d'un succès .Son écriture qui , à ses débuts était surtout constituée d'habiles jeux de mots s'est peu à peu étoffée de propos plus graves et plus personnels avec toujours cette ouverture sur le monde et ses tracas .
C'est en février dernier qu'est sortit son 6 ème disque studio intitulé "totem ", dans cet opus on sentait que la chanteuse venait de subir une rupture qui plombait quelque peu l'ensemble de l'enregistrement (je l'avais d'ailleurs regretté dès la sortie) :http://magicienox.blogspot.com/2007/02/zazie-dans-le-rtro.html .Lancé par le single "des rails" , l'album conquit rapidement les faveurs d'un public toujours aussi avide des ritournelles lourdes de sens signées d'un Z qui veut dire Zazie (facile jeux de mots je le concède )
la tournée qui suivit (et qui se poursuit avec bonheur) nous permit de constater que la miss est encore plus à l'aise sur scène , n'hésitant pas à déconner entre deux chansons et établir une vraie connivence avec les gens présents dans ses spectacles . Allez ! je ne vous fait pas attendre plus longtemps (je sais que votre temps est précieux) je vous propose de découvrir le clip du tout nouveau single et déjà deuxième extrait de "totem" .Il s'agit de "je suis un homme" que l'on peut entendre sur les ondes depuis quelques semaines , une superbe chanson traitant avec justesse des problèmes écologiques menaçant notre planète et dont l'homme (au sens être humain évidemment ) se fiche éperdument ...bonne écoute !

samedi 11 août 2007

les mésaventures de Marty Glouz




Suite des mésaventures de Marty Glouz ,une histoire inventée par votre serviteur avec votre aide précieuse et indispensable chers internautes et autres bloggers de tout poils . La grande gagnante de la suite de cette histoire est Laudith ,c'est avec son récit que nous poursuivrons puis je compléterais et...pour finir je vous demanderais d'imaginer une fin (parce que bon , on va pas y passer le
réveillon non plus ). c'est partit :"Dès son arrivée , juste devant la porte de son restaurant "chez Toufik" , un homme en costume noir l'attendait , une petite valise à la main : "monsieur Glouz , j'ai quelque chose d'important à vous dire " Marty ne manifesta aucune surprise et il ouvrit son établissement et laissa entrer l'homme en noir ...Voilà, j'ai dans ma valise quelques papiers que je vous demanderai de lire attentivement, je suis le notaire d'Isabelle qui a décidé de vous léguer toute sa fortune, elle n'a rien voulu laisser paraître, mais elle n'a plus que quelques jours à vivre, vous êtes l'homme qui lui a donné la force d'aller jusqu'à la fin de sa maladie, si elle ne vous avait pas rencontré, je pense qu'elle se serait déjà suicidée, ne lui faite pas l'affront de refuser cet argent car ce serait lui dire qu'elle aura souffert pour rien, sachez que vous lui avez donné la plus belle des thérapies qui soit, ne la décevez pas. Alors les larmes aux yeux, Marty signa les papiers .Maintenant qu'il repensait à tout cela, il se demanda dans quelle machination il était tombé, Isabelle était toujours vivante et Grâce, dépossédée de l'héritage de sa soeur, n'essayait-elle pas de le séduire afin de récupérer son bien...."
Marty se grattait la tête ,avait il fait le bon choix ?fallait il croire à cette histoire et accepter cet argent ? Ce matin là lorsque Isabelle quitta la chambre pour le rejoindre dans la cuisine pour prendre leur petit déjeuner , il l'a trouva quelque peu changé : "tu as mauvaise mine , tu es sure que çà va ?" elle ne répondit pas et la conversation s'orienta sur un tout autre sujet "j'ai beaucoup de travail aujourd'hui , je risque de rentrer tard , ne m'attends pas " . Marty plongea le nez dans son café sans broncher , le bruit que fit la porte dès son départ provoqua en lui une violente migraine ,pour lui c'était une habitude et il ne fit pas immédiatement attention à cela .Pendant ce temps ,Isabelle se rendit chez Grace pour lui faire part de la nouvelle , les rues de New York étaient si mouvementées que Grace ne l'entendit pas sonner , "qu'est ce qu'elle fait ? elle ne va tout de même pas refuser de m'écouter.." C'est alors que Grace fit son apparition , habillée d'un simple peignoir car elle venait à peine de se réveiller après une soirée chez des amis qui s'était terminée assez tard .Elle la fit entrer et Isabelle lui confia qu'elle venait de léguer sa fortune à Marty en reconnaissance de tout ce qu'il avait fait pour elle , du bonheur qui grâce à lui était revenu dans son existence ..Grace écouta un peu distraitement quand tout à coup...
et maintenant (si le coeur vous en dit ) c'est à vous !

lundi 6 août 2007

Michel Polnareff "Holidays" (1972)


