vendredi 29 mai 2009

You talkin to me ??



Il faisait pourtant beau ce jour là , les oiseaux chantaient et les arbres qui avaient droit de cité au milieu des buildings accueillaient avec sagesse le printemps naissant . Au détour d'une ruelle au 16 mercy Street , Lanz coiffé d'un feutre noir allait et venait en agitant ses doigts nerveusement .

"allez les poulettes !! faut s'activer ! se remuer c'est pas en faisant la gueule que le client va venir à vous !!"

Il marchait d'un pas décidé et roulait des mécaniques comme un automate un peu looser sur les bords .

Ce jour là , Elise était restée chez Alfredo . Ce dernier lui avait promis que les choses allaient changer pour elle et qu'elle pourrait enfin reprendre ses études et qu'un jour ses parents seraient fiers d'elle .

16 h 15 , le taxi jaune d'Alfredo se gara juste devant le lieu de travail (si l'on pouvait dire) de Lanz . Tel un ressort , Alfredo sortit du véhicule et se pointa sous le nez de Lanz .

-" tu sais quoi ? tu devrais faire gaffe ! tu es sur une pente savonneuse , très savonneuse et là ou tu te trouves tu ne peux que te casser la gueule "

Lanz un peu surpris , mais sans le montrer pour autant se rapprocha d'Alfredo et lui tint à peu près ce langage :

"ah ! mais je vois ! tu es le petit fouineur de l'autre jour ! qu'est ce que tu viens me les briser pendant que je bosse ? allez tires toi !!"

A ces mots Alfredo devint rouge et sentit d'un coup la colère et l'adrénaline monter en lui . Une sensation qu'il n'avait plus connu depuis son retour d'Afghanistan il y a deux mois .

-"c'est à moi qu'tu parles ? "lui répondit il .

Lanz sembla tout penaud et ne répliqua qu'un vague balbutiement .

-"c'est à moi qu'tu parles ? alors là mon gars je crois que tu viens de commettre une grave , très grave erreur ! " surenchérit Alfredo en sortant son revolver .

Lanz fut bien obligé de l'écouter car devant un Berretta certains bavards se transforment illico en Bernardo de Prisunic . Ils entrèrent tout deux au 16 mercy street .

16 h 25 , une première détonation fut tirée par Alfredo en direction de la tête de Lanz qui s'écroula comme une masse . L'homme commença à se vider de son sang et le liquide fut projeté sur les murs de l'insalubre studio dans lequel avant de le tuer Alfredo avait entraîné Lanz afin de lui régler son compte .

La police arriva sur les lieux et constata l'ampleur des dégâts . Non seulement Lanz était refroidit mais tout avait été mis à sac par Alfredo . Il se rendit sur le champ et suivit la Police afin d'être arrêté .



Lorsqu'elle apprit la nouvelle ,Elise fut partagée entre deux sentiments : le soulagement de savoir son bourreau hors d'état de nuire et attristée par le fait que son "sauveur " croupissait en prison .
Sa vie fut changée comme par enchantement et elle put en effet reprendre ses études et devenir avocate . Alfredo , de son coté écopa d'une peine de 10 ans de prison . 10 ans seulement puisque la famille d'Elise contribua à sa remise en liberté . De nombreuses lettres furent envoyées par le père d'Elise au pénitencier ou séjournait Alfredo . l"une d'elles disait à peu près ceci :
"nous sommes infiniment reconnaissants mon épouse et moi même , envers cet homme ce monsieur Alfredo qui , au péril de sa vie a sauvé notre fille des griffes de la prostitution et de la drogue . Je vous prie messieurs les juges de bien vouloir accorder des circonstances atténuantes à cet homme qui s'est conduit en véritable héros au service du bien ."

27 commentaires:

yabyum a dit…

Elle fini bien cette histoire ..enfin pour Elise en tout cas..
belles photos et joli texte comm d'hab!!
pleins de gros bisous fleuris et parfumés!!et merci de ta visite !!

Laudith a dit…

Quel régal que celui de lire tes histoires jean philippe, je ne m'en lasse pas... surtout lorsqu'elle finisse bien.

Bisous l'artiste et merci pour tes mots toujours si sympas, passe un super week-ebnd de pentecôte.

Pas a pas a dit…

je suisi toujours là a suivre
amities
patrick

Laudith a dit…

oups : surtout lorsqu'elles finissent bien... rho la vilaine qui fait des fautes d'accord... ;o))

herbert a dit…

Bonjour, Jean-Philippe.

Un style toujours alerte, une histoire qui finit bien et une moralité qui excuse les assassins...
C'est parfait.
Merci beaucoup. Pour tout.
En amitiè

patriarch a dit…

un peu série noire sur les bords !!!

koamae a dit…

Eh cool... Com' d'hab quoi!!!

armandie a dit…

bon c'est un peu radical comme solution, mais voilà un destin de changé et dans la réalité j'aimerais bien que de nombreux destins semblables à celui d'Elise changent ainsi, mais sans violence tout de même.

plein, plein de bisous et trés bon week end Jean Philippe.