Le joli mois d'août que voilà !! bon nombres d'entre vous sont en vacances à se dorer la pilule sous le coquin soleil qui caresse vos petits corps de rêve tandis que d'honnêtes citoyens travaillent en silence en repensant à ces instants de plaisir et de farniente sans soleil (aux abonnés absent cet été tant pis ) et au calme d'une plage un peu désertée par les touristes . L'occasion est idéale pour parler musique (oui , je cherche toujours une occasion pour vous parler musique et tout les prétextes sont bons) .
Nous sommes en 1972 , depuis quelques années déjà un drôle de chanteur à lunettes fait fredonner la France avec de sublimes mélodies tel "love me please love me","la poupée qui fait non " ou encore "je suis un homme" .Cette année là , ce chanteur un brin provocateur osa montrer ses fesses sur une affiche annonçant son prochain récital à l'Olympia et déclencha le courroux (coucou) d'une bonne majorité de ce beau pays qui, pourtant s'était quelque peu libéré depuis 4 ans ...Michel Polnareff venait de faire à nouveau parler de lui mais payera cher cette provocation , par la suite c'est le fisc qui le poursuivra et le condamnera à l'exil . Mais faisons fi de tout cela pour revenir à l'un des grands succès de l'année 1972 le sublime "holidays" du sieur Polnareff , une mélodie à tomber , des paroles évanescentes ,une voix bien timbrée et bingo ! c'est à nouveau l'ascension au sommet des Hits-Parades . Cette chanson possède également un pouvoir magique , celui de vous embarquer dans un inoubliable voyage immobile ,vous vous retrouvez d'un seul coup sur une plage déserte le vent souffle légèrement et vous fredonnez cette ritournelle en plongeant votre corps dans l'eau transparente , la plage est à ce point déserte que vous n'entendez que le va et vient des vagues qui ondulent ...au bout de 3 minutes et 18 secondes vous vous réveillez et à cet instant précis vous vous rendez compte qu'une simple chanson interprétée par un troubadour à lunettes vous a fait partir pour des contrées lointaines sans le moindre coût. c'est peut être çà la magie d'une chanson . allez savoir ?

jeudi 2 août 2007

la métamorphose de Grace


Alors là Bravo !! chers internautes et autres bloggers de tout poils , laissez moi vous dire que vous m'avez épaté , je n'imaginais pas à quel point votre imaginaire était si productif et inventif .Merci à tous et à toutes pour les différentes idées de suite que j'ai recueilli précieusement sur "le magicien Ox" , je vais donc choisir une de ces idées (il faut bien en choisir une ) afin de poursuivre le récit et ...je vous demanderais d'imaginer de nouveau le suite éventuelle des évènements .Ok ? alors c'est parti :



"la métamorphose de Grace"(suite inventée par Le Chat)

"...quand soudain la sensation de déjà vécu (un parfum ? une attitude ? un geste ?) le saisit : était-ce possible que cette femme, Grâce, soit la soeur d'Isabelle, son amour de jeunesse, éternel & diabolique amour qui l'avait conduit au bord du gouffre quelques années auparavant ?Marty avait sur le champs besoin de fuir. Trop de souvenirs douloureux qui remontaient à la surface d'un coup. A peine prit-il la peine de la remercier en fourrant le papier dans sa poche, qu'il ouvrit la porte et courut dans l'interminable couloir pour respirer au plus vite un peu d'air et se libérer du poids qui l'oppressait.Heureusement Marty n'avait jamais jeté ce post-it avec les coordonnées de Grâce. Espérant que son intuition ne l'avait pas trompée, il décrocha à 3h du matin son téléphone pour l'appeler et tenter de prévenir, par son intermédiaire, Isabelle de la menace qui pesait sur elle..."

Il était maintenant 3 h 05 et Marty décrocha son téléphone pour composer le numéro de Grace et...surprise il tomba sur sa soeur Isabelle qu'il avait en effet connut voici 15 ans déjà . Au téléphone Isabelle ne semblait pas avoir trop changé une voix un rien tabagique et le débit de paroles toujours aussi rapide , Marty d'un naturel éloquent n'eut pas le temps de lui exposer la raison de son appel car Isabelle avait déjà entamé un long discours "ah ! tu tombes bien il fallait absolument que je te parle j'ai de gros soucis en ce moment , figures toi que je viens d'être mise à la porte de chez moi par mon ex-mari , que je vis provisoirement chez ma soeur pour le moment , je n'en dors plus la nuit tu comprends " Marty comprit rapidement la situation et il vit là comme une corrélation avec les mails qu'il avait reçu quelques heures plus tôt .C'est une longue histoire Isabelle et Marty , il y a 15 ans lorsque Marty travaillait comme restaurateur il fit un soir la connaissance d'Isabelle , il l'a remarqua tout de suite car elle se distinguait des autres femmes par sa distinction et sa beauté presque solaire .A cette époque , Marty n'allait pas bien du tout il croulait sous les dettes et son restaurant ne faisait plus recette , il se trouvait au 36 ème dessous lorsque Isabelle se présenta à lui ."j'ai l'impression de vous avoir toujours connu" lui dit elle d'un ton déterminé . Quelques jours après cette rencontre foudroyante Marty habitait chez Isabelle et , grâce à elle il reprenait peu à peu goût à la vie et aux choses simples comme partir le matin en voiture pour une destination inconnue , rire à ses cotés , partager les mêmes goûts et , surtout les mêmes dégoûts ...enfin l'air lui semblait plus pur !!


Un soir alors qu'ils étaient au lit , Isabelle lui confia qu'elle souhaitait lui offrir la totalité de son compte en banque "qu'est ce qui te prends ?" lui répliqua aussitôt Marty "je suis bien avec toi mais je ne veux pas de ton argent" . Marty ne voulait surtout pas dépendre de quelqu'un , de plus il trouvait qu'Isabelle exagérait et que son intention cachait sans doute quelque chose ..."c'est toi qui m'intéresse ! pas ton fric !" .Le lendemain , il pleuvait des trombes d'eau lorsque Marty se rendit à son travail , en prenant sa voiture il eut d'un coup comme une sorte de pressentiment , une sorte de boule dans la gorge mais il n'arrivait pas à comprendre pourquoi .

Dès son arrivée , juste devant la porte de son restaurant "chez Toufik" , un homme en costume noir l'attendait , une petite valise à la main : "monsieur Glouz , j'ai quelque chose d'important à vous dire " Marty ne manifesta aucune surprise et il ouvrit son établissement et laissa entrer l'homme en noir ...


et maintenant ...c'est à vous !