Armandie

Té la mà Maria - Reus a dit…

merci pour visité

Johanna a dit…

God bless Alfredo

Alban a dit…

Belle fin pour cette belle histoire!! Bon week-end!!

MUSEAREVELISE a dit…

bonjour jean philippe, une histoire où l'on a aimé suivre les péripéties, et tout fini bien pour l'héroine, je te souhaite un beau wk bisous

ysa a dit…

Et alors... tu ne nous dis pas si à sa sortie de prison ils se retrouvent....

Caritate Libertine a dit…

C'est un vrai plaisir de vous lire !

OLIVIER a dit…

Une belle "lettre à Elise" ! ;)
Très plaisant et sanguin à lire !
Merci pour tes mots, j'essaye cette semaine de te faire ce cadeau de Renaud !
Je te souhaite une belle semaine !
Mes sincères amitiés cher Ami,
OLIVIER

Viviane a dit…

Pas très présente dans les commentaires, je viens lire mais je manque souvent de courage, je suis un peu patraque.
Bonne fin de journée
Bisous
Viviane

Thé Citron a dit…

Très sympa cette fin d'histoire!

choule[bnkr] a dit…

tiens j'avais oublié que c'était Harvey Keitel dans le rôle du mac. C'était déjà la fine équipe de Scorcese dans Mean Streets.

Valerie a dit…

Joli clin d'oeil à "la lettre à Elise"... bravo !
Episode sanglant s'il en est mais la morale est sauve !
Ceci dit, j'irai bien revoir de plus près les taxis jaunes de NYC (soupir)...

maevina a dit…

Ben voilà, Elise est sauvée et les lettres envoyées, comme une mélodie ... en sous sol !

Sic Luceat a dit…

le cercle rouge
Son compte est réglé à celui-là, on ne l’entendra plus, il ne parlera plus à tort et surtout de travers. Puis, comme çà il n’aura pas attendu sa fin de mois, pour faire des avances plus ou moins louche. Il a reçu le paquet, du tout en, en un éclair. Quel Travail de pro, pas une bavure, pas une rature, c’est du net et du précis. Une balle d’argent bien placée, elle s’est logée au fond de son crâne, à la place d’une case vide, au moins il en a eu pour son argent et il sera moins cinglé la prochaine fois, peut-être pour une prochaine vie.
Bravo l’artiste, tu l’as mise dans le mille, entre les 2 yeux. Borsalino, n’a rien senti, n’a rien vu venir, c’est parti d’un coup, il était comme ahuri au premier coup d’œil. Il lui fallait peut-être ce troisième œil pour qu’il comprenne, comme chez les bouddhistes, un troisième œil, c’est un trou pour voir l’infini, toujours pour mieux voir plus loin, il suffisait tout simplement de demander à un spécialiste, à un expert en la matière. Monsieur Alfredo. Il ne demandait que du respect
« Allez tire-toi ! »
« c’est à moi que tu parles »,
Borsalino a été vulgaire et c’est pas poli pour un homme qui porte le chapeau, Il ne fallait jouer avec le feu avec Monsieur Alfredo
Alors Alfredo l’a mis au frais, pour lui rafraichir les idées. « Tire-toi ! C’est bien çà, Alors écoute bien Mec, ma ligne de tir, elle ne fait qu’un bond. » Tu y verras plus clair dans l’avenir, c’est moi qui te le dit, faut pas s’énerver Mec !
Avec ce cercle rouge, sur le front. ce Bindi, Are Krishna te reconnaîtra au premier instant quand tu frapperas à la porte de son temple, espèce de camé, toi et tes crapules de frères sans scrupule. Alfrédo t’a envoyé au ciel à la vitesse du son, comme une fusée, avec son 357 de chez Magnum, c’était un minimum, il ne reviendra plus avant longtemps, croyez-moi. Il l’a nettoyé sur place, fallait pas chercher, quand on cherche la petite bête, on l’a retrouve toujours plus grosse qui n’y parait.
Elise peut dormir sur ses deux oreilles, maintenant, elle n’entendra plus parler de Borsalino.
Ce n’est pas la fin de l’histoire mais le début d’une nouvelle vie.
Sic

Sic Luceat a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Marie du Nord a dit…

Plus paresseuse que jamais mais tes histoires valent le détour, donc je suis là.
Bon week end Jean-Phi.
Je t'embrasse.

chantal74 a dit…

Merci mon gentil magicien pour ton com. J'ai aimé te lire comme toujours et je trouve qu'Elise est bien jolie.
bonne nuit avec de gros bisous
chantal

yabyum a dit…

Je passe te faire de gros bisous en coup de ven, et te souhaiter un tres beau dimanche cher magicien !!

lebaladin a dit…

hé bien voilà Elise libérée !!alfredo l'aime bien sûr vont t'ils se retrouver pour partager un vrai bonheur Elise est t'elle amoureuse de lui où juste une grande amitié? amitiés phil

Mimi a dit…

WOW tu me donnes vraiment envie de louer ce film que je n'ai jamais vu même s'il date car j'ai presque vu tous les films de R. De Niro. Vraiment une belle fin en tout cas. Et cette phrase ça je me rappelle car elle a été empruntée dans bien d'autres films « You talkin to me ! » :))